Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La tête en friche de Marie-Sabine Roger

Marie-Sabine Roger
  La tête en friche
  Il ne fait jamais noir en ville
  Les encombrants
  Bon rétablissement
  Dès 04 ans: Tout Blanc
  Trente-six chandelles
  Vivement l'avenir
  Dans les prairies étoilées

Marie-Sabine Roger est une écrivaine française née en 1957.

La tête en friche - Marie-Sabine Roger

Un hymne à la lecture
Note :

   "Dans mon milieu, ce n'est pas très bien vu les livres"
   
   
   Voici un petit livre revigorant, rafraichissant, aux dialogues magnifiques.
   
   
   Marguerite va bientôt fêter ses 86 ans. Elle passe beaucoup de temps dans un parc, à compter les pigeons. Activité qui la rapproche de Germain, qui a pour habitude de le faire également. "Ca me change la vie de l'avoir rencontré Marguerite. Avoir quelqu'un à qui penser avec plaisir, quand je suis seul -quelqu'un d'autre que moi je veux dire- ça fait drôle. J'en ai pas l'habitude. Je n'avais jamais eu de famille avant elle." Germain est ce qu'on peut appeler un laissé pour compte, quelqu'un dont l'existence n'est pas toujours drôle, avec sa mère qui lui parle mal, son père qu'il n'a jamais connu, ses copains du bistrot qui le prennent pour un imbécile et sa caravane dans laquelle il vit au fond du jardin. Et puis Annette avec qui il entretient des relations épisodiques.
   
   Alors entre ces deux êtres, une amitié magnifique va naître et entre Germain l'analphabète et Marguerite, la cultivée, vont se rapprocher deux solitudes. Et Marguerite va faire la lecture à Germain, en commençant par le magnifique roman de Camus "La peste".
   
   Ce livre est très beau: il parle de la vieillesse, de la solitude, de l'amitié, il est superbement écrit avec des passages plein de tendresse, d'émotion, de philosophie. Il dit doucement des expériences de vie très dure. C'est toute la vie de Germain qui va défiler à travers ce livre. Et Germain parle comme il pense, c'est à dire avec beaucoup de bon sens.
   
   La fin est superbe, pleine d'optimisme. Prenez le temps de découvrir ce très beau roman qui dit à travers ces deux portraits beaucoup plus que de grands discours, avec tendresse et émotion.
    ↓

critique par Clochette




* * *



Vive les antidépresseurs*!
Note :

   Quand Germain grande brute d'une cinquantaine d'année rencontre Margueritte frêle grand-mère de quatre-vingt six ans, ce sont deux vies qui changent. Parce que parfois il suffit de petits riens: des pigeons à compter, un roman et la tendresse qui s'attrape comme la peste et vous retourne le monde d'un coup.
   
   Mais pourquoi est-ce que j'ai attendu si longtemps avant de me m'embarquer dans la vie de Germain et Marguerite, vous pouvez me le dire? Parce que des romans comme ça, débordant de tendresse, d'humour, de joie et de bonheur, on n'en croise pas si souvent que ça! Et des romans qui parlent en plus aussi bien du bonheur de lire, de partager les livres, de découvrir encore plus rarement! Pourtant, Dieu sait que Germain n'a pas la vie facile et qu'il aurait été facile de sombrer dans le sordide et dans la leçon de chose: la lecture ça vous change une vie et patati et la culture patata. Foin de tout cela, Marie-Sabine Roger trousse une histoire qui sert le coeur et donne le sourire tout à la fois. Elle fait entrer dans la tête et les mots du grand Germain, ses obsessions, ses réflexions sur la vie et les choses, son regard sur son quotidien chamboulé par Margueritte et ses livres, Margueritte et sa robe à fleur, ses cheveux violets, sa solitude et son bonheur de partager. La tête en friche, c'est l'histoire d'un homme qui s'ouvre au monde, d'une vieille dame solitaire qui se trouve une famille, une histoire de lecteurs. C'est tout doux, malgré les thèmes graves qui sous-tendent l'histoire. Parce qu'il ne faut pas croire, il n'a pas la vie facile Germain: bâtard mal-aimé par une mère abandonnée par l'homme qui l'avait mise enceinte, considéré comme l'idiot du village, le fort de foire un peu crétin tout juste capable de raconter de blagues au bistrot, il a grandi et vécu dans l'indifférence. Pourtant, il suffit d'un rien, d'une rencontre pour changer les choses, pour s'ouvrir, pour donner corps aux potentialités qui sommeillent en lui.
   
   On pourrait se dire que c'est un peu facile cette histoire qui dit que la culture, la lecture changent tout, que l'intelligence se dissimule parfois sous les dehors les plus frustres, que la condescendance guette. Et pourtant, c'est beau, et sensible, et on se dit que oui, ça arrive et que même si tout le monde n'a pas les mêmes chances au départ, le bonheur s'attrape aux moments où on ne l'attendait plus. "La tête en friche", c'est la nique au malheur, à la crasse, à la pauvreté, au profit des moments partagés, des familles qu'on se crée, de l'amitié. C'est un style facile, enlevé, qui tourne les clichés pour en faire de beaux moments de lecture et d'humour. C'est un coup de coeur en ce qui me concerne, et un roman que je vais garder bien au chaud pour les moments de déprime.
   
   
   * Entendre "livres antidépresseurs", bien sûr.

critique par Chiffonnette




* * *