Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Eightball Boogie de Declan Burke

Declan Burke
  Eightball Boogie

Eightball Boogie - Declan Burke

Punching-ball & Ball-trap!
Note :

   Premier ouvrage de cet auteur irlandais traduit en français, et premier que je lis. En tout cas ce livre prouve la bonne santé du roman policier irlandais.
   
   L'action se passe dans une ville du nord-ouest de l'Irlande, cité qui se veut moderne; elle attire les capitaux et les convoitises. Nous approchons des fêtes de fin d'année, pour certains, Noël ne sera pas une distribution de cadeaux, mais de passages à tabac et de problèmes en tous genres.
   
   Dès la première page, on rentre dans le vif du sujet, il est cinq heures du matin, dans sa maison cossue de la côte Madame Imelda Shéridan est poignardée et en meurt! Harry, journaliste occasionnel et paumé, enquête sur cette mort, car le mari de la défunte est un homme politique très connu, député de la circonscription. Représentant d'un petit parti, sa voix peut à tout moment changer le cours de certaines choses. En plus Harry est chargé par un homme d'affaires local, Dave Conway, de surveiller son épouse, celui-ci ayant des doutes sur la fidélité de madame. Denise, l'ex-épouse d'Harry, pour compliquer encore plus son existence, lui annonce le retour de Gonzo, son frère qui avait disparu de la circulation quatre ans auparavant! En plus de tous ces soucis, l'enquête d'Harry semble déranger, mais qui? Les hommes qui le tabassent ne laissent pas leurs cartes d'identités sur les lieux de leur forfait! Même la police locale s'intéresse à la visite de Conway dans ses bureaux. Malgré cet emploi du temps chargé, il trouve le temps de se souvenir de sa vie et de l'importance de son frère dans cette vie. Orphelins, ils furent trimballés de foyers en institutions religieuses se serrant les coudes contre l'adversité, mais les agissements de Gonzo devinrent de plus en plus imprévisibles, détruisant une grande partie de l'affection que lui portait son frère, avant sa disparition soudaine! Et le voilà de retour, et avec lui les ennuis aussi, inéluctablement.
   
   Harry Rigby dont la raison sociale «Consultant en recherche» est encore une fois dans la nouvelle littérature policière un anti-héros (ce qui est d'ailleurs plus sympathique). Victime de la vie, une enfance malheureuse, une femme qu'il aime, mais il ne peut plus se marier avec elle. Il refait sa vie avec une autre femme qui ne l'aime pas, son boulot n'est pas des plus enrichissants (au propre comme au figuré) et cerise sur le gâteau il a un frère, source de problèmes depuis son enfance. S'installe une situation ambiguë et habituelle entre les deux frères, mélange d'amour filial et de haine profonde. Mais une soirée bien arrosée va tourner au drame, et Harry découvrira enfin pourquoi son frère a disparu pendant toutes ces années. Denise, son ex-femme, qui n'éprouve que du mépris pour lui et Ben, son fils, lui tiennent lieu de famille, du moins ce qu'il en reste. Tony Sheridan est le type même du politicien prêt à tout pour parvenir au pouvoir, quitte à tremper dans des combines très illégales. Ne pas oublier un personnage haut en couleur, hélas pathétique car brisé par la vie, Joe Baluba. Il aidera Harry, sans aucune arrière pensée.
   
   Beaucoup de personnages secondaires rendent ce livre très vivant. Comme dans tout bon (et celui-là est excellent) roman policier, cherchez la femme, très belle de préférence, ici il y en a deux, Helene Conway, épouse adultère? et Katie Donnelly, journaliste indépendante, qui faisait un reportage sur Imelda Sheridan au moment de son assassinat. Un copain et associé d'Harry, spécialiste en informatique, mais adepte de la poudre au nez, un patron de bistrot, ami d'enfance, complètent la galerie de portraits, avec les Laurel et Hardy de la police de la ville.
   
   Roman de facture classique, il est malgré tout très moderne. L'auteur désenchanté et réaliste contemple l'Irlande actuelle et semble se dire «Voilà ce que ce pays est devenu!». Et tout y passe: la spéculation immobilière qui transforme une ville classique en cauchemar urbain. Les trafics en tous genres, d'influence et de drogues, avec des politiciens arrivistes passant allégrement de l'un à l'autre. Des policiers sont tout, sauf des représentants de la loi, sauf si c'est leur propre loi. Et en supplément pour la paix des honnêtes gens la spécialité locale, les paramilitaires de tous bords qui ont remplacé le culte des héros par celui de l'héroïne! Pour pimenter le tout, une pinte de chantage et un peu de sexe, pour un très bon roman. Ne pas oublier un humour noir comme une Guinness pression servie avec lenteur.
   
   Un constat amer dans un monde où règne la facilité, l'argent, le pouvoir et plus terrifiant encore les drogues synthétiques, celles-ci devenant une industrie lucrative avec ses réseaux bien implantés, mêlant hommes d'affaires et politiciens avides.
   
   Extraits:
   - ...une voix aussi mélodieuse qu'une bétonnière à l'accent allemand.
   
   - Il a éclaté d'un rire qui tenait de l'aboiement nasal.
   
   - En cette semaine de Noël, la ville appartenait aux fermiers. Ils arpentaient les rues tels des marins en permission à terre, l'air sévère et déterminé.
   
   - Cela aurait pu être n'importe qui, le pape ou une drag-queen sortant incognito.
   
   - Des immeubles, on dirait un truc sorti tout droit d'une zone industrielle polonaise.
   
   - Je me sentais vivant, intouchable. A l'abri des balles. C'était avant la fusillade.
   
   - Mais je n'avais jamais imaginé qu'il y avait un tel vide en lui.
   
   - Si je me marie un jour, ce sera juste pour éviter le réveillon de Noël dans ma famille.
   
   - Aussi mort qu'O'Leary et toute l'Irlande romantique.

   
   
   Titre original: Eightball Boogie (2003)

critique par Eireann Yvon




* * *