Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les rues de feu de Thomas H. Cook

Thomas H. Cook
  Les rues de feu
  Les Feuilles mortes
  Mémoire assassine
  La Preuve de sang
  Les leçons du mal
  Les liens du sang
  Au lieu-dit Noir-Étang…
  L'Etrange destin de Katherine Carr
  Le dernier message de Sandrine Madison
  Le crime de Julian Wells
  Sur les hauteurs du mont Crève-Coeur

Thomas H. Cook est un écrivain américain né en 1947.

Les rues de feu - Thomas H. Cook

Un racisme ordinaire
Note :

   Les rééditions ont du bon, elles permettent de mettre la main sur ce qui vous avait échappé.
   Depuis quelques mois j’ai lu la série de Kris Nelscott située dans les années 70 au moment de la lutte pour les droits civiques, de l’assassinat de Luther King, j’ai bien aimé cette série avec un petit manque de vigueur pour le dernier titre. Avec "Les rues de feu" en matière de vigueur on est largement servi.
   
   Birmingham Alabama en mai 1963, la chaleur étouffante, la haine palpable partout dans les rues, la ville est en état de siège car Martin Luther King tient meeting sur meeting, la répression est violente, l’encadrement des manifestations est plus que musclé, les autorités ne rêvant que de «massacrer les négros» et d’en débarrasser la ville!!
   
   Ben Wellman flic blanc enquête sur le meurtre et le viol d’une fillette noire, ce n’est pas un grand flic, il fait honnêtement son boulot d’enquêteur et très vite cela le conduit à s’opposer à ses collègues et à ses supérieurs pour qui une enfant noire n’est «rien» il est donc inutile de perdre son temps pour «ça».
   
   Contre vents et marées Ben Wellman têtu s’obstine. Pour le détourner de son enquête on le contraint à surveiller les manifestations et à prendre en notes les discours de Luther King
   Son enquête l’emmène dans le quartier noir que les voitures de police ne font que traverser en temps normal. Le héros n’est pas un homme d’exception mais sa prise de conscience progressive du problème racial le pousse en avant. On ne peut s’empêcher en lisant ce roman de penser au héros de Mississippi Burning.
   
   La fin est superbe.
    ↓

critique par Dominique




* * *



Parfois, on est au pied du mur
Note :

   Birmingham, Alabama, avril 1963.
   
   Le pasteur King organise des manifestations non-violentes et antiracistes dans cette ville qui est un bastion du ségrégationnisme. La population noire y est pauvre et maltraitée. Les manifestants sont sévèrement réprimées, la police est intégralement blanche.
   
   L’inspecteur Ben Wellmann est envoyé dans les églises pour écouter et noter les discours de King, ainsi que dans les rues, bastonner les manifestants. Il commence à détester son job.
   
   Le voilà confronté à une affaire qui concerne davantage la justice dont il est épris. Une fillette noire a té retrouvée enterrée dans un terrain vague du quartier de Bearmatch, tuée d’une balle dans la nuque, et violée. Au commissariat on dit à Ben qu’il n’aura même pas besoin d’enquêter. A Bearmatch, ils font leur justice eux-mêmes. Ben prend cette affaire à cœur, retrouve la tante et le grand-père de la fillette, va mener une enquête méticuleuse et obstinée pour élucider l’affaire... Il a maille à partir avec les frères Langley, racistes convaincus qui sillonnent le quartier, et se servent de leur statuts de policiers chargés de surveiller Bearmatch, pour se livrer à des exactions parmi les noirs. Mais confronté à Jolly Roy, maquereau sans foi ni loi, Ben n’est pas mieux loti. Au commissariat, il ne sait quoi penser de ses collègues, n’a confiance en personne, sauf le médecin-légiste.
   
   Dans un contexte historique dont le rendu ajoute de la densité à l’affaire, Ben Wellmann rencontre la haine raciale, la délinquance, la corruption, et va être amené à choisir son camp.
   
   Je ne suis pas loin de penser que cet opus de Thomas Cook, bien qu’assez ancien, est son meilleur.

critique par Jehanne




* * *