Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

F comme: Dimitri Bogrov de Marion Festraëts

Marion Festraëts
  F comme: Dimitri Bogrov

F comme: Dimitri Bogrov - Marion Festraëts

Premier amour suivi de guerre (et paix ?)
Note :

   Texte : Marion Festraëts
   Dessin : Benjamin Bachelier
   
   Avec "Dimitri Bogrov", nous plongeons en 1911 dans une Russie au climat politique agité. Les opposants au Tsar restent nombreux, des attentats sont prévus et les réunions clandestines sont étroitement surveillées par la police.
   
   Jeune avocat issu d'une famille de juristes très aisée, Dimitri Bogrov fait la connaissance de la jeune Loulia: déconcertante, la demoiselle a la répartie facile et des manières originales qui séduisent immédiatement notre héros. Lorsqu'il cherche à la revoir, Dimitri découvre qu'elle est la cousine d'un opposant au pouvoir très actif et bien connu des services de police. Et visiblement, le petit groupe prépare un attentat.
   
   C'est un album très personnel puisqu'il a été inspiré à Marion Festraëts par ses origines et son histoire familiale.
   
   J'ai apprécié cet album avec lequel on passe un bon moment, malgré le contexte assez sombre et un premier épisode dramatique qui nous suit pendant toute la lecture – mais que je ne vous révèlerai pas! Le scénario m'a semblé un peu léger et certaines répliques assez plates. L'histoire est tout de même intéressante, tout comme l'épilogue revenant sur cette période de l'histoire que je ne connaissais pas du tout (enfin, ce n'était qu'un vieux souvenir de cours). La force de cet album tient au dessin, que j'ai réellement adoré. Très différentes du type de graphisme assez net qu'on attend souvent en ouvrant une bande dessinée, les illustrations m'ont séduite par le travail des couleurs, les contrastes, les traits de crayon apparents. Les planches sont tour à tour dans des tons rouges, bleu froid ou pastels, faisant toujours allusion à un univers: la révolution qui gronde, les nuits froides de Russie, le cocon familial.

critique par Lou




* * *