Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Jenny Marx ou la femme du diable de Françoise Giroud

Françoise Giroud
  Jenny Marx ou la femme du diable

Femme de lettres française née en 1916 et morte en 2003.
Alix de Saint-André lui a consacré une biograpghie évoquée ici.

Jenny Marx ou la femme du diable - Françoise Giroud

Karlo le Macho
Note :

   Avec sa plume élégante Françoise Giroud nous présente une biographie très intéressante des époux Marx, ce couple formé par Karl et Jenny von Westphalen, aristocrate prussienne. Eh oui, Karl a lui aussi été marié!
   Françoise Giroud a eu la bonne idée de nous faire revivre en même temps que les grands bouleversements historiques du vivant de Marx, la vie du grand homme avec sa famille - laquelle n'a pu qu'aller dans le sens de l'Histoire, peut-on penser.
   
   Eh bien, on a tout faux: le philosophe matérialiste, concepteur avec Engels de la lutte des classes, n'a pas le beau rôle. Tous ses travers sont mis sur la table: personnalité écrasante et abusive; jouisseur, au point de faire un enfant à la bonne; profiteur éhonté et sans scrupules de son ami et admirateur Engels, qui toujours sollicité, finira dans de grandes difficultés financières; homme conscient de sa haute intelligence jusqu'à se croire comme "investi" d'une mission universelle. Bref un mari pas facile à vivre, très conformiste et bourgeois, égotiste, insensible... Jenny, elle, a la lourde tâche d'endurer et d'offrir à son mari tout l'amour qu'elle a et qui ne la quittera pas, jusqu'à sa mort. Cette relation profondément inégale, où l'on peine à comprendre qu'elle fut celle qu'entretint Karl Marx avec Jenny, doit cependant être rapportée au contexte historique. A cette époque et pour encore longtemps dans les pays considérés par Marx pour la Révolution prolétarienne, la femme n'a qu'une fonction ancestrale de mère et de gardienne du foyer. La lutte contre le capitalisme, c'est-à-dire contre l'exploitation d'une classe par une autre ne descend pas à la cellule domestique.
   
   Est-ce la "limite structurelle et insurmontable" au marxisme que d'avoir été enfanté pendant une période profondément inégalitaire (le capitalisme du XIXe sicle) par un génie nourri, lui, au lait de la classe dominante? Peut-on lire dans cette biographie les prémisses de l'échec de l'idéologie de Karl? C'est une interprétation possible. Cependant Françoise Giroud n'a pas voulu faire un réquisitoire contre l'ogre Marx, ni même un livre féministe.
   
   On ressent malgré tout une vraie complicité et une réelle commisération pour la femme de Jenny, celle qui reste ignorée alors qu'elle a permis à Karl de vivre dans les meilleures conditions son combat pour l'humanité.
   
   A noter d'ailleurs que Marx succombera quelques mois après Jenny, la femme de sa vie.

critique par Maroni




* * *