Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'imprévisible de Metin Arditi

Metin Arditi
  La fille des Louganis
  La pension Marguerite
  L'imprévisible
  Le Turquetto
  Prince d’orchestre
  Juliette dans son bain
  L'enfant qui mesurait le monde

Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en Génie Atomique. Il poursuit ses études à l’Université de Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique, et enseigne à l’École polytechnique.

L'imprévisible - Metin Arditi

Une fin «explosive»!
Note :

   L’art, l’amour, sont convoqués au chevet de cet «imprévisible». Un court roman, magnifiquement écrit, en phrases courtes, en dialogues. C’est direct mais sensible, sensuel, du grand art !
   Guido Gianotti, professeur d’art en retraite et spécialiste de la Renaissance, est contacté par Anne-Catherine Hugues, pour expertiser, donner son avis sur un tableau. Tout les sépare. Elle est née avec une cuillère d’argent dans la bouche, il est né dans une famille qui sert ceux qui ont une cuillère d’argent dans la bouche. Il en conçoit du ressentiment pour ce genre de milieu et une forme de complexe. Néanmoins … les circonstances, les choses comme elles vont, la nature du tableau à expertiser, vont créer un miracle entre ces deux-là. Un miracle bref mais un miracle. Oui, il faut dire que l’un comme l’autre ne sont plus de première jeunesse et notamment lui, à un âge où les hommes se posent des questions quant à leur toute-puissance physique! Et donc la fin sera brutale et explosive, et d’ailleurs la fin …
   
   «De l’index, je lui caressai la joue. Le geste aurait pu être tendre. Il n’était que fat.
   Si à cet instant le courage m’était venu de dire: "Moi aussi je reviens de l’autre rive. C’est à ta beauté, à ta grâce, à ton amour que je le dois", les choses se seraient sans doute déroulées autrement. Nous nous serions raconté nos blessures. Nous les aurions apaisées. Nous nous serions dit: ce n’est rien. Nous aurions formé un couple.
   Mais j’eus peur. Une confidence en aurait amené une autre. J’aurais fini par me trahir. Elle aurait compris que ce qui m’importait le plus, à cet instant, ce n’était pas de l’aimer. C’était de me sentir un homme. Que mon histoire d’amour, c’était avec moi-même que je la vivais. Alors je ne dis rien.»

   
   Ca c’est la partie humaine, à la psychologie bien fouillée. Mais il y a aussi une partie plus … descriptive, plus … artistique, en rapport avec l’art, la peinture de la Renaissance. C’est très fin, fort documenté et donne presque l’impression de devenir un technicien de l’art de la Renaissance, de savoir plonger dans, et décrypter, une énigme qui remonte à des siècles!
   Metin Arditi sait partager son savoir et doit s’avérer excellent pédagogue.
    ↓

critique par Tistou




* * *



Un écrivain magique
Note :

   Metin Arditi est un écrivain magique, fascinant par son talent de conteur, captivant par son écriture simple et tendue d’une extraordinaire culture. Produit du lyrisme oriental par son origine turque et de l’intelligentsia genevoise, il est l’un des symboles littéraires de ce que l’Europe a toujours su produire d’intelligence brillante et discrète.
   
   La découverte récente de "Loin des bras" puis de "La pension Marguerite" m'avait enthousiasmé. "L’imprévisible" fut à nouveau un superbe cadeau littéraire, un de ces moments de joie et de communion totale avec ce qu’on appelle incontestablement le talent.
   
   Pourtant, l’auteur n’avait pas choisi la voie facile pour nous emmener par la main. Lorsqu’il entreprend de nous mener sur les traces de l’histoire d’un étrange tableau où seule une main superbement dessinée, d’un blanc d’ivoire étrange tient la plume qui vient de finir de rédiger un texte a priori abscons en Florentin du XVIème siècle, on se dit qu’il va falloir sacrément tenir son sujet pour ne pas tomber dans la pédanterie d’une recherche historique aride.
   
   Or, M. Arditi s’en sort une fois de plus de façon magistrale. Car derrière la façade de ce tableau se cachent plusieurs secrets en série tant artistiques, qu’historiques et surtout profondément humains. Et c’est bien des passions humaines qu’il est avant tout question dans ce court roman flamboyant.
   
   Lorsque Guido Gianotti, l’expert des mains peintes par Raphaël et admirateur exégète de Rubens, est appelé par Anne-Catherine, grande bourgeoise, la quarantaine bien portée, pour analyser et évaluer le tableau qu’elle détient et dont elle veut se débarrasser, aucun des deux n’imaginent encore que la passion amoureuse les attend au moment le plus improbable.
   
   Guido, la soixantaine bien tassée, est en proie à l’angoisse d’une virilité de plus en plus défaillante, lui qui fut un grand collectionneur de femmes. Anne-Catherine vit une séparation douloureuse d’un mari qui l’a trompa sans vergogne et dont les aventures défrayèrent la chronique de la bonne société genevoise. Deux solitaires enfermés dans des mondes faits de regrets et de non-dits.
   
   Autour du tableau dont Guido va savoir révéler les incroyables secrets se jouent le ballet de la séduction, la découverte qu’on reste capable d’aimer alors que l’on croit ceci devenu impossible, la construction d’un amour au temps de la maturité. Un tableau et son histoire, peu à peu révélée, qui forment un parallèle avec l’enfance de Guido et la culpabilité persistante qu’il éprouve à croire avoir tué son père. Car Guido est un homme d’angoisse, de regrets, un être qui retient ses sentiments pour mieux les maîtriser. Tout le contraire d’Anne-Catherine qui va se livrer sans retenue dans une passion ravageuse. L’angoisse de Guido et sa hantise permanente de se montrer sexuellement défaillant le pousseront à prendre de plus en plus de risques dont l’auteur nous a, dès les premières lignes du roman, révélé où ils le conduiraient.
   
   De fait, on pourra trouver la fin un peu trop prévisible, à l’inverse d’un titre dont le propos est seulement d’illustrer que derrière le convenu et l’apparence se cachent ce que la patience et l’intelligence ont la capacité à déceler et que, pour peu que l’on ose, la vie sait nous réserver à tout âge d’incroyables cadeaux inattendus.
   
   On restera fasciné par la beauté, la précision et l’intelligence des descriptions des tableaux faites par Arditi au point de nous faire des acteurs vivants d’une matière en apparence morte.
   
   C’est une fois de plus un roman en forme d’hymne à la vie, réjouissant malgré les épreuves et optimiste qu’il faut voir dans ce magnifique roman.

critique par Cetalir




* * *