Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Instants de guerre (1937 - 1938) de Laurie Lee

Laurie Lee
  Instants de guerre (1937 - 1938)

Instants de guerre (1937 - 1938) - Laurie Lee

Comme Orwell...
Note :

   Ce livre est le dernier d’une trilogie qui commence avec «Rosie ou le goût du cidre» des souvenirs d’enfance, se poursuit sur les routes d’Espagne «Un beau matin d’été» et se termine avec ces souvenirs de la guerre d’Espagne d’un jeune anglais de vingt ans.
   
   Laurie Lee «gribouilleur de poésie», c’est lui qui le dit, reprend en 1937 la route de l’Espagne, la guerre civile tonne et le jeune Anglais idéaliste veut payer une dette contractée sur les chemins ibériques quand jeune et sans le sou, il trouva toujours le vivre, le couvert et la chaleur humaine auprès des habitants.
   
   C’est en «décembre 1937, que je traversai les Pyrénées, depuis la France: deux jours à pied, à affronter les tempêtes de neige. Je ne sais pourquoi je choisis le mois de décembre; ce n’est qu’une des nombreuses absurdités que je commis à l’époque.»
   Là il faut placer le petit couplet admiratif: quel courage que ce garçon qui vient se battre aux côtés des républicains!
   
   Seulement voilà, les républicains en question ne l’entendent pas de cette oreille et un Anglais qui voyage avec un violon, instrument qui l'avait accompagné sur les routes, en plein mois de décembre, cela sent l’espion à plein nez.«Les miliciens nous escortèrent jusqu’à la place, devant la mairie délabrée, où pendait le drapeau républicain. J’allais enfin recevoir un accueil convenable pensai-je.(..) on vous a amené l’espion dirent les frères en me poussant en avant» Par chance il n’est pas immédiatement exécuté mais mis sous haute surveillance, durant tout son séjour en Espagne la suspicion ne cessera jamais.
   
   On le fait rejoindre un groupe des Brigades Internationales, écossais, polonais, hollandais, toute l’Europe est là.
   
   Laurie Lee va suivre les troupes républicaines au gré des combats, Albacete où il occupera à nouveau une cellule de condamné à mort, Tarazona, Madrid où on l’envoie pour participer à des émissions de radio à destination des USA, il y vivra ses premiers bombardements par l’aviation franquiste.
   Sa guerre d’Espagne va se terminer à Teruel, la ville prise par les républicains, est bombardée sans merci par les franquistes «je ne sus que plus tard que cette accélération impressionnante du bombardement marquait la fin de la bataille de Teruel. Renforcés par les blindés et les avions italiens, les troupes de Franco lançaient une contre-attaque sur la cité forteresse.»
   C’est l’heure de la retraite, les républicains avaient espéré que la prise de Teruel serait décisive pour l’issue de la guerre civile«elle y apposa, au contraire, le sceau de la défaite»
   C’est la fin, les Brigades Internationales dissoutes, Laurie Lee est renvoyé à Londres
   
   Tout au long du récit il a une parole libre, sa plume est sensible et parfois déchirante, il rend très fort la sensation de chaos, de folie, et dénonce les horreurs, les désolations et les absurdités de la guerre.
   
   Les livres de Laurie Lee sont tous chez Phébus.
   
   
   PS: Même type d'expérience racontée par Orwell
   

critique par Dominique




* * *