Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'appel des morts de Ian Rankin

Ian Rankin
  Le jardin des pendus
  La colline des chagrins
  L'appel des morts
  Le carnet noir
  Cicatrices
  Exit music
  L'Etrangleur d'Edimbourg
  On ne réveille pas un chien endormi
  Portes ouvertes

Ian Rankin est un auteur écossais de romans policiers, de nouvelles et de romans d'espionnage. Il est également critique littéraire. Ses romans lui ont rapidement valu le succès.
Il est né en 1960 à Cardenden (petit village de Fife).
Il a vécu quelques années en France, dans le Périgord.

L'appel des morts - Ian Rankin

Retrouver Edimbourg
Note :

   Retrouver Edimbourg et John Rébus pour cette treizième aventure c’est replonger dans une ambiance rock, bière et whisky avec cette fois une dimension mondiale puisque le G8 va se tenir en Ecosse mettant en ébullition la police locale car les manifestations anti-modialisation se succèdent et risquent de gâcher la «fête».
   
   Une affaire de tueur en série est au centre de préoccupations de Rébus, un tueur qui débarrasse Edimbourg de violeurs condamnés et récemment sortis de prison, tueur qui laisse sur les lieux du crime des indices pour le moins bizarres.
   
   Rébus désabusé, prend de plus en plus de distance par rapport à son travail, et comme d’habitude supporte mal les injonctions de sa hiérarchie de tout mettre en stand by pour faire la chasse aux contestataires.
   Siobhan, son adjointe est préoccupée par ses parents qui font partie des manifestants.
   
   Et pour ajouter une cerise sur le gâteau, lors d’un dîner officiel au château un député tombe, ou plus vraisemblablement, est poussé en bas des remparts. Avouez que ça fait tâche dans le paysage. Rébus est sommé de ne pas gratter trop fort ni trop profond pour expliquer ce lamentable accident.
   
   Comme toujours avec Ian Rankin, on suit le parcours de Rébus avec grand plaisir, c’est rondement mené, énergique. Politique et suspens se mêlent avec efficacité et réalisme et les portraits sont criants de vérité.
   
   Bref n’hésitez pas à vous embarquer pour Edimbourg dans la Saab de Rébus, certes elle est un peu déglinguée mais le fond sonore est toujours de bonne qualité chez ce fan de rock.
   
   
   Série Inspecteur John Rebus
   

   1. Knots and Crosses (1987) L'Étrangleur d'Édimbourg
   2. Hide and Seek (1991) Le Fond de l'enfer
   3. Tooth and Nail (1992) Rebus et le Loup-garou de Londres
   4. Strip Jack (1992) Piège pour un élu
   5. The Black Book (1993) Le Carnet noir
   6. Mortal Causes (1994) Causes mortelles
   7. Let it Bleed (1996) Ainsi saigne-t-il
   8. Black and Blue (1997) L'Ombre du tueur
   9. The Hanging Garden (1998) Le Jardin des pendus
   10. Dead Souls (1999) La Mort dans l'âme
   11. Set in Darkness (2000) Du fond des ténèbres
   12. The Falls (2001) La Colline des chagrins
   13. Resurrection Men (2002) Une dernière chance pour Rebus
   14. A Question of Blood (2003) Cicatrices
   15. Fleshmarket Close (2004) Fleshmarket Close
   16. The Naming of the Dead (2006) L'Appel des morts

   17. Exit Music (2007) Exit Music
   18. Standing in Another Man's Grave (2012) - Debout dans la tombe d'un autre
   19. Saints of the Shadow Bible (2013) On ne réveille pas un chien endormi
   20. Even Dogs in the Wild (2015)
   21. Rather Be the Devil (2016)
   ↓

critique par Dominique




* * *



Intrigue complexe
Note :

   A Édimbourg et dans ses environs pendant le G8 de 2005, le mois de juillet est une période agitée. Une grande manifestations d’écologistes débute, des bandes de délinquants profitant de la pagaille, sèment le trouble, l’élection de Londres pour les JO de 1012, excite une partie de la population, et, pour finir, de sanglants attentats furent perpétrés dans le métro et le bus.
   
   Pendant une réunion du G8 au château, un député, Ben Webster tombe du haut des tours et se tue. Accident ou crime ?
   
   Trois délinquants fraîchement sortis de prison, coupables entre autres d’agressions sexuelles et de viols, sont assassinés visiblement par la même personne, conclut John Rebus.
   
   Et voilà! je fais connaissance avec le célèbre policier Rebus !
   
   Faut-il prononcer Ribeuss ?
   
   C'est un inspecteur alcoolique presque à la retraite, et voici son adjointe Siobhan (prononcer Chioveun ?) à qui l’enquête a été confiée.
   
   Ils recherchent le meurtrier de Ben Webster en même temps que celui des trois violeurs.
   
   Pendant la manifestation, la mère de Siobhan est agressée par un homme, la jeune femme recherche l’assaillant.
   
   Pour tout cela les enquêteurs auront besoin de leur indic le plus précieux, Cafferty, (Keffti, non ?) mais aussi un scélérat notoire. D’autres personnes interviennent comme aides, suspects, ennemis, ou simples obstacles, parfois tout cela à la fois : une mystérieuse femme nommée Santal, qui filme les événements, un membre de la police de Londres Steelforth, un ex de Siobhan, Eric Bain et sa compagne Molly, une policière Ellen Wylie (ouail-li ou oualaille, c’est la question…) qui a des raisons d’en vouloir aux violeurs, une journaliste qui a servi de "nègre" à Cafferty pour son autobiographie, une sœur de Ben Webster, policière également, le chef de Pennen Industrie, Richard, … et bien d’autres gens.
   
   L’intrigue est complexe, on enquête sur plusieurs tableaux, on s’emmêle un peu les pinceaux, l’actualité politique chargée à laquelle tient l’auteur est largement commentée sans rien apporter de plus que ce que les journaux nous apprirent (c’est pourquoi on s’ennuie un peu), et l’intrigue policière, un peu trop délayée, notamment avec d’interminables dialogues, tient la route.
   
   Plus ambitieux que "Portes ouvertes" ce roman est moins réussi, mais possède d’incontestables qualités.

critique par Jehanne




* * *