Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La maîtresse de la mort de Boris Akounine

Boris Akounine
  La maîtresse de la mort
  L'amant de la mort
  Azazel
  Leviathan
  La prisonnière de la tour

Boris Akounine est le nom de plume de Grigori Chalvovitch Tchkhartichvili, historien et écrivain russe, né en Géorgie (URSS) en 1956.

La maîtresse de la mort - Boris Akounine

Vivre toute sa vie comme un vibrant poème
Note :

   Huitième enquête du gentleman russe et au flegme pourtant si british Eraste Pétrovich Fandorine, La maîtresse de la mort et L'amant de la mort se présentent comme une intéressante expérience littéraire, chers happy few. En effet, ce sont des "romans-miroirs" qui peuvent se lire dans n'importe quel ordre: se déroulant à Moscou au même moment (août-septembre 1900), ils relatent chacun une des deux enquêtes que Fandorine a résolues en parallèle, chacune racontée par un narrateur différent, ce qui fait de Fandorine l'élément récurrent des deux enquêtes mais aussi finalement un personnage secondaire.
   
   "La maîtresse de la mort" présente une intrigue relativement originale puisque Fandorine, de retour incognito à Moscou (où il se fait appeler Mr Nameless sans que personne ne sourcille), enquête sur une série de suicides sans précédent qui touchent la capitale russe. Point commun entre les suicides: les défunts ont laissé un poème d'adieu, qui célèbre la Mort comme une amante. Fandorine ne tarde pas à comprendre qu'ils appartenaient tous à un cercle très fermé : celui des Amants de la Mort. Au nombre de 12 (nombre immuable, un nouveau membre n'étant accepté que lorsqu'une place "se libère") ces exaltés suicidaires attendent, sous l'égide du magnétique Prospéro, que la Mort se manifeste par un Signe qui les invite à mettre fin à leurs jours. Cette enquête est racontée par Colombine, jeune provinciale montée à la capitale pour y vivre des aventures hors du commun, personnage à la fois romanesque et romantique (au sens littéraire), qui tient un journal de bord assez drôlatique, dans lequel elle analyse ses sentiments de manière grandiloquente en se mettant en scène comme une actrice de sa propre vie. Ce personnage entier et sans mesure (elle se promène avec un serpent vivant baptisé Lucifer autour du cou) semble contaminer toute l'intrigue, qui est assez théâtrale: medium, signes, mises en scène des morts, serial-killer... Très réussi et plein d'humour même si on y voit trop peu Fandorine à mon goût (que voulez-vous, j'aime ce personnage d'amour, je n'y peux rien, chers happy few).
   
   
   Ecrit dans un style savoureux (Senka parle un argot des plus réjouissants et tente ensuite de se cultiver), "L'amant de la mort" est bourré de rebondissements (il y a un évident côté feuilletonesque dans cet opus) et donne à Massa, le serviteur japonais d'Eraste un rôle de premier plan et l'on apprend notamment comment il s'y prend pour séduire toutes les femmes qu'il croise. Fandorine est plus présent que dans "La maîtresse de la mort", et il est toujours ce gentleman intelligent, séduisant et mystérieux, aux tempes blanchissantes et au léger bégaiement dont les femmes sont folles. Excellent.
   
   
   Pour ceux qui auraient envie de découvrir les enquêtes (excellentes) de Fandorine, je ne saurais trop conseiller de les lire dans l'ordre puisque les énigmes se déroulent entre 1876 et 1900 (ils ont tous été publiés chez 10/18): Azazel, Le gambit turc, Léviathan, La mort d'Achille, Missions spéciales, Le conseiller d'état, Le couronnement.
   
   Boris Akounine a écrit une autre série, dont l'héroïne est une religieuse, Soeur Pélagie. Deux titres sont disponibles chez 10/18: Pélagie et le bouledogue blanc et Pélagie et le moine noir. Sympathique.
   
   Il a aussi écrit une enquête dont le héros est Nicolas Fandorine, le petit-fils d'Eraste: Altyn-Tolobas (toujours chez 10/18). J'ai beaucoup aimé. Je pense qu'on peut définitivement dire qu'entre Boris et moi c'est une véritable histoire d'amour, chers happy few.
   
   
   Série Eraste Petrovitch Fandorine
   
    1 - Azazel (Азазель) Prix Mystère de la Critique 2002
    2 - Le Gambit turc (Турецкий гамбит)
    3 - Léviathan (Левиафан)
    4 - La Mort d'Achille (Смерть Ахиллеса)
    5 - Missions spéciales (Особые поручения), suite de deux nouvelles : Le Valet de Pique (Пиковый валет) et Le Décorateur (Декоратор)
    6 - Le Conseiller d'État (Статский советник)
    7 - Le Couronnement, ou le Dernier des Romanov ( Коронация, или Последний из романов)
    8 - La Maîtresse de la Mort (Любовница смерти)
    9 - L'Amant de la Mort (Любовник смерти)
    10 - L’attrapeur de libellules (Алмазная колесница)

critique par Fashion




* * *