Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Au nord de nulle part de Janette Turner Hospital

Janette Turner Hospital
  L'opale du désert
  Dernières recommandations avant la peste
  Au nord de nulle part

Janette Turner Hospital est née en 1942. Elle a grandi en Australie, dans la chaleur subtropicale de la côte du Queensland.
Après avoir vécu au Canada, en Angleterre et en France, elle enseigne aujourd'hui à l'université de Caroline du sud aux Etats-Unis, son pays de résidence.

Au nord de nulle part - Janette Turner Hospital

... Mais au bord du gouffre
Note :

   Retour à la littérature australienne avec ce recueil de neuf nouvelles de Janet Turner-Hospital, née en Australie elle vit aujourd'hui aux Etats-Unis.
   
   Des histoires pour le moins étranges, à la limite de la compréhension, la naissance du monde a-t-elle eu lieu dans "L'océan de Brisbane"? Mystère.
   
   Quelles sont les réelles relations entre les protagonistes de l'histoire?
   
   La seconde nouvelle est pour le moins déroutante, le titre "Cap tribulation", déjà cela promet, l'auteur nous parle de chauve-souris, je ne suis pas chauve et cela ne m'a pas fait sourire. Ensuite, elle nous raconte l'histoire du capitaine Cook, j'ai vu le naufrage arriver. Puis le nom de l'Endeavour' est cité. N'étant pas né à l'époque du Capitaine Cook, ce nom me rappelle un engin qui plane, là-haut, moi je ne planais plus, je me sentais en état de sur-apesanteur. Puis le mot fugue apparaît, je mets un CD de Bach et je fuis cette histoire.
   La nuit portant conseil, rendez-vous demain!
   
   Le lendemain, je commence par la troisième nouvelle, "L'envolée", débute comme "Les oiseaux" d'Hitchkok, mais sans le talent de ce dernier. Pour moi, c'est "Le chant du cygne».
   D'habitude je parle (ou du moins j'essaye de parler) du contenu d'un livre, là j'abandonne, c'est trop pour moi. Tout le monde peut se tromper, la preuve!
   
   Alors je vais parler du contenant, une couverture dans les tons de vert plutôt foncé, le nom de l'écrivain en jaune très pâle, et le titre en rouge soutenu.
   Cette couverture représente un soleil, un peu dans le style d'une tranche de citron dont le milieu aurait absorbé sans le vouloir une dose massive de brou de noix. Le paysage, très épuré, est une suite de couleurs où figurent une colline, un pré, une maison. Bref, même la couverture n'est pas géniale.
   
   Rangé entre le beige pastel de "L'opale du désert" et le bleu foncé de "Dernières recommandations avant la peste", un joli livre ma foi. Surtout quand il n'y a uniquement que la tranche qui soit visible.
   En plus ce vocabulaire scientifique me dépasse :
   -La disposition aléatoire de certains objets constitue une sorte de champ magnétique.
   Ou alors :
   -des alignements magiques, à des symétries parfaites, à des applications de la numérologie, à de mystérieuses puissances géométriques.
   J'ai eu par moment l'impression de lire l'autre Janet, la néo-zélandaise Janet Frame (étrange que l'orthographe soit différente!) les mêmes récits sur le fil du rasoir, entre enthousiasme et ennui, envie de continuer, puis d'arrêter. Mais si pour Janet Frame j'avais continué sans le regretter, là j'ai arrêté définitivement.
   
   Une énorme déception, car j'avais bien aimé ses ouvrages lus précédemment.
   Comme il faut positiver dans la vie, je me dis que j'ai acheté ce livre un euro.
   
   
   Extraits :
   - "Tout est soumis à une foutue distorsion spatio-temporelle, c'est comme un 'marécage'....."
   
   - Quand les chauves-souris fondent sur vous, elles émettent un son aigu rappelant celui du courrier électronique.
(Ce n'est pas seyant je vous l'accorde, mais dorénavant je porterai un bonnet de bain pour ouvrir mes mails. Un bonnet de bain intégral avec barbe comprise, car la question est posée, les chauves-souris s'attaquent t-elle à la barbe?)
   
   
    Titre original: North of Nowhere, South of loss. (2006)

critique par Eireann Yvon




* * *