Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Promenades dans les marais de David Updike

David Updike
  Promenades dans les marais

Promenades dans les marais - David Updike

A mes parents*
Note :

   J'ai ce livre depuis très longtemps, et par un de ces mystères qui me dépasse, je viens de le redécouvrir. Ce jeune homme (10 ans de moins que moi) est le fils de John Updike. Aura-t'il une carrière aussi longue et aussi prolifique? Au premier abord non, car ce livre est sa seule oeuvre traduite en français.
   
   Ce recueil de 15 nouvelles date de 1988 et il ne nous promène pas uniquement dans les marais.
   
   L'enfance et ses souvenirs, mais aussi ses périls. Les nombreux déménagements, la mort du Grand-Père que le jeune garçon ressent confusément comme quelque chose de grave, dans la nouvelle intitulée «Le jardin» . La cruauté de l'enfance, pour un autre, le départ en Europe l'éloigne du garçon qui le terrorisait.
   «La leçon de guitare» nous raconte l'histoire d'un jeune garçon qui déteste cette fameuse leçon de guitare, mais ses parents partant en vacances, ses grands parents les remplacent. La gentillesse de son grand-père va changer sa manière d'être. L'auteur nous parle des quatre saisons, mais remplace le mot automne par «Été indien» qui est l'histoire d'une vieille femme vivant au milieu d'animaux.
   Homer est en vacances avec son ami Fred et la soeur de celui-ci, Sandra. C'est «L'été» et........«Le Printemps» qui nous raconte une idylle naissante. Dans «Hiver» c'est une rupture, ils s'aiment, mais ils ne peuvent pas être heureux ensemble.
   Dans la nouvelle qui donne son titre au livre, un jeune homme de vingt et un ans rencontre un vieil homme de plus de quatre vingt ans. Une belle histoire sur le temps qui passe.
   «Agawan» est le nom de la ville natale d'un homme qui y retourne régulièrement. Bien qu'il ait vécu dans d'autres lieux, celle-ci reste sa ville favorite. La dernière histoire de ce recueil «Sciences humaines» raconte la rencontre entre une femme et un homme dans un bar d'une ville américaine.
   Une femme pense à sa mort, son mari repose avec sa première épouse dans le caveau familial, mais elle, où va-t-elle être enterrée?
   
   Des gens très ordinaires dans un quotidien sans surprise. Les interrogations des enfants vis à vis de la mort, puis de l'amour. Une famille dont le père a quitté la maison, mais qui revient voir ses enfants. Des personnages de tous âges dont certains se retrouvent dans plusieurs nouvelles qui semblent parfois autobiographiques.
   
   Une écriture simple et agréable trop apaisée peut-être. Des personnages qui m'ont paru trop lisses, dans des vies monotones. Un livre qui se laisse lire sans déplaisir, mais qui manque d'un peu de fantaisie pour être un bon recueil . J'ai parfois pensé à John McGahern qui lui aussi décrivait le quotidien de gens sans histoire mais qui ajoutait toujours une touche de causticité qui est absente également.
   
   
   Extraits:
   
   - Nous étions à un âge où les garçons sont sensés ne plus avoir peur du noir.
   
   - Par terre, sa guitare gisait dans son étui luxueux de velours bleu, telle une très belle femme dans son cercueil.
   
   - Nous n'avons pas élevé ton père. C'est lui qui nous a élevé. Il était adulte de naissance.
   
   - Mes parents étaient toujours jeunes et beaux et, étrangement ils ressemblaient plus à des camarades qu'à des parents.
   
   - Cependant son amitié avec Fred suivait son cours de joie faite de camaraderie et de sport.
   
   -...désordre que je prenais pour la forme suprême de l'ordre, un ordre personnel.....
   
   - Le jardin est en forme d'amande, ou de larme.
   
   - Après l'office, ma grand mère et une amie, Mme Saunders, allaient au cimetière rendre visite à leurs maris respectifs.
   
   - J'aime ces carrefours ruraux.
   
   - Lors de cette promenade et des autres, il appris la première grande leçon de l'age adulte: son étrange et inévitable solitude.
   
   - Ce soir là, il resta dîner et ne rentra plus chez lui.

   
   
   
   Titre original: Out on the Marsch
   
   * Dédicace du livre.

critique par Eireann Yvon




* * *