Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Foulée noire de Frank Pavloff

Frank Pavloff
  Matin brun
  Foulée noire
  L’enfant des marges

Franck Pavloff est un romancier français né à Nîmes en 1940.

Foulée noire - Frank Pavloff

Foulée comme… coureur à pied
Note :

   Polar électrique - un peu trop pour la crédibilité – qui évolue en Dauphiné, à Grenoble et ses environs, dans un milieu en rapport avec la course à pied, ou plutôt l’intérêt qu’on peut avoir à mobiliser des kenyans, sans papiers, ouvriers au noir, et coureurs de fond émérites comme chacun sait, dans des courses d’intérêt local.
   
   Une intrigue un peu compliquée, qui utilise plusieurs ressorts, mais toujours un peu à la limite de l’outrance. C’est vrai pour les passages concernant la ville Grenoble et son environnement (à en croire Franck Pavloff c’est «Pollution sur Isère» !!!).
   «Le train tangue, les gars de la CGT aussi. Grenoble s’annonce dans un halo chimique de brumes glauques.»
   C’est vrai aussi pour l’enquête menée par Garec, photojournaliste en rupture de ban. Je n’ai pas l’impression que dans la vraie vie, les choses se déroulent ainsi (ou peut-être suis-je naïf, ce qui n’est pas exclu!).
   
   Résumons: Garec en a marre du photojournalisme. Une connaissance lui propose une «mission ponctuelle»:
   « Il m’a cueilli un beau matin où j’étais pas franchement frais. Il avait dû se renseigner. En deux mots il m’a expliqué qu’il tenait un sujet du tonnerre de Dieu, du sulfureux: les Olympiades d’Athlétisme de Grenoble dont les milieux sportifs faisaient des gorges chaudes. Gonflette et mégalo.»

   Et voilà notre Garec à Grenoble plongé rapidement dans des disparitions mystérieuses de kenyans, qui courent, qui travaillent au noir. Il va faire équipe, un peu forcé, avec un jeune beur de la cité qui a vu lui aussi des choses qu’il ne fallait pas voir… Notables contre électrons libres un peu libertaires, un peu tendance Le Poulpe, si vous voyez ce que je veux dire?
   
   Mais je l’ai dit, un peu outrancier pour qu’on marche complètement.

critique par Tistou




* * *