Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Balcon de Jean Genet

Jean Genet
  Les bonnes
  Le condamné à mort
  Le Balcon
  Journal du voleur

Le Balcon - Jean Genet

Une pièce déroutante
Note :

   "Le Balcon" est une pièce représentative de la dramaturgie subversive de Jean Genet, l'un des auteurs les plus atypiques du "théâtre nouveau". Cette pièce marque un tournant dans l’œuvre de Genet, qui en publie d'ailleurs cinq versions successives: sur le plan dramaturgique, l’auteur brise l’unité de la scène et multiplie le nombre des personnages. Ces derniers jouent leurs scénarios pervers dans la maison de prostitution "le Grand Balcon" tenue par Madame Irma, alors que la révolution fait rage dans la ville. Les clients du Grand Balcon viennent sous des habits d’emprunt, chercher une image idéale dont ils seront «la figure» pendant le scénario pervers qu’ils joueront avec l’une des prostituées de Madame Irma. C’est ainsi que l’on peut assister aux séances d’habillage et de déshabillage du client.
   
   Le personnage se distingue dans "Le Balcon" par son caractère protéiforme. C’est le cas de l’Evêque qui se réjouit d’entendre confesser les pêchés, du Juge sadique qui veut fouetter la Voleuse, du Général heureux de succomber aux blessures des batailles. Ne disposant d’aucune identité, il prend de ce fait des allures multiples. Ainsi, le Général ne nous sera connu que sous l'étiquette d'un client assidu de la maison de Madame Irma, qui vient satisfaire ses fantasmes en revêtant l’uniforme et en mimant sa propre mort sur le champ de bataille avec l’aide de la fille dont il s’assure les services. Du reste, le personnage de Madame Irma est central: elle observe tous les salons de la perversion à travers un viseur qu’elle a installé dans sa chambre et c’est donc par ses yeux que le spectateur voit quelques scènes "obscènes". Quand l’Envoyé de la cour propulse Irma sur le devant de la scène politique afin de se servir d’elle, la tenancière du bordel devient la reine. Cette machination met fin à la révolution, mais également à la logique et au raisonnement auxquels nous sommes habitués. Aussi Genet tord-il le cou à la raison et aux tabous.
   
   "Le Balcon" reste d'une actualité surprenante même si sa version finale remonte à 1961. Genet y associe, non sans ironie, la société occidentale à un bordel de luxe: un lieu où s’échangent les corps contre de l’argent, où règnent la supercherie et l'illusion.

critique par Imad




* * *