Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Etrangleur de Cater Street de Anne Perry

Anne Perry
  L'égorgeur de Westminster Bridge
  Le cadavre de Bluegate Fields
  La Détective de Noël
  Meurtres à Cardington Crescent
  Le Secret de Noël
  L'Etrangleur de Cater Street
  Du sang sur la soie
  Un Noël plein d'Espoir
  La Révélation de Noël
  Le Spectacle de Noël
  L'Odyssée de Noël
  Un Noël à New York
  La Disparue de Noël

Anne Perry est un auteur britannique de romans policiers victoriens née en 1938 et décédée en 1998.

L'Etrangleur de Cater Street - Anne Perry

Défendez-vous, quoi!
Note :

   C'est là le premier tome de la série «Charlotte et Thomas Pitt» détectives anglais dont j'ai beaucoup entendu parler.
   
   Ayant un faible pour le polar féminin anglais, il était inévitable que j'aille faire un tour du côté de Cater Street…
   Nous voilà en 1881, dans un quartier londonien a priori tranquille et bien fréquenté.
   Charlotte Ellison, âgée de vingt ans, vit en famille: parents, deux sœurs, un beau-frère séduisant, et une grand-mère détestable. Bourgeois aisés, ils ont quelques domestiques, un majordome, et beaucoup de préjugés. Les jeune femmes restent à la maison, font des travaux d'aiguilles, sortent pour visiter les pauvres, aller à l'église, et supporter d'autres sermons chez le Pasteur et sa femme, résolument intégristes; elles vont aussi au bal mais c'est pour y chercher des maris!
   
   Une existence plus que pénible! Charlotte se cache pour lire les journaux, qui lui sont interdits par son père. La société l'intéresse, la politique, et bien sûr les faits divers. Un tueur fou sévit dans Cater Street tout près de chez elle. Il s'en prend à des jeunes femmes de toutes conditions, et de mœurs légères aussi bien que sérieuses... c'est avec intérêt que Charlotte est amenée à connaître l'inspecteur Pitt chargé de l'enquête, qui est issu d'un milieu modeste, et l'attire davantage que les jeunes gens de son rang. Elle le trouve plus franc et espère qu'il sera fidèle en amour. D'autre part, il lui fait découvrir des milieux sociaux qu'elle ne connaît pas.
   
   C'est un roman très ancré dans le 19eme siècle. L'influence de Dickens est très présente, mais pas son souffle narratif.
   
   le style est un peu lourd, et on comprend vite (à moitié) qui est le coupable, en tout cas d'où vient le crime, car les «fausses pistes» ne tiennent pas la route. Les personnages sont sympathiques mais guère originaux... !
   
   Si vous avez aimé cet étrangleur et Anne Perry en général, manifestez vous pour le/ la/les défendre!
   
   Titre original : The Cater Street Hangman, 1979
   
   
   Série londonienne, Charlotte et Thomas Pitt
   
   L'Étrangleur de Cater Street

   Le Mystère de Callander Square
   Le Crime de Paragon Walk
   Resurrection Row
   Rutland Place
   Le Cadavre de Bluegate Fields
   Mort à Devil's Acre
   Meurtres à Cardington Crescent
   Silence à Hanover Close
   L'Égorgeur de Westminster Bridge
   L'Incendiaire de Highgate
   Belgrave Square
   Le Crucifié de Farrier's Lane
   Le Bourreau de Hyde Park
   Traitors Gate
   Pentecost Alley
   Ashworth Hall
   Brunswick Gardens
   Bedford Square
   Half Moon Street
   La Conspiration de Whitechapel
   Southampton Row
   Seven Dials
   Long Spoon Lane
   Buckingam Palace Gardens
   Lisson grove
   Dorchester Terrace
   Bryanston mews
    ↓

critique par Jehanne




* * *



Sooo retro!
Note :

    Résumé
   
   "Suffragette avant l'heure, l'indomptable Charlotte Ellison contrarie les manières des codes victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel eu tea o'clock. Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s'étalent les faits divers les plus sordides. Aussi bien le Londres des années 1880 n'a-t-il rien à envier à notre fin de siècle: le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie. Dans cette nouvelle série "victorienne", la téméraire Charlogge n'hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard."
   

   
   Commentaire

   
   J'ai lu ce livre afin de me mettre dans une ambiance "Londres", (pourquoi donc voudrais-je me "Londoniser??" Myyyystère!) je l'ai ouvert hier soir et j'ai eu bien de la peine à le lâcher! Je sens que je vais beaucoup, beaucoup aimer cette série!
   
   Nous sommes ici en plein Londres victorien, avec tout ce que ça implique de coutumes, de non-dits, de classes sociales et de petits doigts en l'air. La famille Ellison fait partie de la bourgeoisie assez aisée et sont très conscients de leur position dans le monde. Ce premier tome met en place les différents personnages et cerne bien l'époque. Mon dieu que ce devait être frustrant de vivre dans toutes ces convenances où il était possible de mettre abruptement fin à une conversation en envoyant une femme se coucher et respirer ses sels ou encore en disant simplement que le sujet était vulgaire! Dans la première partie, je me suis sentie envahie par ces non-dits, ces absences de réponses, dans le petit cercle des Ellison, remplis de préjugés (mais tout le monde les avait, ces préjugés... c'était comme normal!) et ignorant tout de la réalité extérieure. Le personnage de la grand-mère, entre autres, est exécrable! On aurait franchement le goût de l'enfermer en quelque part, avec sa morale bien-pensante!!
   
   Et dans ce monde rigide vit Charlotte, qui dit clairement ce qu'elle pense et qui n'est pas prête à tout accepter, principalement le sexisme en vigueur à l'époque. C'est d'ailleurs un thème qui est largement exploité dans le roman. Après avoir entendu toute sa vie des conversations stériles et avoir été mise à l'écart de tout ce qui n'était pas couture et heure du thé, on peut comprendre que Charlotte accueille la franchise de l'inspecteur Pitt avec plus d'enthousiasme qu'elle ne l'aurait elle-même souhaité! 
   
   L'inpecteur Thomas Pitt (j'adore le personnage) entre en scène car il est chargé de l'enquête des meurtres de Cater Street. En effet, on ne sort plus dans Cater Street, de jour comme de soir car les femmes se font étrangler en pleine rue, dans un quartier respectable et jusque là sans reproche! Et dans ces gens du monde, obtenir une réponse franche (parce que plusieurs considèrent être bieeeen au-dessus de tout ça et ne se croient pas obligés de répondre à ces impertinents policiers!) est une méchante entreprise!! Mais Pitt est perspicace, intelligent, ouvert... et tenace! J'ai beaucoup aimé les dialogues entre lui et Charlotte, teintés d'ironie et d'auto-dérision. Un peu d'honnêteté, dans ce monde de faux-semblant, ça fait du bien!
   
   Quant à l'intrigue, moi qui pensais que mon syndrome "toujours connaître le coupable" était miraculeusement guéri... je crois que je m'étais trompée (tiens... j'aurais peut-être dû demander un antibiotique pour ça à l'hôpital, l'autre jour... je ne pense pas qu'ils y aient pensé dans mon cocktail!). En fait, je me suis très rapidement doutée de l'identité du coupable, même si je ne savais pas pourquoi et si j'étais loin d'être certaine. C'était juste une "intuition", comme de coutume. Je dois quand même donner à l'auteur que ce n'était pas si évident que ça, par contre. Il s'agit d'une enquête assez classique, sans descriptions d'horreurs, sans noirceur excessive. Pour ma part, dans ce livre, c'est beaucoup moins l'enquête que le contexte victorien et la mise en place de la série qui m'a intéressée. C'est sans prétention, ça se lit vite,  et c'est très distrayant!
   
   Bref, une série que je vais assurément poursuivre! Elle est looongue en plus, j'en ai pour un moment à l'apprécier! Je vais essayer d'en trouver quelques tomes en VO, juste pour voir. Ce n'est pas que j'aie quelque chose contre la façon directe dont l'histoire est racontée (ça convient très bien, au contraire, c'est plein de dialogues!). C'est juste que certaines formulations m'ont un peu énervée (le mot "méchamment" entre autres.... il m'éééénerve, ce mot-là, dans les romans!!) et je suis curieuse de voir le style d'écriture original!
   
   Une très belle découverte!
   ↓

critique par Karine




* * *



Pas si mal !
Note :

   Je n'ai pas toujours été tendre avec les romans d'Anne Perry. Après une découverte délicieuse il y a près de dix ans, j'ai fini par me lasser un peu d'éléments récurrents (les passages un peu moralisateurs sur les différences de classe sociale qui me semblaient copiés d'un livre à l'autre, le rappel constant des origines de Charlotte et Thomas pour ne pas déstabiliser le lecteur qui viendrait à débarquer en plein milieu de la série), puis certaines intrigues m'ont paru franchement légères.
   
   Pourtant ma première lecture, "Le Mystère de Callander Square", avait été un petit coup de cœur. J'avais même acheté d'un coup près de dix tomes (!) pour pouvoir me délecter de la suite sans avoir peur de ne plus avoir de Charlotte ou de Thomas Pitt sous la main. "L'Etrangleur de Cater Street", lu juste après, m'avait un peu moins conquise en raison de l'intrigue plus simple. Récemment, l'envie m'a prise de relire certains des premiers Charlotte et Thomas Pitt et notamment le tout premier, qui est aussi celui de leur rencontre.
   
   Ce roman nous fait pénétrer dans le foyer de la famille Ellison, un couple d'âge mûr, leurs trois filles, Sarah Corde, l'épouse Dominic, ainsi que Charlotte et Emily, en âge d'être mariées. Sans parler de la grand-mère, qui intervient par intermittence. Alors que le récit débute, la bonne des Ellison se fait assassiner ; il s'agit de la dernière victime d'un étrangleur qui commence à vraiment inquiéter ce quartier tranquille, dont les paisibles et respectables habitants ont bient du mal à réaliser que le tueur peut être l'un des leurs et non une personne issue des bas fonds de Londres.
   
   L'intrigue policière n'est pas particulièrement développée, même si je trouve le mobile du meurtrier assez original - l'issue du roman m'avait suffisamment marquée pour que je m'en souvienne, ce qui ne m'arrive pas si souvent. Si j'ai donc apprécié cette lecture, c'est surtout parce qu'elle m'a permis de me remémorer la rencontre des Pitt et leur famille, qui intervient au fil des tomes de cette série. Je me suis trouvé un petit côté fleur bleue car j'ai réalisé que plus les pages défilaient, plus j'attendais le retour de Thomas Pitt dans le cadre de scènes avec sa future épouse!
   
   Les personnages sont assez intéressants, entre une Charlotte au caractère bien trempé, très droite mais trop franche pour trouver un mari de son rang et une Emily extrêmement tactique et froide, mais pourtant sympathique. Sarah, la soeur aînée, manque cependant de relief, si ce n'est que sa vie conjugale compliquée lui fait se tourner vers la religion et l'influence nauséabonde du pasteur très puritain (et très préoccupé par les péchés d'ordre charnel) de Cater Street.
   
   Une lecture vraiment très plaisante, qui m'a d'ailleurs beaucoup plus séduite cette fois-ci, sans doute parce que j'en attendais quelque chose de différent. Certes il ne faut pas espérer lire le thriller du siècle mais c'est un plongeon sympathique dans l'époque victorienne et un passage presque obligé avant de poursuivre avec la série, dans lequel la famille de Charlotte apparaît régulièrement. Mon seul bémol tient aux attitudes un peu caricaturales de certains personnages, telle la vieille Mrs Ellison qui est assez ridicule lorsqu'elle empoisonne la vie de ses proches, ou encore lorsque ses petites filles se mettent à l'insulter et à la traiter d'espèce d'idiote ou je ne sais quel autre nom d'oiseau, ce que j'ai du mal à concevoir lorsqu'on songe à l'époque (1881) et au milieu social décrit.

critique par Lou




* * *