Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rashômon et autres contes de Ryûnosuke Akutagawa

Ryûnosuke Akutagawa
  Rashômon et autres contes

Rashômon et autres contes - Ryûnosuke Akutagawa

Magistral
Note :

   "Rashômon et autres contes" propose quatre très belles nouvelles de ce grand écrivain japonais, au style très travaillé - chaque mot, chaque phrase sont soigneusement choisis et élaborés.
   
   "Rashômon" évoque avec une admirable concision la détresse d'une période de famine, et l'horreur à laquelle se trouvent acculés les plus démunis.
   "Figures infernales" atteint des sommets dans l'horreur, flammes de l'enfer, possession démoniaque, et un crime d'une cruauté indicible commis au nom de l'art et de la recherche de la perfection.
   "Dans le fourré" rassemble des comptes-rendus d'un meurtre, comptes-rendus contradictoires de témoins, de l'assassin et enfin de la victime elle-même, plongeant le lecteur dans la confusion la plus complète.
   Et enfin, "Gruau d'ignames" condense en 30 pages à peine une terrible leçon sur la cruauté humaine, les brimades et vexations dont un groupe en position de force accable celui qui s'est révélé plus faible. La victime de ces brimades, Goi, un officier subalterne au service du régent, n'a plus qu'un désir, un rêve dans sa vie: se rassasier de gruau d'ignames. "Lui-même n'avait pas, semblait-il, une nette conscience qu'il s'agît là du but de sa vie. Mais il n'empêche qu'il ne vivait que dans ce but. Il arrive parfois qu'un homme consacre sa vie entière à un désir qu'il ne pourra peut-être jamais réaliser. Celui qui se moque d'une telle illusion ne connaît rien à la vie. Cependant, Goi vit son rêve de manger de la bouillie jusqu'à satiété plus facilement qu'il ne s'y attendait. Raconter comment, c'est la raison de cette histoire". Mais si vous croyez que cette dernière histoire se termine sur une note optimiste, vous devrez vite déchanter. Pathétique au sens premier du mot.
   
   Quatre nouvelles magistrales!
   
   

critique par Fée Carabine




* * *