Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Emblème du croisé (Dave Robicheaux - 14) de James Lee Burke

James Lee Burke
  Purple cane Road (Dave Robicheaux - 11)
  Le bagnard et autres nouvelles
  Dans la brume électrique avec les morts confédérés (Dave Robicheaux - 6)
  Le brasier de l'ange (Dave Robicheaux - 8)
  Dixie city (Dave Robicheaux - 7)
  Prisonniers du ciel (Dave Robicheaux - 2)
  Une tache sur l´éternité (Dave Robicheaux - 5)
  La rose du Cimarron
  Le boogie des rêves perdus
  Une saison pour la peur (Dave Robicheaux - 4)
  Sunset limited (Dave Robicheaux - 10)
  La pluie de néon (Dave Robicheaux - 1)
  Cadillac juke-box (Dave Robicheaux - 9)
  Bitterroot
  Heartwood
  L'Emblème du croisé (Dave Robicheaux - 14)
  Dernier tramway pour les Champs Elysées (Dave Robicheaux - 13)
  Vers une aube radieuse
  Jolie Blon’s Bounce (Dave Robicheaux - 12)
  La descente de Pégase (Dave Robicheaux - 15)
  Jésus prend la mer
  Black cherry Blues (Dave Robicheaux - 3)
  La moitié du paradis
  Déposer glaive et bouclier
  Dieux de la pluie
  Creole Belle (Dave Robicheaux - 19)
  L’arc-en-ciel de verre (Dave Robicheaux -18)

James Lee Burke est un écrivain américain de romans policiers, né à Houston (Texas) en 1936.
Il vit entre New Iberia (Louisiane) et Missoula (Montana).
Diplômé de littérature américaine, il enseigne à l’université du Missouri.
Après avoir habité longtemps en Louisiane, il réside actuellement à Missoula (Montana)

L'Emblème du croisé (Dave Robicheaux - 14) - James Lee Burke

Les virées dans les bayous
Note :

    Quelle chance, on a à peine quitté Dave Robicheaux dans «La brume électrique» de Tavernier, qu’on le retrouve ici.
   Toujours installé à New Ibéria, il a posé son insigne de la police, sa fille Allafair est partie étudier dans l’Orégon, il va à la pêche et régulièrement au cimetière porter des fleurs à sa femme Bootsie.
   
   Heureusement le passé va le rattraper, histoire de le faire sortir de sa douce torpeur. Un vieux camarade de classe veut absolument lui parler, il faut préciser que c’est urgent, le dit camarade est en train de mourir à l’hôpital!
   
   Ce que l’homme lui confie concerne une jeune femme, Ida Durbin, que Dave et son frère ont connu alors qu’ils n’avaient que vingt ans. Elle leur a sauvé la vie à tous les deux et lorsqu’elle veut échapper à son mac, Jimmy Robicheaux tombé fou amoureux, lui propose de s’enfuir avec lui. Sauf que le jour dit la belle n’est pas au rendez vous et que personne n’en entend plus jamais parler jusqu’aux confidences du mourant.
   
   Dave est prêt pour retrouver cette Ida, à reprendre du service dans la police, le bizarre de l’histoire c’est que dès la sortie de l’hôpital où son vieux pote est hospitalisé, il se retrouve dans les ennuis avec un grand E. Ses pires ennemis sont flics, on tente de le compromettre, un contrat est pris sur sa tête et tout ça pour une prostituée disparue il y a quarante ans ...
   Dans le même temps un tueur en série sévit à Bâton Rouge aussi il ne lui est pas difficile de récupérer sa plaque de policier, il va mener les deux enquêtes en parallèles mais dans la vie il arrive que même des parallèles finissent par se rencontrer.
   
   Ses recherches le conduisent toujours et invariablement vers la famille Chalons, riches propriétaires dont le fils Val est devenu journaliste et va doucement pourrir la vie de Robicheaux. Dave va dans cette enquête retrouver Jimmy son frère, Clete le complice de toujours et va faire la connaissance de Molly, Molly qui l’attire bigrement mais qui est religieuse, bon elle n’a pas prononcé ses voeux mais tout de même! Quand on dit que Robicheau a le génie de se fourrer dans la mouise...
   
   Nous voilà embarqués dans le dernier James Lee Burke, brillant, ficelé à la perfection, une intrigue qui tient ses promesses jusqu’au dernier chapitre. Bon je suis un peu inconditionnelle donc partiale mais que voulez vous, je ne me lasse pas des virées dans les bayous, des ciels de Louisiane et de la capacité de James Lee Burke à mettre de la poésie dans la violence.
   
   
   Série Dave Robicheaux
   
   1. La Pluie de néon, The Neon Rain (1987)
   2. Prisonniers du ciel, Heaven's Prisoners (1988)
   3. Black Cherry Blues, Black Cherry Blues (1989)
   4. Une saison pour la peur, A Morning for Flamingos (1990)
   5. Une tâche sur l'éternité, A Stained White Radiance (1992)
   6. Dans la brume électrique avec les morts confédérés, In the Electric Mist with Confederate Dead (1993)
   7. Dixie City Jam (1994)
   8. Le Brasier de l'ange, Burning Angel (1995)
   9. Cadillac Jukebox (1996)
   10. Sunset Limited (1998)
   11. Purple Cane Road (2000)
   12. Jolie Blon's Bounce (2002)
   13. Dernier tramway pour les Champs-Élysées, Last Car to Elysian Fields (2003)
   14. L'Emblème du croisé, Crusader's Cross (2005)

   15. La descente de Pégase, Pegasus Descending (2006)
   16. The Tin Roof Blowdown (2007)
   17. Swan Peak (2008)
   18. The Glass Rainbow (2010)
   19. Creole Belle (2012)
   20. Lumière du monde, Light of the World (2013)
    ↓

critique par Dominique




* * *



Louisiane, noblesse déchue
Note :

   « C’était la fin d’une époque. Une époque que les historiens décriront comme la dernière décennie de l’innocence américaine. Elle est inscrite dans nos mémoires sous forme d’images et de sons plutôt que d’évènements historiques – Cadillac roses, cinémas de plein air, voyous des rues au look dernier cri, rock’n roll, Hank et Lefty dans les juke-box , boogie salace, base-ball l’après-midi, et, devant les restaurants drive-in, vacarme assourdissant des courses de dragsters Ford ’32 surbaissés aux moteurs Mercury – le tout sur fond de palmiers, écume de déferlantes et ciels mauves, comme autant de tributs cinématographiques spécialement créés en hommage à notre jeunesse.»
   
   Année 50, donc, ces années pendant lesquelles Dave Robicheaux, très jeune, travaille l’été sur des champs pétrolifères, en Louisiane – Texas, pour se faire de l’argent, en compagnie de son frère aîné Jimmy (frère dont on a très peu entendu parler dans les épisodes précédents mais peu importe). Le travail est dur et seuls, quelques jours de relâche leur permettent de reprendre avec la civilisation. C’est lors d’une de ces journées qu’ils vont tous deux devoir leur vie sauve à une jeune femme, Ida Durbin.
   Jimmy en tombe raide amoureux au point de tout lâcher pour organiser son départ avec elle, même s’il a compris entre temps qu’elle exerçait le «plus vieux métier du monde». Ils sont sur le point de partir quand Ida Durbin disparait. Mystérieusement et inéluctablement, laissant au cœur de Jimmy un trou qu’on imagine bien béant.
   
   Années 90 ou 2000, Dave Robicheaux est l’enquêteur à problèmes que l’on sait. Plus ou moins en retraite, qui vient de perdre sa femme – et un peu ses repères aussi – et bizarrement cet ancien épisode remonte à la surface par la grâce de la confession d’un ancien condisciple d’université.
   
   Au même moment un tueur en série se met à sévir en Louisiane et amène Dave Robicheaux à reprendre du service. Il va pouvoir enquêter aussi sur ce qu’est devenue Ida Durbin.
   
   L’atmosphère est passablement violente. James Lee Burke plus désabusé que jamais sur l’évolution de la Louisiane quant à la mainmise des grandes industries pétrolières et chimiques, ou de la Mafia sur cet Etat. Clete Purcel est là et sauvera la mise de Dave Robicheaux. Et réciproquement. Les ingrédients habituels figurent dans ce roman. Pourtant j’y mettrais deux bémols:
   D’abord il m’a paru «moralisateur», notamment l’épilogue que James Lee Burke s’est senti obligé d’ajouter pour donner totale cohérence à son histoire,
   Puis, c’est certainement le premier épisode de la série Dave Robicheaux qui n’est pas traduit par Freddy Michalski, celui-ci a été traduit par Patricia Christian, et j’ai eu l’impression de ne pas retrouver le souffle habituel. Impression?
   
   Ça reste néanmoins un James Lee Burke et hautement recommandable à ce titre.

critique par Tistou




* * *