Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: Marzi, tome 5: Pas de liberté sans solidarité de Marzena Sowa

Marzena Sowa
  S comme: Marzi, tome 1: Petite carpe
  S comme: Marzi, tome 2: Sur la terre comme au ciel
  S comme: Marzi, tome 3: Rezystor
  S comme: Marzi, tome 4: Le bruit des villes
  S comme: Marzi, tome 5: Pas de liberté sans solidarité
  S comme: L’Insurrection – tome 1 : Avant l’orage

S comme: Marzi, tome 5: Pas de liberté sans solidarité - Marzena Sowa

L'Histoire en marche
Note :

   Les célébrations du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin l'ont rappelé, en accordant à Lech Walesa une place d'honneur: l'effondrement du bloc de l'Est avait commencé en Pologne où des mouvements de grève lancés à l'été 1988 avaient mené à la légalisation de Solidarnosc puis à de premières élections (partiellement) démocratiques. Mais tout cela s'était passé dans un calme relatif, et les événements de novembre 1989, plus spectaculaires, l'ont supplanté dans les mémoires.
   
   C'est tout justement dans cette période commençant à l'été 88 et se poursuivant jusqu'à la disparition de l'URSS et l'effondrement complet du bloc de l'Est que ce cinquième tome des aventures de Marzi nous permet de nous replonger. La grande histoire s'y arroge une part plus importante que dans les volumes précédents, et à travers les yeux d'une enfant qui "absorb[e] tout, [se] laiss[e] imbiber de tout sans que les gens s'en aperçoivent..." (p. 19), elle retrouve toute la charge d'émotions, d'euphorie mais aussi d'inquiétude, de l'instant vécu.
   
   L'humour et la tendresse des précédents épisodes de cette évocation du quotidien d'une petite fille en Pologne communiste sont toujours bien présents. Ce cinquième tome n'a donc rien perdu de ce qui faisait le charme de cette série - décidément excellente -, tout en amenant quelque chose de neuf: plus de maturité peut-être car son héroïne grandit, et la conscience que rien n'est tout blanc ni tout noir...

critique par Fée Carabine




* * *