Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Carnets d’esquisses de Hiroshige

Hiroshige
  Carnets d’esquisses

Carnets d’esquisses - Hiroshige

Images d'un monde flottant
Note :

   Textes de Sherman Lee
   
    C’est d’un livre datant de quelques années dont j’ai envie de parler aujourd’hui. Un livre à admirer, à feuilleter, livre que vous ouvrez les jours moroses, les jours où vous avez besoin d’un petit surplus de bonheur.
   C’est tout le japon traditionnel qui nous est proposé dans ces deux carnets du maître japonais Hiroshige
   
   Cinquante dessins sont présentées dans ce livre, dessins à l’encre et au crayon, rehaussés de lavis et d’aquarelle.
   L’esquisse est un art pratiqué au Japon mais les oeuvres conservées par la bibliothèque du Congrès ont longtemps été jugées sans grande valeur.
   Les carnets sont longtemps restés enfermés et ce livre est le premier qui nous permet de les admirer.
   
   Le premier carnet est composé de vingt cinq dessins de paysages et de scènes de la vie quotidienne. On croise des barques de pêcheurs, un homme juché sur sa mule au pied du Mont Fuji, un envol d’oiseau, une barque sous la lune.
   Ces scènes dégagent une grande sérénité, les traits estompés, les couleurs, la composition, tout nous fait entrer dans un monde de délicatesse et de légèreté.
   Hiroshige utilise l’espace avec bonheur et l’oeil se promène libre et serein.
   
   "Le voyageur occidental qui n’aurait jamais eu la chance de visiter le Japon ou de connaître la langue japonaise ne pourra manquer lui-même de ressentir ici la magie proprement nippone des paysages."
   
   "L’élégance toute en rythmes et nuances des costumes traditionnels "(Extrait de la préface de Daniel Boorstin)

   
   Le deuxième carnet lui est tourné vers le monde des contes et du merveilleux au Japon et vers des personnages: samouraï et son flacon de saké ou jeune femme se coupant les ongles des pieds.
   
    Chaque esquisse est commentée dans un cahier à part, rien ne vient rompre l’enchantement. Chaque dessin est un petit miracle de perfection, de drôlerie, de subtilité ou de rêve
   
   Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque

critique par Dominique




* * *