Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: La face cachée de Margo de John Green

John Green
  Ados: Qui es-tu Alaska?
  Ados: La face cachée de Margo
  Ados: Nos étoiles contraires

Ados: La face cachée de Margo - John Green

Attachant en diable
Note :

   Depuis l’enfance, Quentin aime Margot. Margot sa jolie voisine. Mais au fil du temps leurs relations se sont distendues. Margot est devenue flamboyante, populaire. Quentin s’est effacé. Jusqu’au soir où Margot vient frapper à sa fenêtre pour l’embarquer dans une de ces expéditions dont elle a le secret. Le lendemain, elle a disparu, semant derrière elle des indices que Quentin va désespérément essayer de remonter.
   
   On croit au départ à une banale histoire d’amitié amoureuse adolescente. Un de celles qui va explorer le milieu des lycées américains avec leurs joueurs de foot et leurs pom-pom girls, leurs ratés et leurs bals de fin d’année. Tout faux. Car rapidement le récit dérape, entre polar et quête initiatique sur fond de poésie, de folk et de jazz. L’histoire de Margot est celle d’une jeune fille qui fait face à tout ce que l’univers dans lequel elle vit a de factice et qui décide un beau jour de prendre la poudre d’escampette pour vivre mieux, plus intensément, sans se laisser prendre au piège de la famille, des amis, de l’université…
   
   Quentin lui est sans doute plus conventionnel: il y croit à tout ça, à l’avenir, à la fac, au mariage et pourquoi pas aux bébés. Tous les deux vont se découvrir progressivement, apprendre à se connaître derrière la façade de ce qu’ils croyaient savoir l’un sur l’autre. Raconté du point de vue de Quentin, «La face cachée de Margot» se révèle être un roman prenant malgré quelques longueurs, souvent drôle et en tout cas attachant en diable, comme ses héros qui grandissent tout d’un coup.
   
   L’intrigue prend des tours et des détours originaux pour aborder pléthore de questions fondamentales sur l’identité, la manière dont on peut assumer ce que l’on est face à la pression des parents et des amis, sur l’amour et ce que l’on sait de ce qu’on aime. La face cachée de Margot est une histoire qui raconte d’une jolie manière ce qu’il se passe quand on devient adulte: la perte de certaines certitudes, quelques souffrances au passage, et la certitude de pouvoir continuer à avancer. J’ai particulièrement apprécié la manière dont l’auteur aborde cette question, la perte des idéaux et des repères, la remise en question de ce qui semblait acquis. Le tout en introduisant quelques concepts assez fascinants comme celui des villes de papier qui scande le récit et en gardant une certaine fraîcheur dans le ton et un humour parfois décapant.
   
   Une jolie découverte qui me donne envie d’aller voir du côté du premier roman de l’auteur.
   ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Qui es-tu?
Note :

   J'ai lu ce livre il y a plusieurs jours et je l'avais oublié dans un de mes nombreux sacs, en me disant que je ferais le billet plus tard... sauf que ça m'est sorti de la tête (le billet, pas le livre!) et que je réalise aujourd'hui que je n'ai encore rien écrit sur ce roman jeunesse qui, par ailleurs, m'a bien plu. C'est le premier livre de John Green que je lis (il est l'auteur de "Qui es-tu, Alaska") et j'ai été agréablement surprise par la plume de l'auteur, à la fois simple et agréable à lire.
   
   Cette histoire pour ados ou jeunes adultes, raconte l'histoire de Quentin (dit Q). Quentin a toujours connu Margo; c'est sa voisine. Ils ont joué ensemble jeunes mais maintenant, ils évoluent dans des cercles bien différents. Aux yeux de Quentin, aux yeux de tous, Margo est cette fille pétillante, aventureuse, qui n'a peur de rien, qui fuit la maison pour aller faire une ballade sur le Mississippi en laissant des indices pour la retrouver. Non pas que Margo ne soit pas gentille avec lui ou rien de tel... ils ne se côtoient juste pas. Et soudain, la voilà qui lui propose une soirée d'aventures comme elle seule en a le secret. Pour Quentin, c'est une porte qui s'ouvre sur autre chose, une autre façon de vivre... mais soudain, mystère, Margo disparaît. Comme ça! Et Quentin, seul dans ce monde redevenu ordinaire, mais difficilement supportable, vu qu'il a entrevu d'autres possibilités, se lance à sa recherche, aidé de ses deux grands amis, à l'aide d'indices qui semblent laissés pour lui.
   
   J'ai bien aimé cette réflexion sur la quête d'identité, sur la vacuité que l'on ressent parfois à l'adolescence (c'est là la signification de "Paper Towns" et c'est expliqué assez tôt dans le roman alors je ne spoile pas vraiment), sur l'image projetée, sur ce qu'on est vraiment. J'ai trouvé que l'auteur décrivait avec assez de justesse ces sentiments, cette quête de grandeur et d'idéaux. C'est aussi un roman de passage à l'âge adulte (comme souvent dans ce type de littérature), sur la fuite de l'enfance. J'aime toujours ce thème, il réussit à me toucher à chaque fois. Et bien que certains stéréotypes soient présents, les personnages ne sont pas toujours ce qu'ils semblent... et j'ai eu de bonnes surprises!
   
   La quête de Quentin est rythmée entre autres par un poème de Walt Whitman (vous savez, le poète... celui qui est accroché en haut du bureau du professeur dans le film "Dead Poets Society"... c'est un peu honteux mais je l'ai découvert avec ce film, vrai de vrai!!), que Margo a laissé comme indice et sur lequel il est amené à réfléchir. J'ai beaucoup apprécié le procédé (j'aime toujours la littérature dans la littérature!) même si tout est très, très bien expliqué. Bien pour le public auquel ça s'adresse, un peu plus tannant pour un adulte... mais ces explications n'empêchent en rien une réflexion plus personnelle... J'ai aussi vraiment apprécié le dernier quart du roman, la dernière aventure racontée... J'ai trouvé l'atmosphère adolescente bien reproduite, je m'y serais crue. J'admets avoir trouvé quelques longueurs dans la partie centrale (quand la "chasse au trésor" piétine un peu) et bon, est-ce toujours crédible... mais en fin de compte, je garde un bon souvenir du roman. C'est d'ailleurs un auteur que je relirai sans doute!

critique par Karine




* * *