Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: La saga du Roi Dragon de Stephen Lawhead

Stephen Lawhead
  Ados: La saga du Roi Dragon
  Robin le roi corbeau

Ados: La saga du Roi Dragon - Stephen Lawhead

Ne nous emballons pas!
Note :

   Tome I : Le château du Roi Dragon.
   Tome II : Les seigneurs de guerre de Nin.
   Tome III : Le glaive et la flamme
   
   Présentation de l’éditeur :
   I. Un chevalier mortellement blessé, porteur d'un message d'une extrême importance, s'écroule sur le seuil du temple d'Ariel.
   Le paisible temple se retrouve en pleine effervescence! Prêtre novice, Quentin se porte volontaire pour prévenir la Reine Alinea. Ce faisant, il s'attire l'inimitié du redoutable sorcier Nimrood et de Jaspin l'usurpateur, et plonge au cœur d'un conflit dont va dépendre le sort du Roi - et du Royaume tout entier...
   II. Mensandor est de nouveau en danger! Quentin est rappelé d'urgence à Askelon: il trouve le roi Dragon à l'agonie, rongé par un mal inconnu. L'Etoile du Loup a projeté un immense voile de terreur sur le royaume. Seul un glaive magique - Zhaligkeer, celui qui brille - peut encore le sauver...
   III. Quentin, jeune novice puis chevalier, est devenu le nouveau Roi Dragon. Mais le voici terrassé par le désespoir: son fils a été enlevé, son plus fidèle conseiller a été tué. Pis encore, le cruel nécromancien Nimrood est de retour alors que tout le monde le croyait mort. Quentin doit affronter la plus redoutable des épreuves. Sa foi, son épée, tout ce à quoi il tient est désormais menacé. Et c'est bien plus que le seul destin du royaume qui va se jouer ici... Périls, faits d'armes, trahisons et combats épiques: le dernier volet d'une trilogie inoubliable.

   
   Heu, inoubliable! Le marketing s'emballe un peu.
   Pour quiconque n'a jamais lu de saga épique, vu "Le Seigneur des anneaux" et d'autres ouvrages du même genre, je veux bien que ce quidam se laisse gagner, mais encore devra-t-il avoir l'envie de commencer cette série.
   En effet, j'ai trouvé les premières pages de cette série quelque peu poussives… Mais allez savoir, comme je le dis souvent au fil de ces pages, si ce n'était pas mon état d'esprit qui n'était pas d'humeur? Une fois rentrée dans cette aventure, en dépit de son manque d'originalité et les personnages qui manquent pour beaucoup d'envergure, particulièrement les femmes (j'y reviens dans quelques instants), la lecture se fait tranquillement mais sans un élan d'enthousiasme prompt à vous enlever quelques heures de sommeil.
   
   Pourquoi me direz-vous, ai-je poursuivi ma lecture sur trois volumes? Parce que je me demandais jusqu'où S. Lawhead allait nous emmener, quels faits d'armes il allait retranscrire, s'il allait développer plus avant son idée de cité perdue et merveilleuse (Dekra) et je m'interrogeais s'il allait poursuivre dans la "vision" religieuse qui domine dès le premier volume - à moins d'être aveugle, je pense que tout le monde en prend conscience immédiatement.
    -.
   Pour en revenir aux personnages et notamment les femmes se sont de jolies fantoches d'opéra, même si l'auteur nous affirme le contraire de temps en temps et se contredit la ligne suivante ; je n'ai plus la citation exacte en tête mais il fait néanmoins dire à Brea ou à sa mère Alinéa (qui semblait pourtant partir avec un excellent potentiel dans le volume 1) que les reines de ce royaume sont là pour attendre le retour de leur roi. Je vous rassure elles sont superbes, ont des voix enchanteresses et sont des femmes merveilleuses, mais que ce soit Alinéa ou la princesse Esme (autre potentiel dans le 2nd volume), elles sont fort discrètes et ne discutent pas l'ordre établi. Pour un peu, on ne se croirait pas dans de la Fantasy mais bel et bien au Moyen Age.
   
   De belles idées demeurent telles que la cité de Deskra citée précédemment, des peuples magiques ou sanguinaires, quelques personnages attachants, mais l'auteur n'a pas suivi la voie que je le voyais prendre et, la lecture terminée, aucune envie de relecture ne me guette.
   Ne me reste plus qu'à tenter une autre de ces sagas si d'aventure je croise leur route.

critique par Delphine




* * *