Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Cornet à dés de Max Jacob

Max Jacob
  Le Cornet à dés

Le Cornet à dés - Max Jacob

Max Jacob : cent trente ans passés
Note :

    Max Jacob aurait eu 130 ans le 12 juillet 2006.
    N’attendons pas davantage pour lire ou relire «Le Cornet à dés» publié à compte d’auteur il y 90 ans. Et peut-être «Le Cabinet noir» recueil de lettres parodiques, exercices de style burlesques.
   
   Eléments biographiques :
    Né Max Jacob Alexandre, à Quimper. Ce troisième prénom qui lui servait de nom patronymique fut abandonné par sa famille dans son jeune âge:il ne lui en resta plus que deux.
   Cet écrivain trouve sa place dans l’histoire de la littérature française de Pierre Brunel (Bordas) tome 2, dans le chapitre «Le surréalisme» , et plus précisément dans le sous-chapitre «la poésie hors du surréalisme» en compagnie de Reverdy, Fargue, Cocteau et Supervielle; contradiction: Max Jacob est surréaliste et ne l’est pas. Il y en a d’autres (la religion: israélite et catholique; croyant et non –croyant, mystique et mystificateur, préférences sexuelles: une femme d’abord, puis les hommes, et sans jamais cesser de prôner la chasteté…).
    L’ouvrage que j’ai cité dit assez justement «Non –conformiste dans la vie,l’auteur l’est plus encore dans ses œuvres: devant l’absence de signification du monde réel, le poète refuse même semble-t-il de croire à ce qu’il écrit; il se réfugie dans la mystification, l’ironie , le burlesque… le rire que provoque la cocasserie de certains textes, … n’abolit pas l’inquiétude que leur apparent non-sens suscite.»
   
   La poésie est pour lui «Un instantané même manqué de ce fragment de monde qui passait» (Lettre à Apollinaire, 1909).
   
   Il est attiré par la max(ime); il y a dans le Cornet à dés une centaine d’aphorismes:
   Ex :"Le renard au corbeau demande son fromage. Pour l'homme toute femme est d'abord un corbeau".
   
   La plupart des biographies de Max Jacob sont ennuyeuses parce qu’elles font la part belle à l’homme religieux, sa recherche du divin, sa rencontre avec Dieu etc. je m’en passe très bien. Certains des écrits de notre étonnant poète, tout entiers emplis de lyrisme, prières et dévotion, sont aussi à éviter. Malgré sa profonde religiosité, Max Jacob est un de mes poètes préférés. Pourquoi?
   
   Mais voyons le «Cornet à dés».
   
   Ce recueil poétique de 68 récits brefs est assorti de réflexions humoristiques ou désabusées.
   Il a trouvé sa matière première dans les sujets les plus divers
   -L’actualité politique: exposition coloniale (souvent décrite par les littérateurs de l’époque, ici une merveille en peu de mots); le Japon qui devient une grande puissance.
   - Le débat artistique: cubisme, modernisme. Il rejette la culture classique, mais ce n’est qu’une apparence.
   - Souvenir de lectures: le petit Poucet, Fantômas, Mémoires de Sarah Bernhardt, l’Ancien Testament…
   - Souvenirs d’enfance: Quimper.
   - la vie quotidienne: Rue Ravignan, la blanchisserie.
   
    Les récits adoptent différents genres qui ne sont pas tous littéraires: le compte-rendu critique, le pastiche des modèles romanesques connus («Genre biographique»; «roman feuilleton») le pastiche des auteurs (surtout romantiques et symbolistes: «poème dans un goût qui n’est pas le mien»), l’enquête journalistique et le fait divers.
   
   Le cornet à dés.
   Le titre s’inspire probablement du «coup de dés» de Mallarmé un auteur que pourtant Max Jacob dit ne pas aimer dans la préface.
   On jette ensemble divers éléments qui sont ensuite fondus dans un poème. Celui-ci a sa logique propre qui «imite les données de l’inconscient.»
   Cependant, dans sa préface, Max Jacob revendique une esthétique classique. Il dit s’être inspiré d’Aloysius Bertrand bien davantage que de Baudelaire pour produire ses poèmes en prose. Tous ces poètes romantiques ou symbolistes cités dans la préface que Max Jacob récuse plus ou moins, il en utilise tout de même certains procédés.
   Important: le poème en prose doit être «clos sur lui-même», parfait, situé et placé.
   L’humour et la fantaisie surgissent des jeux de mots et de sonorités et des effets de surprises créés par les références explicites à des genres sérieux dans un langage quotidien.
   Conclusions imprévues qu’on peut assimiler à des pointes.
   Dérision de la littérature: rupture avec la cohérence spatio-temporelle du récit réaliste.
   Esthétique du dépaysement; il cherche non à surprendre mais à transplanter.
   
   Ce qui est fascinant chez Max Jacob c’est sa manière de faire des élans lyriques contrariés, de poser chaque texte comme une énigme, de réinventer l’utilisation du point d’exclamation. Le commentaire ironique est un procédé qu’il utilise constamment.
   
   Voici un des ces poèmes qui a pour sujet l’inspiration:
   
   Conte de Noël
   
   Il y avait une fois un architecte ou un cheval: c’était un cheval plutôt qu’un architecte, à Philadelphie, à qui l’on avait dit: «Connais-tu la cathédrale de Cologne? fais construire une cathédrale pareille à la cathédrale de Cologne!»Et, comme il ne connaissait pas la cathédrale de Cologne, alors, il fut mis en prison. Mais, en prison, un ange lui apparut, qui lui dit: «Wolfrang! Wolfrang! pourquoi te désoles-tu?» - Il me faut rester en prison, parce que je ne connais pas la cathédrale de Cologne!- Il te manque le vin du Rhin pour bâtir la cathédrale de Cologne, mais fais-leur voir le plan, alors tu pourras sortir de prison.» et l’ange donna le plan, et il montra le plan, alors il put sortir de prison, mais jamais il ne put bâtir la cathédrale parce qu’il ne trouvait pas le vin du Rhin. Il eut l’idée de faire venir du vin du Rhin à Philadelphie, mais on lui envoya un affreux vin français de la Moselle, de sorte qu’il ne put bâtir la cathédrale de Cologne à Philadelphie; il ne fit qu’un affreux temple protestant.

   
   L’échec de l’œuvre tient à la difficulté de réunir ensemble des éléments disparates. La construction existe (le plan) mais pas ce qui est propre à donner l’enthousiasme, l’ivresse créatrice (le vin du Rhin). On relève un hommage amusant et irrespectueux à Mozart (Wolfrang)
   Cheval: pour Max Jacob il ne s’agit pas d’un animal mais d’une drogue trivialement désignée par ce mot (il utilisa par exemple l’éther et la tisane de jusquiame; il ne les trouve pas fameux [ «mon Pégase n’est plus qu’une Rossinante…»] et s’en plaint fréquemment non sans humour). Cheval désigne aussi les possibilités créatrices du poète.
   
   Philadelphie doit s’entendre étymologiquement: philia et Delphes. Oracle.
   L’inspiration apparaît comme un ordre indéterminé «on».
   
   Un autre poème :
   " Vaillant guerrier sur la terre étrangère
   
   Olga de Berchold est partie au camp rejoindre celui qu’elle aime: le soldat Verchoud; Le soldat part en guerre. Olga le suit et souffre sur les chemins. Verchoud est prisonnier. Olga va réaliser sa fortune et revient payer sa rançon: elle ne donne pas tout à la fois par méfiance. La rançon payée, Verchoud tombe malade. Olga le soigne et lui fait, pour la première fois, l’aveu de son amour. Le soldat lui dit que ce n’est pas elle qu’il aime, mais une certaine paysanne qu’il n’a qu’entrevue et à laquelle il n’a pas parlé. Il meurt. Olga est ruinée, désespérée: que va-t-elle devenir? Elle recherche la paysanne."
   
   Max Jacob Le Cornet à dés (1917).

   
   Ce poème est particulièrement savoureux.
   Max Jacob excellait dans l’art de satiriser en quelques phrases courtes et bien senties le ridicule de certaines intrigues romanesques classiques. La chute est tout à fait remarquable et ô combien juste!
   
   
    Max Jacob mourut en déportation le 5 mars 1944 à Drancy:
   
   "LA GUERRE
   Les boulevards extérieurs, la nuit, sont pleins de neige; les bandits sont des soldats; on m'attaque avec des rires et des sabres, on me dépouille: je me sauve pour retomber dans un autre carré. Est-ce une cour de caserne, ou celle d'une auberge? que de sabres! que de lanciers! il neige ! on me pique avec une seringue: c'est un poison pour me tuer; une tête de squelette voilée de crêpe me mord le doigt. De vagues réverbères jettent sur la neige la lumière de ma mort."

critique par Jehanne




* * *