Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'argent, l'urgence de Louise Desbrusses

Louise Desbrusses
  L'argent, l'urgence

L'argent, l'urgence - Louise Desbrusses

«Votre vie perforée soudain d'un vide.»
Note :

   Une créatrice, parce qu'elle se soumet aux rêves des autres (L'argent, l'urgence), parce qu'elle aime un homme prétendument trop fragile, "un homme à élever", intègre une grande entreprise qui va peu à peu laminer sa personnalité, la rendre au sens propre malade. Bientôt ses rêves se réduiront à cela:
   "Errer, ne parler à personne, marcher jusqu'à tomber dans un sommeil qui guérit de tout, dormir jusqu'à ce que votre esprit se défroisse, se déplie, se détende, se remette à vivre. Vous souriez. Ce matin ça a marché. Debout tôt. Deux heures. Presque le voyage."

   Il lui faudra longtemps pour admettre que ce travail que tous lui envient (ses amis, l'homme à élever), qui lui apporte une sécurité financière qu'elle ne recherche même pas, (elle sait se contenter de peu) mais qu'elle s'impose elle même pour apurer des dettes (dont on devine qu'elles ne sont pas forcément les siennes), que ce travail donc est en train de la détruire lentement mais sûrement. La description des rapports de force au sein de l'entreprise est d'une violence contenue mais par-là même totalement efficace.
   
   Impossible également de trouver refuge dans son atelier "sa chambre à soi" comme disait Virginia Woolf, son espace intime ayant été colonisé par l'homme à élever dont elle mettra aussi longtemps à reconnaître la toxicité. Pas facile de lutter contre ce qui est présenté comme positif par la société et le discours ambiant, que ce soit le travail ou l'amour...
   
   Hésitations, rythme haché, parenthèses enfermant la voix intérieure de l'héroïne, seul endroit où elle ose exprimer ses vraies pensées, miment ici l'asphyxie qui peu peu la submerge et détruit sa force créatrice. Force créatrice qui, pourtant n'a pas dit son dernier mot...
   
   Un récit hypnotique et salvateur simultanément. Une écriture à découvrir de toute urgence.
   
   170 pages denses

critique par Cathulu




* * *