Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les mystères du rectangle de Siri Hustvedt

Siri Hustvedt
  Tout ce que j’aimais
  Les yeux bandés
  L'envoûtement de Lily Dahl
  Yonder
  Elégie pour un Américain
  Les mystères du rectangle
  Un été sans les hommes
  Un monde flamboyant
  La femme qui tremble - Une histoire de mes nerfs

Siri Hustvedt est une écrivaine américaine née en 1955.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Les mystères du rectangle - Siri Hustvedt

Emotions picturales
Note :

   J’ai acheté il y a peu un livre pas trop gros et pas trop cher, ce qui est rare en matière de livre d’art.
   
   Ce livre m’a attirée par la façon dont l’auteur parle des tableaux qu’elle a sélectionnés et le fait qu’elle ne soit pas une spécialiste, ni une critique d’art m’a attirée.
   
   Siri Hustvedt est écrivain, les textes qu’elle a écrits pour ce livre sont simples, chargés d’émotion, bien documentés sans être pédants et il éclairent très intelligemment les oeuvres.
   Elle ne nous fait pas un cours d’histoire de l’art mais laisse parler ses sens, ses émotions, ses propos sont matière à contestation peut être mais pourquoi pas ?
   
   La plupart de ces tableaux décrits sont connus voire très célèbres mais son propos est de gommer cet habit de notoriété, de célébrité pour se centrer sur les émotions ressenties, l’éclairage du tableau, les détails qui apparaissent parfois après plusieurs heures de contemplation.
   
   "La tempête", de Giorgione, qu’elle a découvert non à Venise mais sur une simple reproduction qui a suffit à la subjuguer; à la faire tomber amoureuse du tableau.
   Personne aujourd’hui n’est d’accord sur l’interprétation de ce tableau mais elle dit elle-même que «je crois qu’elle (la Tempête) échappera toujours à ma compréhension et c’est pour cela que je ne cesserai pas de retourner la voir.»
   
   "La dame au collier de perles" de Johannes Vermeer qu’elle rapproche de façon peut être audacieuse des «annonciations» de la Renaissance.*
   
   "Nature morte" de Jean Baptiste Chardin et de Cézanne
   Un très beau chapitre sur la splendeur des toiles de Chardin qui pour l’auteur «évoque une présence humaine intense», Siri Hustvedt nous restitue bien toute la tendresse qu’elle éprouve pour ce peintre
   
   "Les caprices" de Goya oeuvres nettement moins connues du grand public, série d’Eaux Fortes inquiétantes, parfois grotesques, irrationnelles, oeuvres parfois teintées de sadisme et de cruauté. Une découverte pour moi, même si ce n’est pas la partie du livre qui m’a le plus séduite.
   
   En son temps, je suis allée voir l’exposition Mantegna au Louvre, c’est toujours un bonheur les expositions et lorsque l’on vit en province chaque fois on essaie de s’en mettre plein les yeux mais les moments de grâce sont vite passés.
   Un livre comme «Le mystère du rectangle» permet de se remémorer des tableaux admirés ou de se préparer à une visite.
   
   Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque.
   
   
   Extrait:
   
   "Quand je lis un livre, quand j'écoute de la musique ou quand je vais au cinéma, c'est avec le temps que je découvre l'œuvre. Un roman, une symphonie, un film ne prennent leur sens que par la succession des mots, des notes et des images. Les heures peuvent passer, un tableau ne gagnera ni ne perdra la moindre parcelle de lui-même. Il n'a ni commencement, ni milieu, ni fin. J'aime la peinture parce que dans son inaltérable immobilité elle paraît exister en dehors du temps d'une manière impossible à toute autre forme d'expression artistique.
   Plus j'avance dans mon existence, plus je voudrais mettre le monde en suspens et saisir le présent avant que, dévoré par la seconde suivante, il ne devienne le passé. Un tableau crée l'illusion d'un présent éternel, d'un lieu où mes yeux peuvent se reposer comme si le tic-tac de la pendule avait cessé par magie."

   
   
   * On retrouve cette comparaison dans son volume «Yonder»

critique par Dominique




* * *