Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le sommeil des poissons de Véronique Ovaldé

Véronique Ovaldé
  Déloger l'animal
  Et mon cœur transparent
  Ce que je sais de Vera Candida
  Le sommeil des poissons
  Toutes choses scintillant
  Les hommes en général me plaisent beaucoup
  Des vies d’oiseaux
  La grâce des brigands
  La salle de bains du Titanic
  Soyez imprudents les enfants

Véronique Ovaldé est une écrivaine et éditrice française née en 1972.

Le sommeil des poissons - Véronique Ovaldé

Distorsion de la réalité
Note :

   Tout en haut du mont Tonnerre, dans un drôle de village peuplé de femmes, l'une d'entre elles, la mano triste, attend patiemment dans sa maison à courant d'air, luttant contre la maladie grise qui la saisit à chaque saison des pluies. Jusqu'au jour où débarque au village le grand Jo et Bikiti son managé et où la vie soudain dérape.
   
   Première rencontre avec Véronique Ovaldé et me voilà devant vous perplexe. Parce que ce n'est pas vraiment un roman. Mais ce n'est pas non plus un conte pour adulte puisque c'est ainsi qu'il est aussi défini. C'est une sorte d'entre deux, un récit oral mis par écrit avec toutes les inflexions de la voix du conteur, un de ces récits qui met en garde contre la folie, contre l'amour qui dévore et le manque d'amour qui ronge. Véronique Ovaldé met en scène un univers qu'on imagine tropical, mais fait voyager son lecteur du désert de sable au désert de glace avant de l'emmener dans un pays de boue et d'insectes. Dans ce cadre étrange, elle distord la réalité, la plie à la folie et aux faiblesses de ses personnages, y met de la sorcellerie pour parler du manque d'amour et des extrémités où il conduit. L'ogresse de cette histoire est femme et femme vide, tellement vide qu'elle est prête à tout pour se remplir d'un homme, d'un enfant, et enfin éloigner la tristesse des jours. Jusqu'à commettre l'irréparable.
   
   C'est un conte dans le sens où le récit explore les peurs des adultes et les dangers de la vie. Mais l'écriture, très travaillée, nuit pour moi à la force des thèmes. On a l'impression que l'auteur se laisse emporter par l'exotisme de son décor et par ses personnages. Certains mots inventés, certaines expressions, certaines tournures de phrases m'ont gênée, fatiguée, agacée même. Tout comme l'aspect très oral de la narration. Ce fut donc pour moi une lecture en demi-teinte, marquée par quelques beaux passages, par une atmosphère, mais un brin longuette.
   
   Dommage, mais la première rencontre ne pouvant pas toujours être la bonne, je continuerai ma découverte de Véronique Ovaldé!

critique par Chiffonnette




* * *