Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Mort, entre autres - Trilogie berlinoise - 4? de Philip Kerr

Philip Kerr
  L'été de cristal - Trilogie berlinoise - 1
  La pâle figure - Trilogie berlinoise - 2
  Un requiem allemand - Trilogie berlinoise - 3
  La Mort, entre autres - Trilogie berlinoise - 4?
  Une douce flamme - Suite Trilogie berlinoise - 5
  Hôtel Adlon
  Vert-de-gris

Philip Kerr est un auteur britannique né en 1956.

La Mort, entre autres - Trilogie berlinoise - 4? - Philip Kerr

Le retour de Bernie Gunther
Note :

    Publiés en France au milieu des années 1990, les trois romans de Philip Kerr mettant en scène le détective Bernie Gunther constituèrent une des meilleures surprises de l'époque dans le domaine du polar, notamment parce qu'elles tiraient le roman policier historique de la veine purement exotique dans laquelle il s'engageait. Il faut dire que le cadre choisi par Philip Kerr avait de quoi trancher sur les enquêtes médiévales ou du Grand Siècle alors en vogue puisque Bernie Gunther évoluait dans des lieux et à une époque troubles s'il en fut: Berlin 1936 dans "L'Eté de cristal", Berlin 1938 dans "La pâle figure" et Vienne 1947 dans "Un requiem allemand.
   
   On le retrouve ici à Munich en 1949, où il reprend son boulot de détective privé après avoir passé les années de guerre à essayer de survivre sans trop se compromettre. Après un séjour à Dachau, une immatriculation chez les SS et une sale période sur le front russe qui furent quelques-uns des événements de sa vie récente, Gunther renoue donc avec ses activités. Celles-ci ne diffèrent guère de celles qu'il menait dans le Berlin des années 30: il s'agit principalement de rechercher des personnes disparues. Sauf qu'ici, aux disparus "traditionnels" (juifs, politiques...) s'ajoute une nouvelle catégorie, celle de leurs tortionnaires recherchés par la justice internationale et qui se cachent en attendant de pouvoir quitter l'Allemagne pour un autre pays, d'Amérique du Sud principalement, grâce à des réseaux mis en place par d'anciens confrères ou par le Vatican.
   
    Les qualités des volets précédents des livres de Philip Kerr se retrouvent ici, encore plus éclatantes semble-t-il: un personnage central très complexe dont on ne sait jamais si le cynisme est sincère ou non, des intrigues à foison dont la complexité est stimulante, un style riche en images percutantes et un cadre historique qui est autre chose qu'un prétexte et qui rappelle, par sa minutie, les aventures de Tobie Peters imaginées par Stuart Kaminsky dans le Hollywood des années 30.
   
   Titre original : The One from the Other
   
   
   L'été de cristal - Trilogie berlinoise - 1
   La pâle figure - Trilogie berlinoise - 2
   Un requiem allemand - Trilogie berlinoise - 3
   La Mort, entre autres - Suite Trilogie berlinoise - 4
   Une douce flamme - Suite Trilogie berlinoise - 5
   Hôtel Adlon - Suite Trilogie berlinoise - 6
   Vert-de-gris - Suite Trilogie berlinoise - 7
   Prague Fatale - Suite Trilogie berlinoise - 8
    ↓
   

critique par P.Didion




* * *



La trilogie avait 4 tomes!
Note :

   Un avertissement tout d’abord, si vous ouvrez ce livre prévoyez de disposer d’un peu de temps car vous ne le poserez pas!
   Ce polar vient de recevoir le PRIX DU POLAR EUROPEEN 2009 décerné par Le Point et le Festival Quai du Polar, un prix très mérité qui récompense un auteur qui a réussi le tour de force d’écrire un roman passionnant sur une époque et un sujet ô combien dérangeants.
   
   Munich 1949, Bernie Gunther détective privé, berlinois d’origine échoue à Munich après la mort de sa femme. Quand on est comme lui porteur de la marque des SS sous le bras, même si elle est en partie effacée, on ne peut pas faire la fine bouche lorsqu’un travail se présente, surtout quand il se présente sous la forme d’une attirante créature qui souhaite que vous lui confirmiez que son mari criminel de guerre est bien mort et qu’elle peut à nouveau convoler en justes noces.
   Bien sûr tout ne va pas être simple, dans un Munich où les chantiers et les grues poussent comme des champignons, où se terrent d’anciens nazis, où les occupants russes et américains ne s’embarrassent guère de justice et de légalité.
   L’enquête de Bernie va se révéler plus ardue que prévu, le conduire de Munich à Vienne avec un petit tour dans les alpes.
   Il va lui être très difficile de faire le tri entre amis et ennemis, entre bourreau et victime, entre le bien et le mal.
   
   De bout en bout passionnant, avec une intrigue parfois dérangeante, ce polar est une réussite. Philip Kerr est magistral dans la peinture de la ville en reconstruction, dans sa façon de s’interroger sur la responsabilité et la culpabilité allemande. Il sait parfaitement recréer l’atmosphère de l’époque, faire preuve d’humour là où on ne l’attendrait pas, mener l’intrigue à son terme sans que l’on décroche une seule minute. Une réussite.
    ↓

critique par Dominique




* * *



Les coulisses peu reluisantes de l'Histoire
Note :

   Je l'attendais avec impatience, cette suite de la Trilogie Berlinoise!
   
   Nous voilà ramenés en 1949 à Munich. La ville a été rasée par les bombardements et occupée par les Américains mais un semblant d'ordre renaît malgré tout. Bernie Gunther, après avoir tâté de l'hôtellerie à Dachau (!!), a finalement rempilé comme détective privé. Sa vie est un peu compliquée, un peu tristounette aussi. Certes, le cauchemar de la guerre est encore trop vivace, mais Bernie doit aussi faire face à la mort de son épouse et aux difficultés financières.
   Fort heureusement, une jolie cliente comme il les aime arrive à point nommé pour lui confier une mission : s'assurer que son mari est bien mort, afin qu'elle puisse se remarier.
   
   Et voilà Bernie Gunther embarqué dans une histoire compliquée à double fonds, avec poursuite d'anciens criminels nazis à la clé, sans compter les manigances de la CIA.
   
   Un monde bien noir et trouble, dans la même veine que les trois premiers volumes.
   
   Ce roman est moins sanglant, moins violent que la trilogie mais probablement plus glauque. Comme à son habitude, et c'est ce qui fait tout l'intérêt du roman, l'écrivain nous emmène dans les coulisses peu reluisantes de l'Histoire. Le jeu trouble des Américains et de l'Eglise catholique, obsédés par leur nouvel ennemi : les communistes, permet à d’anciens criminels nazis d’échapper à toute justice, tandis que des commandos de Juifs se mettent en place pour châtier les coupables. Philipp Kerr rappelle à notre bon souvenir que les Nazis ont pratiqué des expériences médicales sur nombre de patients non consentants, et même après la fin de la guerre.
   
   J’ai également beaucoup aimé le prologue du roman qui prend place en 1937 : Gunther est en mission de l’autre côté de la Méditerranée et le lecteur en apprend un peu plus sur la responsabilité du Grand Mufti de Jérusalem dans le génocide juif…
   
   Le piège qui se referme sur Bernie est habilement mené, le détective ne voit rien venir (et moi aussi j’ai marché!) et j’ai aimé la façon dont il évolue : un peu plus fragile, encore un peu naïf - et moins sur ses gardes - mais toujours incapable de résister à un jupon! Ce pauvre détective est bien malmené par l’écrivain, mais il n’en est que plus digne d’intérêt.
   
   Beaucoup de bonnes choses dans ce livre : outre la qualité de l’intrigue et une réelle évolution du personnage principal, il y a toujours cette soigneuse reconstitution historique d’une période parmi les plus sombres de notre Histoire. C’est un peu comme si Philipp Kerr, à travers les interrogations de Bernie, cherchait lui aussi à comprendre comment de tels événements ont pu se produire. En en décortiquant pour le lecteur les mécanismes de cette tragédie et ses suites, il parvient à soulever le voile. La fin est évidemment glaçante, et pour ma part, il me tarde d’embarquer moi aussi pour l’Amérique du sud en compagnie de Bernie Gunther…

critique par Folfaerie




* * *