Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La table aux crevés de Marcel Aymé

Marcel Aymé
  La table aux crevés
  La rue sans nom
  La jument verte
  Le nain
  Le moulin de la sourdine
  Dès 08 ans: Les contes du chat perché
  Gustalin
  Derrière chez Martin
  Le Bœuf Clandestin
  La belle image
  Travelingue
  La Vouivre
  Le passe-muraille
  Le vin de Paris
  Uranus
  Lucienne et le boucher
  En arrière
  Clérambard
  La tête des autres
  Le chemin des écoliers
  Les Contes du chat perché

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2010

Marcel Aymé est un écrivain, dramaturge et nouvelliste français, né à Joigny le 29 mars 1902 et mort à Paris le 14 octobre 1967.

Mieux aimé du public que des critiques, écrivain prolifique, il a laissé deux essais, dix-sept romans, plusieurs dizaines de nouvelles, une dizaine de pièces de théâtre, plus de cent soixante articles et des contes. Il a également écrit des scenarii pour le cinéma et des adaptations théâtrales de pièces d’auteurs américains (A. Miller, Arthur L. Kopit et T. Williams)

Pour ce qui est de sa position politique, tandis qu'en pleine Occupation il fait équipe au cinéma avec un réalisateur marxiste (Louis Daquin), il donne dans le même temps romans et nouvelles à des journaux collaborationnistes (Je suis partout, La Gerbe), mais comme il n'y a dans ses textes ni dans ses actes aucune trace d'engagement politique, il ne sera pas mis sur la liste noire des écrivains à la Libération. Il n'a d’ailleurs donné aucun gage de ralliement à l'occupant après 1940.Si bien que faute de le comprendre, on l’étiqueta "anarchiste de droite" pour ce que cela peut vouloir dire.

Quoi qu’il en soit, on lui proposa la Légion d’Honneur en 1949 mais là, vexé, il la refusa.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La table aux crevés - Marcel Aymé

«C'te pauvre Aurélie, c'était une femme bien convenable…»
Note :

   C'est le premier des romans campagnards de Marcel Aymé, qui lui valut en 1929, à 27 ans, le Renaudot et la célébrité. Son évocation très réaliste des paysans reste conventionnelle, dans la lignée de Flaubert et de Maupassant. Il sait alterner le dramatique et le tragi-comique sans dédaigner l'humour. Ses brèves descriptions n'ignorent pas la métaphore, ses dialogues restituent le parler rural, voire patoisant. Le lecteur ne s'ennuie pas, même si l'intrigue, un peu trop fabriquée, ne gagne en intensité que dans les deux derniers chapitres.
   
   L'histoire, globalement linéaire, se ramasse sur quelques mois: dans les années 1920 à Cantagruel, village proche de Dôle, «l»'Aurélie, la femme «à» l'Urbain Coindet, se pend. Son beau-père fait courir le bruit que son gendre l'a tuée. Les villageois prennent parti pour ou contre, d'autant plus que «le» Coindet, à trente-quatre ans, embrasse un peu vite la Jeanne Brégeard, blondinette d'à peine vingt ans, du hameau de Cessigney... dont la rumeur prétend que son frère Frédéric, qui sort de cinq mois de prison pour contrebande, aurait été dénoncé par Coindet. On imagine aisément la suite, mais non la fin, près de la Table aux Crevés, la meilleure terre à blé de Coindet...
   
   Marcel Aymé multiplie les personnages et les campe, sans surprise, comme des esprits simples, voire frustres; il n'approfondit guère les caractères qu'aux deux derniers chapitres. Les «bons» le restent et le «méchant» Frédéric se voit déconsidéré au point de confondre une statue de Jeanne d'Arc avec la Sainte Vierge…
   
   L'auteur est plus à l'aise dans l'évocation des groupes et de leurs rapports: il construit son roman sur des oppositions: conflit entre les habitants de Cantagruel, village de plaine, et ceux de Cessigney, hameau au cœur des bois; tensions entre cléricaux et républicains, entre citadins et paysans, entre femmes... En paroles ou en actes, la violence traverse tout le récit. Elle naît des rapports de domination des hommes sur les femmes, des riches agriculteurs de la plaine sur les pauvres bûcherons de la forêt. Elle naît aussi des préjugés et des «on-dits» infondés: car le regard des autres et la réputation comptent avant tout pour ces paysans indifférents au respect d'autrui, impulsifs et passionnés de leurs seuls intérêts. Marcel Aymé montre bien l'importance de la rumeur, amplifiée à l'excès: l'honneur et le devoir de vengeance justifient souvent que l'on fasse justice soi-même, avec au bout du fusil, une génisse ou un être humain. Tous «développent des habitudes prophylactiques contre la mort contagieuse», car elle vient comme une maladie: «L'Aurélie avait eu envie de mourir, tout d'un coup, comme on a soif». Et la vie rude c'est la première habitude pour repousser la mort, la religion ne constituant qu'un «laxatif périodique des cœurs charognards», toujours associée aux superstitions païennes…
   
    Chez Marcel Aymé le comique vient toujours briser la noirceur tragique; ainsi, saisi de découvrir sa femme pendue, Coindet rentre dans la cuisine avec sa jument qui se coince dans la porte... Et puis, boire c'est vivre, «gauillarder» aussi: à moins d'être un homme «empêché du caleçon» , qui résisterait à une «poitrine caoutchoutée» ?
   
    Bon plaisir de lecture!

critique par Kate




* * *