Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Destination morgue de James Ellroy

James Ellroy
  Underworld USA, T1 - American tabloïd
  Le dahlia noir
  Dick Contino’s blues
  Destination morgue
  Brown's Requiem
  Un tueur sur la route

James Ellroy est le nom de plume de Lee Earle Ellroy, écrivain américain de romans policier, né en 1948 à Los Angeles.

Destination morgue - James Ellroy

L.A. Arnaque (nouvelles)
Note :

   Ce livre commence par 2 articles parus dans un magazine américain, c’est la version "Reader Digest" de "Ma part d’ombre" et malgré cela des mêmes phrases, reviennent dans les 2 articles. Comme cela concerne sa mère, nous y avons déjà eu le droit dans le premier chapitre de "Crimes en série". Ce n’est même plus du bis repetita mais trois fois bonjour les dégâts.
   
   Ensuite vient "J’ai les infos" c’est du style: comme mon papa travaille à Hollywood, je sais tout, qui couche avec qui, etc, etc. Si la boxe n’est pas une de vos préoccupations principales encore 30 pages de perdues avec "Sport sanglant ". Donc rendez-vous page 109.
   
   Puis viennent deux enquêtes, la première non résolue, "Stéphanie " et qui le restera d’ailleurs, malgré les investigations de Ellroy. Et une autre pour lequel un doute subsiste et, à la fin le doute est toujours présent. Puis encore à suivre "Le petit salopard" affaire qui m’est strictement inconnue qui se passe entre les années 70 et maintenant, et qui permet à Ellroy de relancer ses couplets sur O.J.Simpson et sur la justice pour les célébrités Hollywoodiennes.
   
   Ouf la page 217 et la nouvelle inédite me tend les bras! En plus elle n’est pas terrible. Mais je ne sais pas pourquoi je m’en doutais un peu. De deux choses l’une: ou Ellroy vieillit mal, ou il a des arriérés d’impôts à payer?. .. Heureusement que j’ai eu ce livre pour 7,6 E au lieu des 19,50 prix du neuf. La note de 2,5 est en souvenir du "Dahlia noir", "L.A.Confidential" et pour "Stéphanie" seule nouvelle intéressante de ce recueil absolument pas nécessaire.

critique par Eireann Yvon




* * *