Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vivre à propos de Michel de Montaigne

Michel de Montaigne
  Vivre à propos
  Journal de voyage

Michel de Montaigne est un philosophe français né en 1533 et décédé en 1592.

Martine Mairal a consacré un roman (L'Obèle) aux relations entre Montaigne et sa "fille d'alliance", Marie de Gournay.

Vivre à propos - Michel de Montaigne

Montaigne traduit du japonais par Pascal Hervieu
Note :

   Préface Michel Onfray
   
    Tout a été dit sur Montaigne et je ne me donnerai pas le ridicule de gloser sur ses écrits, on dit que Montaigne est toujours cité mais peu lu, comme beaucoup je gardais un souvenir pénible des heures lycéennes consacrées à Montaigne, des années plus tard bien que lectrice assidue et attentive de beaucoup d’autres philosophes, Montaigne ne faisait pas partie de mes lectures. Il a fallu la conjugaison d’un «passeur» et d’un éditeur.
   
   C’est André Comte-Sponville qui m’a donné l’envie de rouvrir Montaigne, dans son livre "Une éducation philosophique" il dit "N’est-il pas l’un de nos grands auteurs, le premier peut-être, et, s’il est l’un des rares à être absolument universel, aussi le plus français de tous? Sans doute. Pourtant en France même, on en parle peu (..) et encore moins chez les philosophes.
   Certes Montaigne fait partie des classiques, comme on dit; mais cela signifie surtout qu’on l’étudie dans les classes... et qu’on ne le lit guère."

   
   L’envie est une chose et la réalisation une autre, je me suis heurtée, n’étant ni philologue, ni universitaire, à la difficulté de lecture et parfois de compréhension, André Comte-Sponville le dit lui même "la langue qui a vieilli, l’explique en partie: la lecture de Montaigne, pour un français d’aujourd’hui, est difficile, et ses innombrables archaïsmes, s’ils en rehaussent encore la saveur, en gênent aussi, parfois, l’accès."
   
    La solution vint toute seule en 1992 avec la publication chez Arléa, des Essais rajeunis, Claude Pinganaud maître d’oeuvre de cette édition avait souhaité rajeunir l’orthographe et apporter une aide à la compréhension de termes aujourd’hui disparus ou modifiés profondément. Son ambition était bien de le mettre à la portée de tous, sans apparat critique, la traduction des citations latines ou grecques venant immédiatement après la citation elle-même. Pour qualifier son travail Pinganaud parlait alors de traduction.
   
   Ce Montaigne-là m’accompagne depuis, bien sûr il m’a donné envie d’en savoir plus, d’en exprimer tout le suc et pour cela j’ai lu autour de Montaigne de nombreux auteurs, de Hugo Friederich à Gide, de Zweig à Géralde Nakam. Pour le dire mieux en empruntant les mots de Claude Pinganaud "La découverte de Montaigne me fut la découverte d’un monde. (..) Je ne sache pas d’autre livre au monde qui ait cette force. Il vous passe dans l’âme, il s’incorpore à vous" et laissant à nouveau la parole à André Comte-Sponville "Le seul secret de la vie, c’est vivre. Montaigne nous apprend à aimer la vie telle qu’elle est, non pas malgré sa fugacité, mais dans sa fugacité... Il nous apprend à aimer cette existence éphémère au lieu d’en rêver une autre."
   
   Et aujourd’hui me voilà avec dans les mains un livre tout à fait extraordinaire et surprenant mais dont la lecture m’a passionné.
   Michel Onfray s’il a parfois eu la dent dure envers Comte-Sponville (et vice versa) est lui aussi un grand admirateur de Montaigne, les heures qu’il lui a consacrées et que l’on peut retrouver dans sa "Contre-histoire de la philosophie", sont là pour en témoigner.
   Que nous propose-t-il ici? A première vue une idée folle et saugrenue, accéder à Montaigne par le détour d’une traduction.
   Montaigne est difficile d’accès certes, mais qu’en font les américains, les hongrois, les japonais? Ils lisent et admirent Montaigne en n’ayant pas accès à la langue d’origine.
   Le pari fou tenté et à mon sens réussi c’est celui de la traduction d’une traduction de deux des chapitres majeurs des Essais. Pascal Hervieu à partir de la traduction en japonais des Essais, a fait un nouveau travail de traduction vers le français, un français actuel.
   Pascal Hervieu a utilisé les traductions des trois plus grands écrivains japonais traducteurs de Montaigne. Pour Sekine Hideo ce fut l’oeuvre de toute une vie. Il a traduit à l’aveugle, sans se référer au texte français, une année lui fut nécessaire pour traduire ces deux essais.
   
   
   Qui perd et qui gagne dans l’aventure?
   Le gain évident le lecteur se sent moins intimidé, la lisibilité est plus grande, il y a un accès immédiat à l’idée sans le détour d’un vocabulaire parfois rare, sans tournures de phrases inusitées aujourd’hui, c’est à mon avis un accès intéressant pour une première lecture de Montaigne, pour une approche simple, sans barrière.
   
   Ai-je l’impression d’une perte? oui, ma réponse eut été très différente quelques années en arrière, après des lectures multiples et aidées par des accompagnateurs (Marcel Conche, Jean Starobinski, Michel Onfray etc.) je trouve aujourd’hui belle, voire familière, la langue de Montaigne, s’en priver est dommage.
   Mais... car il y a un mais, si la langue doit faire barrage, faut-il se passer de la lecture ou faut-il adapter la langue sans la trahir, je suis résolument pour la seconde solution et c’est en cela que j’applaudis le travail de Pascal Hervieu. Le texte n’est en rien dénaturé, il y gagne parfois beaucoup en clarté, des choix ont été fait par le traducteur, la pensée de Montaigne est préservée me semble-t-il.
   
   N'hésitez pas, si Montaigne vous a attiré mais que vous vous êtes laissé rebuter par la langue, lisez ces deux chapitres, l'envie vous viendra sans doute de les relire en "VO".
    Pour le dire comme Montaigne "Je ne suis pas philosophe" je ne suis pas une lettrée au sens de William Marx, ni enseignante, ni universitaire, je ne suis qu’une lectrice qui croit que (pardon à François Jullien pour l’emprunt du titre) le détour par le japonais s’il permet l’accès à Montaigne, ce détour là est un chemin vers le bonheur de la lecture des Essais.
   
   Si quelques doutes subsistent dans votre esprit sur l’intérêt, la nécessité et le bonheur de lire les Essais, je vous laisse en compagnie de Michel Onfray:
   «Apprendre à vivre, à souffrir, à aimer, à vieillir, apprendre les autres, l’amour et l’amitié, apprendre les passions humaines, apprendre le mouvement des choses et du monde, apprendre à regarder les animaux et apprendre des leçons d’eux, apprendre à prier sans courber l’échine, apprendre la vanité de nombre de choses humaines, dont la politique, apprendre à se connaître soi-même, apprendre à aimer les philosophes anciens, apprendre à s’aimer comme il faut, ni trop, ni trop peu, apprendre une sagesse intempestive, apprendre à mourir enfin - voilà ce que nous proposent les Essais.»
   
   «Quand Tolstoï s’est enfui, quand Alain est parti au front, c’est Montaigne qu’ils ont emporté»
dit Sekine Hideo. Pourquoi pas vous?

critique par Dominique




* * *