Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Horace à la campagne de Xavier Patier

Xavier Patier
  Horace à la campagne

Xavier Patier, a publié plusieurs romans: Les Trentenaires, la Foire aux célibataires, le Roman de Chambord.
Enarque il a occupé divers postes: commissaire du domaine national de Chambord
Directeur de l’ARH en Midi-Pyrénées.
Conseiller de Chambre Régionale des Comptes, il vient d’être nommé Directeur des journaux officiels.

Horace à la campagne - Xavier Patier

Horace le Sage
Note :

    Histoire et poésie au programme aujourd’hui: Le siècle d’Auguste ....vous y êtes? L’assassinat de César par Brutus et ses acolytes… et bien Horace ou en latin Quintus Horatius Flaccus était leur ami.
   
   Horace vous connaissez bien sûr si je vous dis «Carpe diem» ou encore «Pour vivre heureux vivons cachés» ou bien «Chassez le naturel il revient au galop» et encore «La montagne accouche d’une souris».
   Là vous y êtes! c’est de lui que je veux parler aujourd’hui à travers un livre qui est une petite biographie et un exercice d’admiration.
   
   Notre héros est né à Venouse bourgade des Pouilles, il parlera peu de son enfance sauf brièvement dans le livre III des Odes:
   «J'étais encore enfant; jouant sur le Vultur, ce mont apulien, j'avais passé les limites de ma terre nourricière, l'Apulie, et de fatigue j'avais cédé au sommeil. Vinrent des oiseaux merveilleux, des colombes, qui me couvrirent de frais feuillage. On s'en étonna chez tous les habitants du nid d'Acherontie, des bois de Bantia, des plaines fertiles où est l'humble Forente: on admira que j'eusse pu dormir sans crainte et sans danger parmi les noires vipères et les ours ; que le saint laurier, que le myrte se fussent amoncelés sur moi, enfant hardi, et protégé des dieux.»
   
   Des commencements difficiles, son père est un esclave affranchi et l’esclavage à Rome (et partout d’ailleurs) est un enfer, le père sacrifie tout à l’éducation de son fils, et il ne lésine pas: études à Rome avec les meilleurs précepteurs, séjour à Athènes capitale intellectuelle de l’époque.
   
   Né pauvre Horace ne cachera jamais ses origines et aura toujours pour son père des mots de tendresse filiale.
   «Dès mon enfance, mon père ne craignit pas de me transporter à Rome pour m’y faire donner l’instruction que ferait donner à ses enfants un chevalier, un sénateur. (..) Mon père lui-même gardien vigilant m’accompagnait partout chez les maîtres. (...) Il n’en mérite aujourd’hui que plus de louange et, de ma part, que plus de reconnaissance. Je ne saurais, si je ne perds le sens, rougir d’un tel père.»

   
   C’est à Athènes qu’Horace fait connaissance avec Brutus et ses amis et l’amitié va l’amener à la cause républicaine. Mais l’affaire tourne court, pour les fans d’histoire c’est la bataille de Philippes qui décide du sort de Brutus, et voilà notre Horace en grande difficulté:
   «Puis quand Philippes m'eut donné mon congé, que je me trouvai dépouillé de mon orgueilleux plumage, sans pénates, sans patrimoine, la misère m’enhardit, je me fis poète.»
Brutus a perdu un fidèle, nous avons gagné un poète.
   
   Il croise le chemin de Virgile et devient son ami, Xavier Patier nous les présente bras dessus, bras dessous échangeant leurs vers.
   Devenu l’intime de Mécène homme riche et influent, celui-ci lui procure les moyens d’écrire en lui offrant une villa et des terres: le domaine de Sabine. Mécène demeurera son protecteur toute sa vie. Une amitié qui a enrichi notre dictionnaire pour exprimer cette aide offerte à l’artiste.
   
   Horace publie ses premières œuvres les «Satires» il a trente ans. Il devient célèbre, admiré, courtisé par Auguste qui voudrait en faire son secrétaire particulier, il garde sa liberté de ton, son indépendance et refusera l’offre d’Auguste. Retiré dans son domaine qu’il aime, il écrit.
   Son oeuvre se construit, après les Satires viennent les "Odes" et les "Epodes" puis les "Epîtres".
   
    Dans toute son oeuvre Horace n’a cessé de chanter la campagne, le vin, l’amour de la vie et le fameux Carpe diem, les femmes. Il n’était pas beau, on le décrit petit gros et chauve, il eut pourtant un amour fou chanté dans son oeuvre: Lydie... qui le trahit... (Ode XXV).
   Horace reste un grand mélancolique comme tout épicurien qui se respecte en proie aux angoisses métaphysiques, la mort est très présente dans ses écrits.
   Il meurt à 57 ans et Auguste lui organisa des funérailles grandioses.
   
   Le style d’Horace, Xavier Patier le dit sobre, fonctionnel et magnifique: «Des mots courts plutôt que longs (..) et surtout un rythme. Non pas un halètement mais un écoulement, un choral de Bach.»
   
   Xavier Patier garde un souvenir ému de sa classe de latin et de son professeur, il en a conservé un goût pour les textes antiques et une prédilection pour Horace. Il sait nous la faire partager et nous rendre vivant ce poète mort depuis 2000 ans.
   
   L’essai est enlevé et même si je ne partage pas toujours les points de vue exprimés (en particulier le développement sur Horace et Jésus, très tiré par les cheveux) c’est une façon attrayante d’aborder le poète admiré de La Fontaine, de Nietzsche et de beaucoup d’autres.
   
   J’avais lu un peu Horace il y a très longtemps et le livre de Xavier Patier m’a incitée à y revenir et ce fut pour mon plus grand plaisir...

critique par Dominique




* * *