Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chroniques de San Francisco de Armistead Maupin

Armistead Maupin
  Chroniques de San Francisco
  Une voix dans la nuit
  Les Chroniques de San Francisco (2)
  Anna Madrigal

Armistead Jones Maupin est un écrivain américain né en 1944 à Washington.

Chroniques de San Francisco - Armistead Maupin

Le petit monde fou, fou, fou de Barbary Lane
Note :

   Ce premier volume des Chroniques de San Francisco (la série en compte six) nous permet de faire la connaissance des habitants du 28, Barbary Lane: la propriétaire Mrs Madrigal, une femme aussi mystérieuse que chaleureuse, Mona Ramsey et son colocataire Michael (Mickey, ou encore Mouse pour les intimes), Brian le Don Juan de service et Mary Ann Singleton, fraîchement débarquée de Cleveland, qui pose sur ce monde fou, fou, fou le regard candide d'une jeune fille très "comme il faut" du Middlewest.
   
   A travers la vie des locataires du 28 Barbary Lane et des gens qui gravitent autour d'eux, employeurs, amis, amants, Armistead Maupin recrée la vie de San Francisco dans les années 1970. Au fil de chapitres très courts, c'est un monde déjanté qui surgit sous nos yeux, hippies attardés, riches bourgeoises oisives passant leurs temps entre leurs "oeuvres" (sauvetage des baleines ou camp pour enfants handicapés) et les cures d'amaigrissement dans les cliniques chics de San Diego, et surtout tous les homo, hétéro ou bi en quête de l'âme soeur ou d'une compagnie pour la nuit? C'est bel et bien la ville qui est au centre de ce livre, plus que ses habitants qui se croisent, s'effleurent, se touchent mais sont finalement renvoyés à leur solitude et à leurs anti-dépresseurs, perdus dans la foule de cette grande métropole trépidante. Le ton est léger et caustique (plus léger que caustique d'ailleurs), saupoudré d'une bonne pincée d'auto-dérision, et les rebondissements sont parfaitement invraisemblables. On se croirait presque transportés dans le monde d'un feuilleton télévisé, avec les mêmes réactions d'incrédulité et les "Oh non, cette fois, c'est vraiment too much!", mais il faut bien reconnaître qu'Armistead Maupin sait y faire et qu'il est tout simplement impossible de lâcher ce livre avant la dernière page. Je ne crois tout de même pas que je lirai les six volumes des "Chroniques", ou en tout cas pas d'une traite, car je crains - à tort ou à raison - que l'univers excessif et drôlatique de Barbary Lane ne finisse par tourner en rond sur lui-même et lasser son lecteur, mais je me suis bien amusée à la lecture de ce premier épisode. Une agréable lecture de détente, sans prétention.
   
   
   Chroniques de San Francisco
   
   1. Chroniques de San Francisco, Tales of the City, 1978

   2. Nouvelles Chroniques de San Francisco, ) More Tales of the City, 1980
   3. Autres Chroniques de San Francisco, Further Tales of the City, 1982
   4. Babycakes, Babycakes, 1984
   5. D'un bord à l'autre, Significant Others, 1987
   6. Bye-bye Barbary Lane, Sure of You, 1989
   7. Michael Tolliver est vivant, Michael Tolliver Lives, 2007
   8. Mary Ann en automne, Mary Ann in Autumn, 2010
   9. Anna Madrigal, The Days of Anna Madrigal, 2014
   ↓

critique par Fée Carabine




* * *



Une série sympathique et déjantée !
Note :

   Mary Ann, 25 ans, célibataire, décide de quitter sa ville natale pour se rendre à San Francisco au grand dam de ses parents qui considèrent cette ville comme un repère d'hippies et d'assassins. Après avoir été hébergée les premiers jours par une amie Connie, elle atterrit au 28 Barbary Lane, un immeuble comprenant plusieurs appartements, géré par une femme libérale et adorable.
   
   Madame Madrigal offre en effet en guise de bienvenue un brin de marijuana collé sur la porte de chacun de ses jeunes colocataires. Maîtresse de maison du lieu, elle veille comme une mère poule sur ses protégés : Mona, qu'elle adore, Mickaël, un homosexuel, Brian le dragueur invétéré. Mary Ann trouve rapidement sa place parmi eux et un travail de secrétaire dans une société de publicité dont la famille de Monsieur Halcyon, le patron, est aussi originale que les colocataires de Barbary Lane : le gendre trompe sa femme qui attend des jumeaux d'un livreur asiatique pour ne citer que cet exemple là...
   
   Microcosme sympathique et déjanté où chacun évolue et cherche le bonheur, j'ai adoré cette série. Une chaleur humaine extraordinaire émane de tous ces personnages très sympathiques avec leurs faiblesses et surtout leurs secrets. De nombreuses caricatures émaillent le récit : la cure d'amaigrissement, la jeune femme désireuse d'échapper à ses parents, la mère possessive, j'en passe et des meilleures. C'est drôle, gai, reposant, relaxant, rythmé. Les chapitres sont très courts et mettent en scène successivement le plus souvent deux personnages.
   
   J'ai lu d'une traite le premier tome, je suis dans le second, et les suivants m'attendent. Il paraît qu'il existe une version en film... Ne boudez pas votre plaisir et procurez vous très vite cette série.

critique par Clochette




* * *