Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Meurtres en copropriété de Deborah Crombie

Deborah Crombie
  Meurtres en copropriété

Meurtres en copropriété - Deborah Crombie

Le colonel Moutarde en string léopard dans le jacuzzi
Note :

   (oui, je sais, ce titre est affligeant, chers happy few, mais moins que le roman dont il est question ici) (je dis ça pour vous préparer à ce qui va suivre, car j'ai pitié de vos petits coeurs tout mous) (vous remarquerez aussi la présence subtile d'un jacuzzi dans ce titre ô combien raffiné car oui, j'ai décidé de convoquer l'esprit harlequinesque pour me donner le courage d'en rire)
   
   
   Duncan Kincaid est superintendant à Scotland Yard. Comme il est totally overbooked malgré sa coolitude, il décide de prendre une semaine de vacances, comme ça, wildly, dans le Yorkshire, histoire de se ressourcer dans des paysages bucoliques, chabadabada. Mais hélas, comme on n'est jamais tranquille, les cadavres s'accumulent devant sa chambre. C'est pas grave, grâce à ses superpouvoirs, Duncan va résoudre cette faute de goût en 318 pages.
   
   Il en va parfois des romans comme de l'histoire du tyran de Syracuse, chers happy few: c'est quand on croit avoir touché le fond qu'on découvre que le pire était à venir. Je pensais sincèrement avoir atteint une espèce de point de non-retour avec l'inénarrable "Eclat du diamant", mais ce "Meurtres en copropriété" est à mon avis encore plus mauvais. Si, si, c'est possible.
   
   Voici un roman terriblement désuet (en même temps, la couverture aurait dû me mettre la puce à l'oreille, chers happy few, my bad), à mi-chemin entre Agatha Christie et le Cluedo, mais sans la verve de la première ni le kitsch nostalgique du deuxième. L'intrigue est terriblement mal ficelée: dans une copropriété d'appartements achetés pour une semaine par an par des bourgeois un peu argentés, les vacanciers meurent les uns après les autres dans des circonstances un peu bizarres, qui électrocuté dans la piscine, qui assassiné à coups de raquette de tennis sur le court (oui, je pense aussi que c'est une arme avec laquelle il faut s'acharner, mais ne pinaillons pas)... Et bien évidemment tout le monde est suspect. Duncan mène l'enquête d'abord en parallèle de la police puis en collaboration avec elle, et je dois bien dire que c'est le pire flic que j'aie jamais vu: on a beau nous seriner toutes les deux pages qu'il est tellement brillant qu'il est superintendant alors qu'il a à peine trente ans mais il ne voit pas plus loin que le bout de son nez, n'interroge pas un témoin qui vient manifestement lui dire quelque chose de grave et a un coeur d'artichaut (toutes les femmes lui tournent la tête et elles le lui rendent bien, toutes énamourées dès qu'il apparaît dans une pièce) qui semble l'empêcher de penser droit. Les autres personnages ne sont pas mieux lotis, ils semblent tous concourir pour remporter la palme de la superficialité et de la platitude. Et comme ce roman, c'est Noël avant l'heure, s'ajoute à ça un style carrément épouvantable, rempli de redondances, de redites et d'explications vaseuses. Je vous donne un exemple pour la route, chers happy few, car je suis d'humeur partageuse:
    "C'est peut-être pour ça qu'Eddie Lyle ne m'aime pas, dit Helen qui s'assit en face de Gemma après lui avoir servi du thé. Pour lui ce n'est pas très bien d'être irlandais. (Vous noterez la belle traduction. Y en a certains qui devraient réviser un peu leur petit Harrap's, je dis ça, je dis rien.) C'est un ancien militaire, même si ça ne se voit pas. (sic) Il a servi en Irlande du Nord et il méprise en bloc tous les Irlandais. Ou alors c'est parce que mon mari travaille pour l'entrepreneur. (Elle eut un petit geste circulaire qui englobait la résidence.) Je ne sais pas où il a appris à être aussi snob. Ses parents avaient un magasin de spiritueux dans la vieille ville [...]
   Helen North était bavarde, et ses propos dénotaient une certaine malveillance envers Edward Lyle. il avait dû la traiter de haut comprit Gemma."
(Non ? On remarquera la grande perspicacité de Gemma, et le talent fou de la romancière. Je suis littéralement bluffée, chers happy few.)
   
   Un roman écrit avec les pieds et roulé sous les aisselles, dont la lecture est, vous l'aurez compris, vivement déconseillée.
   
    318 pages dont la longueur est inversement proportionnelle à la densité et traduites n'importe comment.
    ↓

critique par Fashion




* * *



Meurtres à l'anglaise
Note :

   Je ne sais plus trop comment j'ai découvert "Meurtres en copropriété" de Deborah Crombie, ni comment j'avais pu passer à côté de ce livre il y a quelques années alors que des blogs que je suivais depuis longtemps en avaient parlé. Toujours est-il qu'avec un train de retard, je viens de lire le premier tome de cette série consacrée à deux enquêteurs, le super-intendant (récemment promu) Duncan Kincaid et sa coéquipière, le sergent Gemma James.
   
   Deborah Crombie est américaine (quand je la croyais britannique), mais ce roman est on ne peut plus anglais de par son cadre - le Yorkshire - et l'atmosphère - qui fait inévitablement penser à Agatha Christie malgré les années d'écart.
   
   Duncan Kincaid prend enfin une semaine de vacances bien méritée à l'automne et se rend dans la résidence en copropriété d'un parent, qui n'a pas pu y aller comme prévu. Naturellement, Duncan compte bien profiter des lieux pleins de charme et de la région elle-même. C'est sans compter sur le hasard ou le destin : le lendemain de son arrivée, deux enfants retrouvent le corps du sous-directeur de l'établissement dans le jacuzzi. Duncan pense dans un premier temps rester en retrait de l'enquête, qui ne concerne pas sa juridiction. Mais face à l'incompétence crasse du responsable local de l'enquête, le superintendant va s'en mêler... d'autant plus qu'il a commencé à tisser quelques liens avec certains résidents. Comme dans bien des whodunits à huis clos, le premier meurtre sera suivi d'un autre et les soupçons vont commencer à peser sur tous les vacanciers.
   
   J'ai passé un très bon moment avec ce roman, non pour l'excellence de l'enquête (bouclée brutalement et un peu facilement à la toute fin) mais pour l'ambiance réussie (un polar "cosy"). Duncan Kincaid est un héros attachant d'emblée et il est agréable de le suivre dans sa découverte du concept de résidence en copropriété, dans ses premières sorties et ses échanges avec les autres résidents, aux profils variés. Gemma James intervient assez peu et son personnage m'a paru assez lisse pour l'instant, sans que cela ne soit vraiment gênant compte tenu de son rôle très secondaire dans cette enquête. J'ai apprécié les quelques virées dans le Yorkshire, qui m'ont rappelé de jolis souvenirs de séjour et donné envie de découvrir d'autres lieux. Bref, vous l'aurez compris, c'est pour le voyage, le fringant superintendant et l'approche quelque peu surannée que j'ai trouvé mon bonheur avec ce livre, lu en deux jours. Il paraît que les enquêtes sont plus réussies par la suite. Je me laisserai peut-être tenter.

critique par Lou




* * *