Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cinq bières, deux rhums de Jean Bernard Pouy

Jean Bernard Pouy
  La petite écuyère a cafté
  Spinoza encule Hegel
  A sec (Le retour)
  1280 âmes
  RN 86
  Cinq bières, deux rhums
  Le rouge et le vert
  Démons et vermeils
  Samedi 14
  Liliane, fais les valises
  Rémy Cooghe, combat de coqs en Flandre
  Calibre 16 mm
  Sous le vent
  Le Bar parfait
  S63

Jean-Bernard Pouy, né en 1946, est l'auteur de plus de soixante-dix romans noirs (dont onze à la Série Noire) et d'une centaine de nouvelles, directeur et créateur de collections.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Cinq bières, deux rhums - Jean Bernard Pouy

Un Poulpe réjouissant
Note :

   Ah que ça fait du bien de retrouver notre "orchidoclaste"* préféré! Sous prétexte de lui faire dégoter une bière de derrière les fagots, Gérard, le patron du bar La Sainte Scolasse, a envoyé Le Poulpe en mission spéciale dans le NORD , l'objectif étant en fait de lui redonner le moral! Évidemment en baguenaudant entre Valenciennes (V.A pour les footeux) et Antoing (Belgique wallonne), le Poulpe va se prendre les tentacules dans quelques cadavres, en profiter pour se balader en péniche ultra-moderne, glanant au passage autant d'infos sur la fabrication de la bière que sur le trafic de l'Escaut, sans oublier d'égratigner quelques édiles locaux**.
   
   Mortagne du Nord, cadre d'un roman policier, qui l'eût cru? L'occasion en tout cas de (re) découvrir pour les autochtones des édifices et des paysages, de montrer les blessures mais aussi la vie qui continue malgré tout dans cette région où la nature commence à reprendre ses droits puisque des fleurs poussent dans une prairie métallicole, joli symbole d'espoir. On sent aussi que l'auteur s'est baladé dans le coin et qu'il y a pris plaisir, sachant aller au-delà des clichés, dénichant les détails révélateurs d'une exploration pédestre et non livresque. Et ça fait chaud au coeur!
   
   Ceux qui apprécient les enquêtes millimétrées en seront pour leurs frais (les explications finales étant un peu poussées sous le tapis), ceux qui aiment le style haut en couleurs de Pouy se régaleront des sentences du poulpe: " Parfois il faut savoir éviter les paraphréniques confabulants et briser là avec les forcenés incantatoires". ou des injonctions de Chéryl: "Va te faire raboter les surrénales!". Bref, un Poulpe réjouissant, ayant comme fil rouge la lecture des "Habits noirs" de Paul Féval dont se régale le héros et dont il nous montre la pertinente actualité, toujours aussi sombre.
   
   "Cinq bières, deux rhums" (ne loupez pas le jeu de mots géographique!), 160 pages à accompagner d'une Mort Subite***?
   
   
   * Casseur de c...
   ** Pouy sera-t-il invité au salon du livre policier? Affaire à suivre...
   *** Nom d'une bière belge
   
   
   PS: Quelques renseignements sur Le Poulpe
   ↓

critique par Cathulu




* * *



Une p'tite gueuse...
Note :

   Cinq bières, deux rhums, voilà un petit poulpe qui revient avec au rendez-vous avec tout son lot d'ambiance.
   
   Gabriel est envoyé en mission de reconnaissance de bières dans le nord de la France, à la frontière belge. Redécouvrir certains des bières typiques et en ramener un stock afin d'attraper le chaland, le fidéliser. Une petite embardée ne fera pas de mal à Gab loin de Cheryl qui est stage parfumerie près de Grasse.
   
   Il découvre alors le milieu des mariniers, les péniches et fait un bout de chemin avec tout en suivant d'un œil distrait deux cadavres qui plongent pour ainsi dire devant lui. Cela fait un peu trop de coïncidences à son goût, c'est parti il est en chasse. Et puis ce type qui rentre dans le bar et qui commande 5 bières, 2 rhums, il a pas l'air très net...
   
   Une petite histoire à lire en dilettante pour se replonger dans l'ambiance du poulpe et essayer de l'attendrir, à coup de marteau bien entendu...
   
   Et puis, pour compléter en dehors des nombreux ouvrages écrits, il y a le film avec Daroussin et Clotilde Courau...

critique par Herwann




* * *