Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Moi, Mentir ? de Donald Westlake

Donald Westlake
  Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?
  Adios Scheherazade
  Kahawa
  Moi, Mentir ?
  Mauvaises nouvelles
  Trop humains
  Un jumeau singulier
  Mort de trouille
  Le couperet
  Jimmy the Kid
  Pierre qui roule
  Aztèques dansants
  Surveille tes arrières!
  Mémoire morte
  Envoyez les couleurs

Ecrivain américain auteur d'une centaine d'ouvrages, policiers pour la plupart.
Il est né à New York en 1933 et est mort d'une crise cardiaque au Mexique le dernier jour de 2008.
Il a publié sous presque une vingtaine de pseudonymes, dont Richard Stark.

Moi, Mentir ? - Donald Westlake

Justice américaine.
Note :

   Moi, Mentir ? est le titre d'une chanson de Ray Jones, chanteur country à succès dans un bled paumé du Missouri. Le même Ray Jones qui va comparaître devant le tribunal pour l'accusation d'assassinat avec préméditation. C'est cette chanson que Sara Joslyn entend en se dirigeant vers la ville du procès. Sara est une jeune journaliste issue de la presse à scandales, passée depuis peu à la rédaction d'un magazine new-yorkais, qui vient couvrir l'évènement. Elle retrouvera sur place ses anciens collègues de Galaxy, ledit journal à scandales précédemment employeur de Sara et ? le décor est posé. Dans son style caractéristique, l'air de ne pas y toucher, D. Westlake s'attaque concomitemment à : l'intitution judiciaire (le procès de Ray Jones et ses à-côtés ), la presse à scandales et ses méthodes, le show-business (en la personne ici de Ray Jones.)
   Je dois reconnaître que, fervent partisan de Westlake, j'ai eu ici un peu de mal. Moins d'humour ou moins fin (?), trop de choses en ligne de mire ( ?), trop factuel (on suit le rythme du procès) ? Sais pas mais ce n'est pas le meilleur Westlake. Pour le découvrir précipitez vous plutôt sur Kahawa !
   Il parvient néanmoins à nous désarçonner dans les toutes dernières pages, Westlake oblige !
   

critique par Tistou




* * *