Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

T comme: Un ciel radieux de Jiro Taniguchi

Jiro Taniguchi
  T comme: Quartier lointain
  T comme: Sky Hawk
  T comme: La montagne magique
  T comme: Un ciel radieux
  T comme: Le journal de mon père
  T comme: L'homme qui marche
  T comme: Quartier lointain - tome 2
  T comme: Les gardiens du Louvre

Jiro Taniguchi (谷口ジロー) est un auteur de manga japonais, né en 1947 et mort en 2017.

T comme: Un ciel radieux - Jiro Taniguchi

Modifier le passé
Note :

   Manga
   
   
   Tout commence par un violent accident de la route entre Takuya, un jeune motard de 17 ans, et Kazuhiro, un salarié surmené de 45 ans qui le percute de plein fouet avec sa fourgonnette. Ils plongent tous les deux dans le coma pendant plusieurs jours. Et puis bientôt, l’encéphalogramme de Kazuhiro devient plat alors que celui de Takuya commence à montrer des signes d’activité cérébrale. Peu à peu, il revient à la vie et retourne bientôt dans sa famille. Et pourtant, il n’est plus vraiment lui-même et comprend bientôt que c’est l’esprit de Kazuhiro – mari et père – qui commande son propre corps. Il est revenu pour s’acquitter d’une dernière mission; il revient faire le ménage dans sa vie, régler ses comptes avec son ancien employeur, prouver son amour à sa famille et pouvoir enfin repartir sereinement là où il est attendu… Quant à l’esprit de Takuya…
   
   
   En fait, c’est un scénario à la «Ghost», vous savez ce film avec feu Patrick Swayze et demi Moore qui a fait chavirer nos cœurs d’adolescentes pendant la scène de la poterie… Un mort qui reprend le corps d’un vivant pour venger sa disparition précoce et faire ses adieux à la femme qu’il aime. Alors là, même topo avec l’auteur de "Quartier lointain" dont je vous avais déjà parlé. Un auteur qui semble-t-il a pour sujet de prédilection de modifier le passé, le transformer pour l’améliorer…
   
   Son dessin est toujours majestueux, en ce qui me concerne je préfère ses paysages urbains, la précision de son trait lorsqu’il dessine des maisons à perte de vue où le sens du détail est omniprésent… Les visages sont un peu plus classiques à mon sens. En tout cas, ce récit au scénario déjà vu est émouvant, cette quête désespérée d’un mort en sursis qui réussit à prendre l’esprit d’un vivant par sa seule volonté de partir en épargnant sa famille.
   
   Je pense que je vais continuer à chercher des albums de cet auteur…

critique par La Dame




* * *