Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Graine de France de Geoff Cush

Geoff Cush
  Graine de France

Graine de France - Geoff Cush

Absinthe et cannabis
Note :

   Cush est né à Christchurch en Nouvelle-Zélande en 1956. Je pense que c’est son premier roman traduit en français. L’action se passe dans les années 1930 dans ce qui semblerait être une enclave française en Nouvelle-Zélande.
   Le lieutenant Verdier en poste à La Nouvelle-Lyon (?) paraît se satisfaire de sa condition, un travail pas trop prenant, de l’alcool et des bars, et des femmes de colons souvent absents, la vie coloniale type. Il est chargé de rapporter pour un haut fonctionnaire la dernière Cïtroen en date. Passant par le Parc National, dont la gestion est confiée aux Maoris, la voiture est volée. Verdier choisit alors de ne pas retourner à la civilisation et s’installe chez le curé puis un peu à l’écart du village. Il devient un marginal vivant en marge de tous, l’armée le recherche mais sa nouvelle existence lui convient. Peu à peu il fait la connaissance des villageois mais il reste le "Français" et il prendra conscience du peu d’intérêt de sa vie passée.
   Verdier a "fait" le Maroc, c’est un militaire de longue date, mais il se rend compte que ce n’est pas sa vraie nature. Il ne croit plus aux bienfaits de la civilisation Occidentale. Le père Claude prêche souvent dans le vide, sa préoccupation majeure concerne l’église protestante anglaise, le paganisme régnant est plus fort que lui.
   Titoko représente les traditions maories, il a été banni de sa tribu pour violences, l’église interdisant les tatouages, il s’en fait faire sur le visage, mais à l’ancienne, avec des instruments en os, d’où des souffrances qu’il anesthésie à l’absinthe avec Witi son tatoueur. Marama est le seul personnage féminin, institutrice elle fait de son mieux, étant désabusée et ne croyant guère à son utilité dans son village, elle mélange allégrement Gauloise et cannabis malgré le fait d’être enceinte.
   
   Sous son aspect plutôt léger ce livre pose la question de la colonisation des Maoris (et de toutes colonisations). L’Angleterre et la France sont présentes dans l’île, deux conceptions de la vie, deux églises, mais les Maoris ne veulent pas perdre leurs croyances, ni leur langue. La lecture est agréable et instructive sur ce pays que nous connaissons peu.
   
   Petite phrase de l’incompréhension de l’administration française envers ce monde lointain. Elle concerne l’alimentation des tribus Maoris.
   " Il y avait quand même du poisson
   -Oui dit Jarret mais le ministre a remarqué qu’il y a peu de poissons d’eau douce, petits ou gros.
   -Mais a-t-il remarqué la mer? La mer ne manque pas autour de la Nouvelle-Zélande, et la plupart des tribus y ont accès."

   
   
   Titre original : Son of France

critique par Eireann Yvon




* * *