Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'île du docteur Moreau de Herbert George Wells

Herbert George Wells
  L'île du docteur Moreau
  La guerre des mondes
  Les premiers hommes dans la Lune
  La machine à explorer le temps
  L'homme invisible
  M. Barnstaple chez les hommes-dieux
  Récits d'anticipation
  Les chefs-d’œuvre de H.G.Wells
  Ados: Un étrange phénomène
  Quand le dormeur s'éveillera
  Les Pirates de la mer et autres nouvelles
  Un rêve d'Armaggedon - La porte dans le mur
  Le Cambriolage d'Hammerpond Park et autres nouvelles extravagantes
  L’histoire de M. Polly
  Recueil bilingue
  Au temps de la comète

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2018

Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells est un écrivain britannique né le 21 septembre 1866 à Bromley dans le Kent, dans une famille très modeste (petits commerçants dont le magasin n'a jamais été rentable)

Herbert George se rebelle violemment contre son destin d'employé de magasin. Il veut une vie plus intéressante et pour cela, se tourne vers les études, que sa famille n'a pas les moyens de lui payer.

Ce sont les études scientifiques qui l''intéressent le plus, et il sera l'élève éperdument admiratif du professeur Thomas Huxley, darwiniste militant et futur grand-père d'Aldous Huxley. Pourtant, ses études tourneront court et c'est sans diplôme qu'il les interrompra.

Parallèlement, il rompt avec toute religion et se passionne pour les thèses socialistes. Il conservera toujours ces idées politiques, se passionnant pour les théories de sociétés idéales. Il était frappé de voir comment les choses étaient mal organisées et rendaient tout le monde malheureux et ne cessa jamais de rechercher les modifications qui rendraient possible un monde meilleur, le but étant que chacun trouve son bonheur. Cela lui semblait très possible.

Après ses études, il trouve un emploi dans un journal où il rédige des nouvelles et des articles de vulgarisation scientifique. Le succès vient très vite et il entreprend bientôt des romans. Dès le premier (The Time Machine, 1895), il connait un succès fulgurant qui ne se démentira jamais. Il est unanimement considéré comme un des pères de la science-fiction. Il fit preuve d'un esprit novateur, d'une grande imagination et sut tirer le meilleur parti de sa culture scientifique.

Wells fut aussi un penseur politique influent, il rédigea de nombreux essais politiques et sociaux. Il fit même de certains des best sellers. Il rencontra et s'entretint aussi bien avec Roosevelt que Staline. Il avait déjà rencontré Lénine, Trostski, Gorki et de nombreux autres. Son humanisme et son ampleur de vue étaient respectés. Mais quand il meurt, le 13 mars 1946 , la deuxième guerre mondiale lui a fait perdre tout espoir d'une amélioration du monde humain.

Joseph Altairac et Laura El Makki lui ont consacré une biographie.

L'œuvre de H.G. Wells étant maintenant libre de droits, vous pouvez la trouver en ebooks gratuits.
Plusieurs liens sont donnés ici, vers le bas de la page.

L'île du docteur Moreau - Herbert George Wells

Déroutant
Note :

   Seul survivant d'un naufrage, Edward Prendick trouve refuge sur une étrange île des mers du Sud, recueilli, avec quelques réticences, par un savant des plus singuliers, le docteur Moreau, chassé d'Angleterre pour ses expériences sur les transfusions sanguines. Mais il découvre bientôt avec horreur que l'île est peuplée de créatures monstrueuses, faites d'un ou plusieurs animaux plus ou moins humanisés, vivant sous la domination du docteur Moreau et de son assistant fort porté sur la boisson, le mystérieux Montgomery. Mais une suite d'événements inexplicables pousse peu à peu les créatures à se révolter contre la Loi que leur impose le docteur Moreau...
   
   Un roman déroutant, dénonçant l'emploi abusif et irresponsable des manipulations génétiques, près de 75 ans avant l'heure. Certes, un grand classique de la littérature, mais souvent reçu avec le sourire aujourd'hui, tant les créatures imaginées par Wells nous semblent peu crédibles et ridicules. Mais en replaçant l'oeuvre dans son contexte, on peut y voir les inquiétudes d'un homme concernant les "avancées" de la science. Les personnages restent complexes, les motivations profondes de Moreau et Montgomery n'apparaissent pratiquement que dans les derniers chapitres du roman, mais cela ne gène pas la progression de l'intrigue et contribue, au contraire, à renforcer le suspense. Les créatures sont tour à tour effrayantes, attachantes, plus humaines que les humains avant de retomber dans leur animalité et dans leurs bas instincts.
   
   Une réflexion toujours d'actualité, et menée avec brio, sur les dérives de la science et les relations de domination entre hommes et animaux.
    ↓

critique par Elizabeth Bennet




* * *



Manipulations génétiques avant l’heure
Note :

   1896 ; c’est l’année où fut publiée « L’île du Docteur Moreau », œuvre d’anticipation s’il en est, qui préfigure un rêve de l’homme réalisé (?!) en partie par le biais des manipulations génétiques : sélectionner les meilleurs caractères d’une race pour «l’améliorer », tenter la perfection.
   
   Pas de manipulations génétiques à proprement parler sur l’île du docteur Moreau, perdue au fond du Pacifique et seulement atteinte par le narrateur Edward Prendrick, par le biais d’un débarquement sauvage décidé par le capitaine du vaisseau sur lequel il est passager. Non, pas de manipulations génétiques sur l’île mais la présence d’un savant tout aussi fou qui s’acharne par la chirurgie à tenter de transformer des animaux (ours, hyènes, singes, panthères, sangliers, …) en hommes ou en ce qui se rapprocherait le plus de l’homme.
   « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » écrivait Rabelais, nous y sommes.
   Le pauvre Prendrick échoue donc par hasard sur cette île, à l’écart des passages maritimes, île choisie par le docteur Moreau pour se livrer à une sorte de réécriture de l’œuvre du créateur.
   « Tandis que le suivais des yeux, il me revient en tête, par quel procédé mental inconscient ? une phrase qui fit retourner ma mémoire de dix ans en arrière. Elle flotta imprécise en mon esprit pendant un moment, puis je revis un titre en lettres rouges : "Le Docteur Moreau", sur la couverture chamois d’une brochure révélant des expériences qui vous donnaient, à les lire, la chair de poule. »
   

   Prendrick va s’apercevoir que d’étranges êtres peuplent cette île et que le cauchemar entrevu n’est que l’ombre de la réalité. Mais, comme dans toutes les bonnes histoires, les choses vont dégénérer et tout va devenir beaucoup plus compliqué pour Prendrick…
   
   Visionnaire, notre gaillard Wells ! Il faut dire que l’Homme et ses desseins sont tellement prévisibles… Wells n’a fait que pousser le plus loin possible l’évolution prévisible des choses.

critique par Tistou




* * *