Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le bandit mexicain et le cochon de James Crumley

James Crumley
  Le bandit mexicain et le cochon
  La danse de l'ours
  Cairn

James Crumley est un écrivain américain, né en 1939 et dédédé en 2008.

Le bandit mexicain et le cochon - James Crumley

Ben mon cochon!
Note :

   Recueil de neuf nouvelles qui est ma première lecture de cet auteur pourtant très renommé, mais hélas décédé dernièrement. J'aime bien découvrir un écrivain par des nouvelles, cela me permet de sélectionner ce qui me plait, tout en me laissant la liberté de passer sur des textes que j'estime moins bons.
   
   Dans la première nouvelle qui donne son titre à l'ouvrage, vous mettez ensemble: un détective privé en vacances dans une petite ville mexicaine près de la mer et une jeune fille bien de sa personne, mais un peu allumée. Vous ajoutez une bande communiste révolutionnaire braquant des cars, une truie avec un bandana rouge (pour ne pas qu'elle puisse se prendre pour autrui), un bébé kidnappé, un policier mexicain alcoolique et un avocat marron. Pour les ingrédients en plus de la tequila et de la bière, quelques cigarettes qui donnent de l'euphorie. Et tout cela vous donne un détective privé un peu berné. Un peu est un doux euphémisme.
   
   « L'Ouest, le grand » est un texte beaucoup plus sérieux, un court essai sur l'histoire de l'Ouest américain. L'auteur nous parle de quelques livres traitant du sujet et cite Henry David Thoreau: «Vers l'Est, j'y vais seulement contraint et forcé, mais vers l'Ouest, j'y vais de mon plein gré».
   
   Sonny Sughrue, le détective privé de la première nouvelle est le narrateur de «The Muddy Fork», histoire d'une dynastie du sud Texas. Sombre histoire voisinage et d'adultère. Une note du malgré tout, une manière originale qu'emploie une femme mariée pour savoir si son mari ne revient pas de quelques aventures extraconjugales!
   
   Ce livre se termine par «Blanche neige la Rieuse et Wanda la Marâtre », version revisitée du célèbre conte, avec sexe et cocaïne. Des nains évidemment, mais j'ai à cette occasion découvert une nouvelle profession, chasseur de nains! Pas de problème, tout cela se termine très bien, enfin pour certains.
   
   Dans «Un fils rêvé pour les Jenkins», l'auteur nous parle d'une famille où tout ne va pas pour le mieux. Une nouvelle très triste, un des plus beaux textes du recueil.
   
   Un homme et une femme, couple fugitif, sont rattrapés par le mari de la dame. Alors Benbow, l'homme nous raconte sa vie, ou plutôt sa déchéance. Brillant joueur de football, une blessure l'a fait sombrer dans l'anonymat. Entraîneur, la chute fut encore plus rapide. L'histoire, « Hot Springs » est très sombre, certainement la meilleure du recueil.
   
   Une garde-chasse dans le parc naturel de Yellowstone, que fait-elle quand il ne se passe rien? Et comme c'est souvent le cas...
   
   Une lecture qui ne m'a pas réellement convaincu. Certains textes ressemblent plus à des chroniques journalistiques qu'à des nouvelles, par exemple «L'Ouest, le grand» ou «Tout le monde peut écrire une chanson triste» où l'auteur évoque la musique Country à travers le personnage de Clint Black. Idem pour «L'esprit de la route» qui fait un inventaire des bars du « Cercle intérieur » circuit des bars au nord de Missoula, Montana. Mais le temps passe, les auto-stoppeuses hippies ont vieilli et certains patrons de bistrots sont morts.
   Malgré ces quelques réserves, j'essayerai de lire un roman bientôt.
   
   J'ai pour ce livre la même impression que pour «La fille de la tempête» de James Cain, celle de ne pas avoir choisi le bon livre pour la découverte de ces deux auteurs.
   
   
   Extraits :
   
   - Percuter un cochon avec n'importe quel véhicule, c'était comme percuter un rocher de la même taille.
   
   - Il la trouvait très mignonne dans sa chemise. Encore quelques verres et il savait qu'il la trouverait jolie.
   
   - L'idée du cow-boy plutôt que le cow-boy lui-même. Apparemment les cow-boys possèdent leur propre marque de gènes.
   
   - La réalité, comme souvent, est d'une effroyable banalité.
   
   - Un des deux camps avait pas besoin de son aide, et l'autre ne lui avait pas réclamé.
   
   - Ou mieux, commencé par la fin le 4 juillet 197....
   
   - Une femme édentée, à présent, taillée comme une boulette de pommes de terre, nappée de cheveux gras et assaisonnée de grains de beauté.
   
   - Malgré tout, sachez que la plupart de vos affaires sont plus en sécurité à Yellowstone que dans votre maison.- C'est une illusion, accord ; mais c'est votre film.
   
   - Et fade aussi la nuit que passa le chasseur écervelé avec Wanda: car femme narcissique n'est jamais une affaire au lit.
   

   
    Titre original : The Mexican Bandit. (1999)

critique par Eireann Yvon




* * *