Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Fumée de Ivan Tourgueniev

Ivan Tourgueniev
  Premier amour
  Fumée
  Le Journal d’un homme de trop
  Clara Militch

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (Иван Сергеевич Тургенев) est un écrivain russe né en Russie en 1818 et mort en France en 1883.


Une fiche sur la biographie de Tourgueniev publiée par André Maurois ici

Fumée - Ivan Tourgueniev

Francophile
Note :

   Aujourd’hui un peu de chemin avec le plus occidental des auteurs russes, le plus francophile, ami de Daudet, de Zola et de Flaubert, amant de Pauline Viardot musicienne et sœur de la célèbre Malibran, grand voyageur, vivant en France mais n’écrivant que sur la Russie son unique et inépuisable sujet.
   
   Après "Premier amour" où se mêlaient le tragique et la volupté, voici un roman plus ambitieux.
   
   Tourgueniev a suivi sa maîtresse à Baden-Baden et c’est là qu’il situe son roman. C’est une ville où se retrouvent français, russes, anglais, une ville cosmopolite et gaie, légère comme une bulle de Champagne.
   
   Le héros est un jeune homme: Litvinov, sa fiancée Tatiana et la tante de celle-ci vont le rejoindre à Baden, il est heureux "Sa vie lui apparaissait désormais sans obstacle, sa destinée était tracée" Il y a une ombre dans le passé de Litvinov, jeune étudiant il est tombé amoureux fou d’Irène, une beauté au caractère "inconstant, autoritaire et fantasque" Elle lui a préféré un riche parti, il a tenté de l’oublier mais aujourd’hui elle est à Baden-Baden avec son mari "Elle est toujours aussi ravissante malgré ses trente ans" et Litvinov va retomber sous son charme et tenter d’enfouir l’image de la douce Tatiana sous les ors et le clinquant. Mais peut-on aimer follement deux fois?
   
   En parallèle de cette intrigue romanesque, Tourgueniev nous invite dans la société du temps et là il s’en donne à cœur joie dans la satire. La société où évolue Irène, celle-là même où évolue Ivan Tourgueniev, est l’objet d’une critique acerbe. Il moque les bavardages autour d’une Russie magnifiée et idéalisée.
   
   A travers une galerie de portraits très sévères il dépeint l’écart entre une Russie attardée et l’Europe civilisée. Il affirme "j’ai foi en l’Europe ou pour parler plus exactement, j’ai foi en la civilisation" La misère des paysans, un système politique tyrannique sont l’objet de ses critiques et de ses craintes "Il viendra un temps où tous auront à rendre compte". Tourgueniev fait preuve de lucidité et les lecteurs russes recevront très mal ce roman.
   
    J’ai beaucoup aimé ce roman, son pessimisme, son romanesque un peu désespéré et l’amour inconditionnel de Tourgueniev pour sa patrie malgré ses critiques "Moi, pour travailler, il me faut l’hiver, une gelée comme nous en avons en Russie, un froid astringent, avec des arbres chargés de cristaux…" * confie-t-il aux frères Goncourt.
   
   Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque
   
   
   * "Tourguéniev "- André Maurois

critique par Dominique




* * *