Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La fille dans la tempête de James Cain

James Cain
  La fille dans la tempête
  Le facteur sonne toujours deux fois

James Mallahan Cain est un auteur américain de romans policiers, né en 1892 dans le Maryland, et décédé en 1977.

La fille dans la tempête - James Cain

Tempête de faible intensité
Note :

   Recueil de 17 nouvelles de cet auteur américain (1892/1977) surtout connu pour ses romans "Le facteur sonne toujours deux fois" et "Assurance sur la mort". Ces textes ont été édités entre 1928 et 1940.
   
   Est-ce le fait que j'ai lu ce livre par petits morceaux durant un séjour parisien où j'avais la tête ailleurs, ou alors l'écriture a vieilli? Je n'ai pas réellement eu de plaisir à la lecture de la plupart de ces nouvelles.
   
   "Intermède théologique" ressort du lot de par sa trame et son originalité. Une femme Mme Nation, deux hommes, Mr Nation et Mr Barlow, frère de Mme Nation. Ces personnages parlent d'Eva, la fille de la famille Nation, qui, à l'âge de 16 ans, est partie avec un soi-disant prédicateur.
   
   "Un bébé dans le réfrigérateur" est une sombre histoire d'amour et de vengeance racontée par un narrateur lui aussi amoureux de la femme. Que les âmes sensibles se rassurent, le bébé allait bien à la fin de la nouvelle.
   
   "La fête d'anniversaire" explique les relations difficiles d'enfants de parents et de voisinage.
   
   "Le veinard" est une sorte de vagabond américain, voyageant dans les trains de marchandises. Un jour, il tue un inspecteur de la compagnie ferroviaire. Comme il porte bien son surnom, la police conclut à un accident. Mais on peut être veinard et avoir une conscience.
   
   "Au pays des rêves", c'est un coup de foudre phonographique, allez, envoyez la musique!
   
   Dans "Retour de flamme", un homme sauve la vie d'un autre le matin, et pour une histoire de femme, le tue le soir, quelle journée!
   
   Pour "La virée" c'est plutôt quelle nuit, l'alcool aidant, quand déjà on est un peu simplet, il est préférable de ne pas jouer avec les engins de travaux publics!
   
   "La reine de beauté et de l'amour", l'histoire d'un tournoi dans l'Amérique profonde, l'esprit chevaleresque n'est pas une notion ayant cours dans ces endroits-là.
   
   A noter que deux histoires se passent en France pendant la guerre "La prise de Montfaucon" est une sorte de récit ressemblant à "On a perdu la 7eme compagnie", version américaine. "Ça respirait" raconte la vie d'un soldat qui guette l'ennemi du haut d'un arbre.
   
   Je ne vais pas énumérer toutes les nouvelles de ce recueil, l'aspect positif de ce livre est le côté social des histoires. Les personnages sont pour la plupart des perdants, victimes de la "Dépression" qui toucha les États-Unis.
   Hommes frustes, pas bien malins, petits blancs misérables. Dommage que tous ces textes m'ont semblé se ressembler, mais je lirai un jour les romans de cet auteur. Une préface de François Guérif, très instructive, pour qui comme moi n'est pas un spécialiste de cet auteur.
   Je n'ai pas non plus été convaincu par l'écriture, qui m'a semblé très vieillotte , bref pas une bonne impression, mais il faut bien de temps en temps que cela arrive!
   
   
   Extraits:
   
   - T'as jamais entendu parler d'une âme qui se retirait comme une serviette d'un rond de serviette?
   
   - Il ne s'était pas couvert de gloire ce jour-là, ça c'est sûr. Il n' avait pas eu assez de cran, tout simplement.
   
   - "Seigneur, je t'avais demandé des fils, et tout ce que tu m'a donné, c'est cette paire de vauriens".
   
   - Mais elle existait quand même cette inculpation, et un gars inculpé, ben, il peut quand même pas se faire passer pour un chevalier.
   
   - Mais de deux heures du matin à l'aube, il n'y a rien de plus silencieux que le front.
   
   - Depuis ce temps-là je ne peux plus les voir moi ces foutus-croque-morts. Et tu sais ce qu'il a fait ce saligaud? Il s'est mis en colère parce qu'elle était pas morte! C'est quand même un comble.
   
   - Il avait toujours l'air méchant, même quand il commandait deux œufs sur le plat dans un troquet.
   
   - "Mon boulot, c'est de réparer les pneus, pas de jouer les croque-morts pour fauves".
   
   -Il paraît que la lune était sous le signe de Cupidon. Enfin, si cela marche, tant mieux.

   

critique par Eireann Yvon




* * *