Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Anissa Corto de Yann Moix

Yann Moix
  Anissa Corto

Anissa Corto - Yann Moix

Obsédé!
Note :

    Une occasion de découvrir en poche l’écrivain qui a le vent en poupe depuis l’adaptation cinématographique de son roman «Podium». «Anissa Corto» ou le récit d’une passion obsessionnelle pour une jeune femme, La Femme selon Yann Moix.
   
   La couverture, arborant un fier Donald Duck sur fond orange et ce titre délicieux, est prometteur d’un moment de lecture ludique, léger, agréable, au moins un minimum drôle. Si on connaît un peu la réputation du gars, on sait bien que son nom rime avec cynisme et cru, mais pourquoi pas, c’est le moment de découvrir un nouvel auteur semble-t-il talentueux… Anissa Corto est le nom pour le narrateur (Yann Moix ou un pervers décérébré) d’une femme inaccessible et obsédante, qui habite près de la Porte de Clignancourt, et qui hante ses jours et ses nuits telle un fantôme. Le narrateur suit cette ombre et se met à la recherche de toutes les traces de son existence, son odeur, ses voisins, son supermarché.
   
   Le roman, hélas, cent fois hélas, parce que cette rencontre obsédante nous l’avons tous aperçue un jour, et en cela il aurait pu être un peu la nôtre, tourne vite aux seules élucubrations de l’auteur sur son obsession pour la jeune femme. L’action est minime, si elle n’est pas inexistante, puisque nous errons dans le cerveau en boucle de l’auteur atteint d’«Anissacortique». Pas le moindre brin de légèreté ou même de drôlerie, malgré cette couverture qui nous donne un peu de courage et d’espoir. Seule note humoristique: le narrateur travaillant comme Donald Duck au Disneyland Paris, nous entrons dans cet univers schizophrène où endosser l’habit de Mickey devient le symbole de la réussite sociale. «Ce nom (celui d’Anissa Corto bien sûr) nous rappelle que nous sommes le jouet des larmes, incapables d’être heureux, de rendre heureux, que nous quitterons la terre comme nous y avons traîné: dans la désolation perpétuelle et la paresse de vivre».
   
   Bref, on sort de ce livre un peu déprimé, déçu même; vite allons nous remonter le moral en regardant un énième fois… «Podium»!

critique par Herwann




* * *