Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tout est dans la tête de Alastair Campbell

Alastair Campbell
  Tout est dans la tête

Tout est dans la tête - Alastair Campbell

Plus dure sera la chute
Note :

   Le sujet de ce roman tient en quelques mots et pourtant, il est d’une grande densité humaine, de celle que fait passer un vécu difficile. C’est tout simplement l’histoire d’un psy, Martin Sturrock, qui sombre dans la dépression. Un psy efficace, londonien, chef de service, qui donne énormément à ses patients au point de ruiner sa vie familiale. Le lecteur le suit lui, pendant ses consultations et dans son quotidien difficile avec sa femme, mais il suit aussi ses patients, tous ces traumatisés de la vie qui pour beaucoup non plus que le professeur Sturrock pour espérer s’en sortir. Il y a, entre autres, David Temple, dépressif chronique depuis le départ de son père, qui vit avec sa mère mais n’arrive pas à mener une vie sociale normale; Emily Parks, jeune fille jadis enjouée et séduisante avant d’être défigurée par un incendie; Arta Mehmeti, mère de famille réfugiée kosovare violée dans son appartement londonien en présence de sa fille; Ralph Hall, ministre de la santé, au prise avec le démon de l’alcool.
   
   Tous essaient de s’en sortir avec l’aide de Sturrock et tous sont extrêmement bien campés. Mais il n’est pas étonnant que le personnage le plus criant de vérité, et finalement le plus émouvant (et je vous assure que je n’ai pas de faiblesses pour les alcooliques!) est sans conteste ce Ralph Hall, qui touche le fond en quelques jours de déshonneur.
   
   C’est que cet Alastair Campbell qui écrit là son premier roman, n’est pas n’importe qui. Il fut le conseiller en communication de Tony Blair, en particulier au moment de la mort de lady Diana. Il a lui-même été en proie à l’alcoolisme et à la dépression
   Le lecteur découvre ce qui se passe dans le cabinet d’un psy, quelle relation s’instaure entre le médecin et ses patients, mais aussi ce qu’ils deviennent entre deux séances, leur envie de tenir, le quotidien qui les rattrape, les proches qui ne sont pas toujours à la hauteur… Mais on est aussi et surtout dans la tête de ce psy qui lui aussi a une famille, des problèmes, des faiblesses et des contradictions. Il est par exemple fasciné par sa superbe patiente, Hafsatu, qui a été violée et forcée à la prostitution pendant des années; mais lui-même fréquente régulièrement les bordels, ce qui contribue à le mettre psychologiquement au bord du gouffre.
   
   Malgré tout ce qu’il sait, malgré toutes les souffrances qu’il a contribué à apaiser, Martin Sturrock essaie d’être celui qu’il n’est pas: bon médecin, bon mari, bon père. Mais il n’est qu’un homme, un homme qui commence un jour à ne plus voir que le mauvais côté des choses, les malades qu’il n’a pas guéris, le silence de son fils, l’incompréhension de sa femme. Il aurait besoin d’un psy, mais pour lui plus qu’un autre, il est impossible de se faire cet aveu.
   
   Quand je l’ai vu à «La Grande Librairie», j’ai été étonnée par la personnalité de cet Alastair Campbell, homme jadis politique parlant si aisément de sa dépression et de son alcoolisme. J’ai eu envie de lire son livre et si je n’en ai pas appris plus sur lui, j’ai découvert un auteur efficace, qui sait rendre aussi bien l’agitation de la vie politique et l’acharnement des médias que la déchéance d’un homme qui se croit devenu trop faible pour vivre sa vie.
   Le dernier chapitre est particulièrement émouvant, je l’ai lu en écoutant «Hey Jude», très mauvais contexte musical si on entend garder un minimum de dignité en lisant…
   
   
   Titre original : All in the Mind, parution en Grande-Bretagne 2008

critique par Yspaddaden




* * *