Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

D comme: Blacksad -Quelque part entre les ombres de Juan Diaz Canales

Juan Diaz Canales
  D comme: Blacksad -Quelque part entre les ombres
  D comme: Blacksad - Arctic-Nation
  D comme: Fraternity - Livre 1
  D comme: Blacksad - Âme rouge
  D comme: Blacksad - Amarillo
  D comme: Blacksad - L'enfer, le silence
  D comme: Au fil de l'eau

D comme: Blacksad -Quelque part entre les ombres - Juan Diaz Canales

Un détective matou matois
Note :

    Dessin: Juanjo Guarnido
   

   
    Blacksad est détective. Un chat qui mène des enquêtes parmi toutes autres espèces animales, dans les milieux marqués par le luxe et la misère, mais surtout par la peur de l’autre. Dans ces trois aventures (les seules actuellement publiées), Blacksad devra enquêter sur des meurtres ou des disparitions concernant des membres qui lui sont plus ou moins proches.
   
   Dans «Quelque part entre les ombres», Blacksad doit retrouver le meurtrier de son ex-compagne, et se sent constamment menacé. Il cherche donc à se protéger, mais les ruses qu’il est obligé d’utiliser pour remonter au riche commanditaire le mettent souvent en danger. Première intrigue classique, dans un cadre pas forcément innovant, ce premier épisode semble l’occasion pour Diaz Canales et Guarnido de mettre en place leur personnage.
   
   «Artic Nation» s’attaque à un sujet plus ambitieux. Toujours dans le cadre d’une enquête, Blacksad, chat noir au museau blanc, doit faire face à deux groupes prônant des thèses raciales, les blancs d’un coté, les noirs de l’autre. Aidé par un journaliste, il affrontera une scène digne du Ku Klux Klan, lors de laquelle il découvrira enfin la vérité.
   
    Le troisième épisode est intitulé «Ame rouge». Dans celui-ci, Blacksad retrouve un professeur qui l’a marqué lorsqu’il était étudiant. Connu pour ses sympathies communistes, il est sous surveillance du gouvernement. Mais ses amis, qui partagent ses convictions, sont retrouvés assassinés, les uns après les autres. Le passé va les rattraper…
   
   Plus que les intrigues, ce sont les décors utilisés et l’ambiance instillée qui sont épatants. Avec des arrières plans très différents, les deux auteurs parviennent à rendre une atmosphère de tension et de violence, avec quelques scènes où le sang gicle et où les coups pleuvent. Surtout, l’utilisation de physiques animaux rend la bestialité des personnages flagrante. Blacksad, chat placide, n’hésite pas à sortir ses griffes quand il le faut. Les caractères des autres personnages transparaissent aussi dans le choix animalier: le journaliste est incarné par une fouine, les tueurs à gage par un lézard ou un gavial, et les nazis blancs d’Artic Nation par entre autres un ours blanc et un renard. Ce choix de représentation fait penser aux Disney d’il y a quelques années (le plus marquant étant certainement Robin des Bois, avec renards, ours, loups, serpent et autres tigres), mais dans une ambiance totalement différente, beaucoup plus sombre et angoissante.
   
   Une belle réussite que cette bande dessinée, avec une préférence pour le second tome (Artic Nation), à l’intrigue plus fouillée et plus ambitieuse. Reste à savoir si d’autres tomes sont prévus prochainement…
   
   
   Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres
   Blacksad, tome 2 : Arctic-Nation
   Blacksad, tome 3 : Âme rouge
   Blacksad, tome 4 : L'Enfer, le silence
   Blacksad, tome 5 : Amarillo
    ↓

critique par Yohan




* * *



So sad and blue ...
Note :

   Tome 1
   
   Vous vous souvenez de "Cité 14"? Un feuilleton publié au rythme d’un épisode par mois, avec des animaux humanisés pour héros, mêlant super-héros pervers, tour Bambell, manigances mafieuses, spiritisme et tout et tout? …
   
   "Blacksad" est une série de BD qui met aussi en scène des héros animaux dans un univers de roman noir. Dans le volume 1, "Quelque part entre les ombres", un inspecteur désabusé, une trop belle actrice assassinée, des gardes du corps brutaux et efficaces…
   
   L’atmosphère brumeuse est là, servie par de magnifiques images, somptueusement cadrées (sombre suspense au cimetière au milieu d’anges de pierre aux corps tordus par la souffrance, préfigurant un passage à tabac) et mises en couleur (quelques planches rouge sang…).
   Par contre, le scénario manque cruellement d’originalité, ne quitte jamais les rails du polar le plus classique.
   
   Il paraît que les tomes suivants sont plus intéressants…

critique par Rose




* * *