Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 05 ans: L'abécédaire à croquer de Agnès de Lestrade

Agnès de Lestrade
  Dès 05 ans: L'abécédaire à croquer
  Dès 05 ans: Les baisers de Cornélius
  Dès 03 ans: Mes géants mes parents

Dès 05 ans: L'abécédaire à croquer - Agnès de Lestrade

Manuel à l’usage des petits loups
Note :

   Illustrations: Dankerleroux
   
   
   "L'abécédaire à croquer" a reçu le Prix des Incorruptibles 2010. Comme le titre l'indique, ce n'est pas une histoire à proprement parler mais plutôt une déclinaison alphabétique des différents aspects du loup du monde de l'imaginaire. Tout commence par la question existentielle d'un Petit Loup à son papa "Dis papa comment on devient fort comme toi?". Ledit papa s'empresse alors d'ouvrir l'abécédaire des légendes et histoires de leurs ancêtres loups.
   
   Comme tout le monde, le loup a des amis, une belle brochette de monstres, vampires et autres fantômes grimaçants qui le rendrait presque sympathique. Comme tout le monde, le loup a des dents dont il prend grand soin après chaque repas; comme tout le monde, le loup a perdu ses dents de lait mais hélas pour lui, la Petite Souris n'est jamais passée car elle avait trop peur d'être croquée! Comme tout le monde, le loup est allé à l'école où il a appris beaucoup de choses, souffler sur les maisons, grimper sur les toits, passer par les cheminées, faire de la course à pied, et où le calcul n'a jamais été son fort (le pauvre ne sait compter que jusqu'à 3...savez-vous pourquoi?). Comme tout le monde, le loup a un jardin mais il n'y fait pas pousser choux ou navets mais plutôt lapins et canards; comme tout le monde, le loup peut se retrouver un jour à l'hôpital (la vie quotidienne d'un grand méchant loup est loin d'être de tout repos...on peut se casser une jambe en tombant d'une cheminée par exemple); comme tout le monde, il peut aussi tomber amoureux, en l'occurrence d'une belle princesse belle à croquer; comme tout le monde, il a un travail, il dirige une usine de pâtés; comme tout le monde, enfin, le loup a un jour préféré dans la semaine, le dimanche car les parents sont trop fatigués pour bien surveiller leurs enfants se promenant dans les bois!
   
   Les pages sont rythmées par le quotidien du Grand Méchant Loup qui peu à peu devient un peu moins impressionnant... d'autant plus qu'il a l'art d'être un tantinet ridicule surtout lorsqu'il se sauve en voyant son reflet dans un miroir ou qu'il ne comprend pas que ce qui le suit tout le temps est sa queue.
   
   "L'abécédaire à croquer" est un album protéiforme: l'auteur joue sur de nombreux registres tels que la devinette (), la blague type "Carambar" (après avoir mangé la grand-mère du Petit Chaperon Rouge, le loup a eu mal au ventre... il n'avait pas digéré les chaussons de cette dernière... succès garanti auprès des GS* qui étaient tordus de rire, succès moindre auprès des élèves de PS* et de MS*, question de maturité certainement), l'absurde (au sujet de l'expression "donner sa langue au chat"), les expressions comme "être connu comme le loup blanc", les chansons traditionnelles "promenons-nous dans les bois... " mais là le loup ne nous mange pas car, repu après avoir dévoré son voisin, il n'a plus faim.
   
   Les illustrations sont belles et dynamiques, avec une belle pincée d'humour et de clins d'œil aux fables et autres contes qui jalonnent l'imaginaire de notre civilisation, tout en étant très tendres. Les enfants peuvent suivre un petit personnage récurrent, qui se trouve être le Petit Chaperon Rouge, tantôt habillé de rouge, tantôt habillé de vert ou de mauve, fil conducteur pour guider le lecteur dans le dédale organisé de l'alphabet.
   
   En un mot comme en mille, "L'abécédaire à croquer" est une petite merveille dans laquelle on aime se perdre et retrouver les chemins de l'enfance.
   
   A noter cependant que pour apprécier ce florilège d'historiettes autour du loup, il faut bien connaître les principaux contes traditionnels (et avoir intégré ces derniers dans son imaginaire) ainsi que quelques fables de notre cher La Fontaine.

critique par Chatperlipopette




* * *