Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'ange noir de John Connolly

John Connolly
  Le livre des choses perdues
  Le Pouvoir des ténèbres
  L'ange noir
  La proie des ombres
  Ados: Les portes
  Prière d’achever

Ecrivain irlandais né à Dublin en 1968.

L'ange noir - John Connolly

On recherche un ange!
Note :

   Cinquième roman de ce jeune auteur irlandais, journaliste de formation. Il est à noter que tous ses romans se passent aux Etats-Unis. C'est également la suite des aventures de Charlie "Bird" Parker, ancien policier devenu détective privé.
   
   Alice, prostituée et toxicomane, a disparu, pas de quoi affoler la police. Mais cette jeune fille est la cousine de Louis, un des associés de Parker, celui-ci se lance dans ce qui semble n'être qu'une enquête de routine. La recherche de cette jeune fille commence dans le milieu de la prostitution et de la drogue new-yorkais. Mais bien vite, l'horreur s'installe. Qui sont ces hommes venus la chercher, elle et son amie? Pourquoi le client chez qui elles officiaient a-t-il été tué? Louis se reproche la disparition de sa cousine, son protecteur en fera les frais.
   Quel est l'objet que cherche le mexicain sculpteur d'os humains et l'obèse pour entraîner ce cortège de cadavre?
   Quelle menace plane sur Parker et ses amis?
   Que viennent faire ces étranges religieux, ces anciens soldats américains dans cette intrigue qui remonte en Bohême et en France à la fin de la guerre?
   Qui sont les mystérieux membres de cette secte qui se nomment eux-mêmes "Les Croyants"?
   Parker relance ses anciens collègues de New-York, et petit à petit remonte des pistes qui le conduiront à un avocat et son étrange secrétaire, puis une spécialiste de l'art ésotérique et également au fils d'un ancien nazi.
   
   Charlie est toujours et éternellement traumatisé par la mort horrible de sa femme et de sa fille, est encore rattrapé par l'épouvante et la mort, Rachel sa nouvelle compagne, elle aussi, vit dans la peur pour elle et leur fille. Cela les rend à la fois humains, fragiles et très attachants.
   Louis et Angel sont là ,encore amants et toujours efficaces et pour Louis, c'est une affaire de famille dont nous découvrirons le côté sordide.
   Les méchants sont encore bien gratinés, obèses, vicieux, etc... et les personnages secondaires paraissent souvent en partie comme des gens ordinaires, mais l'argent ou les femmes les font plonger dans l'illégalité, avec laquelle Charlie, Louis et Angel prennent souvent des libertés.
   C'est comme d'habitude très noir, très glauque, très compliqué et très morbide, mais j'adore. Une écriture agréable et malgré le nombre de pages, un livre qui se lit très bien.
   J'aime bien le côté ésotérique de l'intrigue qui remonte très loin dans l'histoire de la Bohême et de l'église, des anges déchus et de l'ordre des Cisterciens, même si l'intrigue sort un peu des sentiers battus du genre.
   John Connolly n'oublie pas qu'il est Irlandais avec cette citation pour présenter le 4ème chapitre: "Je leur dis qu'il n'y a pas de pardon, et cependant on peut toujours pardonner." Michael Collins (1890/1922)
   
   
   Extraits :
   
   -Des filles disparaissent du Point. Ça arrive.
   
   -Ce qui restait, c'était l'Ange noir, la forme d'Ismaël prise dans le métal.
   
   -Tout homme couchant avec cette femme avait besoin de s'emmitoufler contre le froid et peut-être même de porter un bonnet chaud.
   
   -C'était dans la fièvre des combats, quand son sang était encore chaud. Son sang et celui des autres.
   
   -Le Voyageur, l'homme qui avait assassiné ma femme et ma fille, s'y référait. C'était un des textes obscurs qui servaient à nourrir ses fantasmes.
   
   -Les Croyants comme ils se désignent eux-mêmes sont des monstres.
   
   -"Quand on a des yeux de vieux, il faut avoir un savoir de vieux pour aller avec", avait-il coutume de me dire.
   
   -Le bien est altruiste alors que le mal est toujours intéressé.
   
   -Au Moyen âge, on appelait cela un "emmurement". Une façon terrible de mourir, une façon plus terrible encore de ne pas mourir.
   

   
   
   Titre original : The Black Angel
   

critique par Eireann Yvon




* * *