Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les teutons flingueurs de Stéphane Geffray

Stéphane Geffray
  Les teutons flingueurs

Les teutons flingueurs - Stéphane Geffray

N° 149 de la série «Le Poulpe»
Note :

   «Les Teutons flingueurs» est donc le n° 149 de la série du Poulpe, dont on connait le principe: un auteur par n°, un héros récurrent: «Le Poulpe» alias Gérard Lecouvreur, des personnages quasi obligés, dont le restaurant «Le pied de porc à la Sainte Scholasse» tenu par Gérard et Maria où «Le Poulpe» prend connaissance du faits- divers dans le journal qui va lancer sa quête, Chéryl, coiffeuse et compagne du «Poulpe» …
   Encore un épisode en liaison avec les néo-nazis. A croire qu’il n’y a que ça en France! C’est évidemment en consultant le journal au «Pied de porc ..» que Le Poulpe déniche sa toute fraîche nouvelle piste:
   
   « … peut-être les faits divers parviendraient-ils à sortir Gabriel de sa torpeur? Quoique, aujourd’hui … Il n’avait même pas ouvert son quotidien! Enfin …
   Tiens, t’as vu?
   Pas de réponse.
   Putain, y en a qui s’emmerdent pas, quand même!
   Toujours pas de réponse.
   Écoute! Eh, Gabriel, tu m’entends?
   Gabriel bailla.
   Ouais.
   « Après la Barings, une nouvelle banque mise en faillite par un trader indélicat. La Banque Redoux, de Genève, dépose son bilan …» c’est quoi, cette banque?
   C’est … fais voir!
   Gabriel parcourut rapidement l’article.
   Régis Redoux, tu connais pa ?
   Non. Je devrais?
   Pas forcément. On l’appelle le banquier des nazis. Il a longtemps financé des réseaux de fuite de criminels de guerre …»

   
   Et voilà donc notre Poulpe mis en piste, une piste qui va l’amener dans le Luberon pour jouer le redresseur de torts, liquider quelques teutons au mauvais esprit marqué et accessoirement gagner quelques fonds lui permettant, très classiquement, d’envisager la continuation de la remise en état de son Polykarpov, l’avion mythique des républicains espagnols. Encore que, cédant à une tentation toute consommatrice, il propose à Chéryl à la toute fin de l’ouvrage de partir en vacances! Non mais, il s’embourgeoise Le Poulpe!
   
   Trame et éléments classiques pour un «Poulpe». Ça commence maîtrisé, ça donne l’impression de l’être moins par la suite.
   
   PS: Quelques renseignements sur Le Poulpe

critique par Tistou




* * *