Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 05 ans: Le corbeau et les oisillons de Nicole de Cock

Nicole de Cock
  Dès 05 ans: Le corbeau et les oisillons

Dès 05 ans: Le corbeau et les oisillons - Nicole de Cock

Titilleur de sensibilité.
Note :

   Le printemps commence, on suit la construction de son nid par une poule d'eau: elle a choisi un emplacement idéal au pied d'un pont, en ville, et elle y couve ses quatre jolis oeufs pendant plusieurs semaines. Un jour, un corbeau tombe dans l'eau, près du nid de la petite poule d'eau. La peur fait rapidement place à l'étonnement ("Un corbeau sait nager?") et notre poulette hisse le pauvre naufragé dans son nid. Elle lui prodigue soins et chaleur, aussi, notre corbeau recouvre-t-il joyeusement la santé. Il est tellement à l'aise avec la famille poule d'eau qu'il reste à ses côtés tout en se rendant utile: il fait la nounou et veille sur les poussins lorsque Noirette, la poule d'eau, part en quête de nourriture. Or, un jour, Noirette ne revient pas: que s'est-il passé? Un orage a jeté Noirette dans les mailles d'un filet, lui brisant une aile. Un vieux monsieur, qui passait en barque, emporte Noirette chez lui pour la soigner. Noirette dort, installée près du poêle, récupérant lentement, tandis que ses poussins et le corbeau attendent son retour. Ce dernier prend soin des poussins, les éduque (à la mode corbeau, ce qui en fait de vrais chenapans) tant bien que mal, leur apprend à voler. D'ailleurs, une fois l'ultime leçon de vol donnée, notre nounou corbeau s'en retourne retrouver les siens. Seulement, après cette longue absence, il ne se sent pas si bien que cela en compagnie de sa famille: les petites poules d'eau lui manquent...beaucoup. Aussi, revient-il en ville, l'hiver étant rude, il s'inquiète pour les poules. Que deviennent-elles? Et où est Noirette? Reviendra-t-elle un jour? Alors qu'on ne l'attendait plus, Noirette réapparaît: la famille, insolite, est enfin réunie!
   
   "Le corbeau et les oisillons" de Nicole de Cock est une très belle histoire d'amitié entre deux êtres que beaucoup de choses séparent: Noirette est un palmipède, le corbeau un charognard peu engageant. Et pourtant, malgré leurs différences, Noirette passe sur ses préjugés (est-ce qu'un corbeau ça nage?) pour secourir l'oiseau en perdition. L'adoption du corbeau au sein de la famille poule d'eau est dans la logique de l'accueil, de même que le malaise ressenti par le corbeau lorsqu'il revient auprès des siens: le sentiment d'être devenu un étranger le fait revenir en ville auprès des oisillons devenus grands.
   
   "Le corbeau et les oisillons" peut être lu comme une métaphore de la famille recomposée ou encore celle d'un pays que l'on adopte parce que ce dernier fait bon accueil. Par petites touches, le récit offre des clés au jeune lecteur pour mettre en évidence des sensations sur un sentiment d'étrangeté au sein du clan familial (même lorsque l'on est tout petit), ou mettre en évidence les valeurs de la solidarité, essentielle pour être vraiment digne d'humanité (la détresse d'autrui émeut et l'empathie donne naissance au geste élémentaire de "la main tendue" même lorsque la différence est criante).
   
    Nicole de Cock joue aussi sur le registre de la peur de l'abandon, de l'absence possible de la maman, une maman qui revient toujours... comme à la fin de la journée d'école. Les illustrations sont d'une grande beauté et d'une poésie époustouflante: les tons orangés, jaunes, noirs et gris, offrent une ambiance, très japonisante (les illustrations m'ont fait penser aux traits de pinceaux des estampes), tantôt inquiétante, tantôt chaleureuse et douce, modulant l'état d'âme du jeune lecteur au rythme des angoisses et des joies ressenties au cours du récit. Le parti pris du découpage des pages pour visualiser la simultanéité de ce que vivent d'un côté les oisillons et le corbeau, de l'autre Noirette, est une richesse de lecture d'image dont on ne se lasse pas, en tant qu'adulte. Cet aspect est un peu difficile à faire percevoir aux jeunes enfants mais cela ne leur occasionne aucune gêne dans la lecture.
   
   Je dois avouer que cet album fut, pour moi, le plus singulier, le plus désarçonnant, de la sélection 2010 du Prix des Incorruptibles, celui vers lequel on avait le moins envie d'aller... et pourtant quelle richesse dans cette histoire et ces illustrations léchées et subtiles.
   "Le corbeau et les oisillons" est un album qui s'apprécie, s'intensifie au fil des lectures que l'on en fait: chacune d'entre elles apporte un éclairage inattendu, petite pierre inestimable qui en fait un très bel objet et un excellent outil de langage avec les petits. Les élèves de ma classe, comme ceux de Grande Section, n'ont pas forcément été sensibles à l'album, cependant, à chaque lecture, je sentais comme des frémissements, presque imperceptibles, preuve que quelque chose titillait leur sensibilité.

critique par Chatperlipopette




* * *