Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les agents de Monsieur Socrate, tome 1: La confrérie de l'Horloge de Arthur Slade

Arthur Slade
  Les agents de Monsieur Socrate, tome 1: La confrérie de l'Horloge
  Ados: Les agents de Monsieur Socrate, tome 2: La cité bleue d'Icaria

Les agents de Monsieur Socrate, tome 1: La confrérie de l'Horloge - Arthur Slade

Des monstres et des espions
Note :

   Grand Prix de l'Imaginaire Jeunesse 2011, romans étrangers
   
   
   Angleterre, 1860. Modo a un an et sa difformité et sa laideur en ont fait l'attraction principale d'un couple de bohémiens. Il est racheté par M. Socrate, un homme riche et mystérieux, pour sa capacité tout à fait extraordinaire à modifier son apparence à sa convenance en changeant sa structure osseuse. Élevé de manière solitaire dans un manoir reculé, Modo apprend le maniement des armes, la géographie et la stratégie militaire, car M. Socrate dirige une organisation secrète de contre-espionnage et il a décidé de faire de ce garçon hors-normes un espion. Sa première mission le conduit dans les rouages de la Confrérie de l'Horloge, une association secrète qui veut détruire l'Empire britannique et prendre le pouvoir grâce aux affreuses inventions de Cornélius Hyde, le savant fou...
    
   "La confrérie de l'Horloge", premier volume des "Agents de Monsieur Socrate" est une excellente surprise et un très bon roman jeunesse, chers happy few. C'est un roman de S-F qui appartient au genre du steampunk, c'est-à-dire que l'histoire se déroule dans une Angleterre victorienne uchronique où les avancées technologiques, à base de machines à vapeur, ont modifié l'Histoire. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman un véritable page-turner: des personnages attachants et bien campés, peu originaux mais fortement typés (le jeune garçon atrocement laid mais brillant et plein de ressources, la jeune fille qui n'a pas froid aux yeux, le chef de l'organisation secret et bienveillant, le docteur Frankenstein, la tueuse à la main artificielle et à la beauté de mante religieuse...), une intrigue bien ficelée, des rebondissements qui s'enchaînent avec fluidité, un cadre bien dessiné (Londres au XIXème, sale et mal famé, dont les hauts lieux servent l'intrigue, comme la Tour de Londres ou le Parlement), une utilisation tout à fait pertinente des éléments propres au steampunk (la machine de guerre conçue par le cerveau malade de Hyde n'est pas sans rappeler The next Doctor: comment ça, je suis obsessionnelle, chers happy few?) et quelques références littéraires (Modo a été trouvé sous le porche de Notre-Dame, le Docteur Hyde cherche à mettre au point une potion qui dissocie la psyché humaine...). Le tout forme un ensemble qui se lit d'une traite jusqu'à une fin que j'ai trouvé vraiment bienvenue: je n'ai qu'une envie, lire la suite, chers happy few!
    
   
   Titre original: The Hunchback assignments
   ↓

critique par Fashion Victim




* * *



Encore une série addictive !
Note :

   Titre original : The hunchback assignments
   
   
   Présentation de l'éditeur (traduction tronquée de la 4e anglaise)
   
   "Quand M. Socrate, membre de la secrète Société Permanente, entend parler d'un enfant bossu avec l'habileté de transformer son apparence, il décide de le prendre avec lui. Le nommant Modo, il élève le garçon dans l'isolement, l'entraînant à devenir un agent secret. Quand Modo atteint l'âge de quatorze ans, l'entraînement est terminé. Il est amené dans au centre-ville de Londres et abandonné, sans le sou, pour tenter de survivre.
   Mais Modo est plein de ressources, et il trouve le moyen de vivre, en restant dans l'ombre... jusqu'à un certain jour, quand une jolie fille frappe à sa porte. Bientôt, avec l'aide de M. Socrate, ils se retrouve au centre d'un complot sinistre. Seront-ils capables d'arrêter le savant fou, Dr. Hyde, avant qu'il n'exécute ses plans monstrueux au détriment des habitants de Londres?"

   
   
   Commentaire

   
   Je crois que c'est la sortie du tome 2 en français qui m'a donné le goût de sortir ce roman de ma pile, alors qu'il y dormait depuis quoi... un peu plus d'un an. Certains bouquins ont parfois une chance folle, c'est incroyable. Ceci dit, ce fut une bonne décision car j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Pour une fois que je ne fais pas ma bougonne, ça mérite d'être relevé.
   
   Nous sommes donc dans un roman jeunesse. Un roman jeunesse, steampunk, en plus de ça. En effet, nous sommes à Londres, sous le règne de Victoria, mais des avancées scientifiques ont modifié les choses et nous rencontrerons ici des automatons et des machines à vapeur ma foi impressionnantes. Pas toujours dans le bon sens. L'atmosphère est très bien rendue. Londres est brumeuse et noircie à souhaits et l'action se déroule dans plusieurs endroits mythiques pour moi. La tour de Londres, le Parlement... on nomme des endroits que j'ai vus, où je me suis baladée et juste ça, ça me rend toute chose.
   
   Ce premier tome (car oui, il y en a d'autres) place l'action et les personnages, attachants, même si pas forcément originaux. Très jeunes pour être aussi ingénieux, quand même. Mais le choix de l'âge des personnages correspond sans doute à la tranche de lecteurs visée. Il y a Modo, trouvé sur le parvis de notre dame et racheté à des gitans par le mystérieux M. Socrates. Difforme, bossu (non, je ne pense pas que les coïncidences soient fortuites!), il a la capacité de modeler ses traits et de prendre l'apparence qu'il désire. Il a été entraîné depuis son plus jeune âge pour être un agent et rien d'autre. Il connaît la vie par les livres, adore Shakespeare (juste à cette mention, je l'aimais déjà), mais de la réalité, il ne sait pas grand chose. Même s'il se débrouille très bien. La jeune fille n'a pas froid aux yeux, est fonceuse et courageuse. Elle aussi, je l'ai aimée tout de suite, avec ses grands airs et son passé difficile qui la rend très humaine.
   
   Ce sont ces deux personnages qui partiront en mission pour déjouer la Confrérie de l'Horloge, menée par une dame glaciale, un homme de fer et un savant fou appelé Dr. Hyde, qui crée des hybrides et qui fait boire des potions qui font ressortir le côté sombre de ceux qui les boivent. Encore une fois, il serait très, très étonnant que ce soit le fruit du hasard, n'est-ce pas? Des références, donc. Simples, compréhensibles, mais bien amenées et pas expliquées et réexpliquées. Des références comme je les aime.
   
   Ajoutez à tout ça une action qui n'arrête pas après les premières pages qui nous raconte l'enfance de Modo, des situations périlleuses, beaucoup d'ingéniosité, et vous aurez un roman qui tient en haleine et qui m'a captivée. Pour une fois, je suis contente que ce soit une série car il y a ma foi beaucoup beaucoup à en tirer. Modo est un personnage qui ne demande qu'à évoluer et qui commence tout juste à remettre des choses en question. Le personnage de M. Socrates et sa vision des choses est intrigant et la relation entre nos deux héros a beaucoup de potentiel. Et non, je n'utilise pas le mot "potentiel" dans le même sens que d'habitude.
   
   Bref, je veux lire la suite maintenant. Genre, là.

critique par Karine




* * *