Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dobryd de Ann Charney

Ann Charney
  Dobryd

Dobryd - Ann Charney

Survivre!
Note :

   La narratrice qui se trouve être également l'écrivain est née au début de la guerre. Juive polonaise, elle vivra ses premières années cachée dans une ferme. Je ne sais pas si cette canadienne a écrit autre chose depuis.
   La fin de la guerre vue à travers les yeux d'une petite fille de cinq ans.
   Comment revivre après plusieurs années passées dans le fenil d'une grange en compagnie de sa mère, de sa tante et d'un cousin.
   
   Le retour à la vie classique n'est pas un long chemin pavé uniquement de bonnes intentions. La ville berceau de la famille est entièrement rasée. Le père est mort, ainsi que beaucoup d'hommes du village. Les allemands fuient, les russes arrivent, tout est à reconstruire, la vie petit à petit refait surface. Les paysans reviennent vendre au marché, mais la faim est toujours là. La mère trouve du travail avec les russes comme traductrice, puis elle obtient un bon de transport. De ce jour, toutes les semaines, elle part à la ville voisine et revient avec des cadeaux et des provisions, par quel moyen?
   
   La vie doucement, et malgré les privations, reprend son cours. Youri, un jeune soldat russe qui les a pris en amitié, les aide et va plaider la cause de la mère quand la lampe à pétrole brûle certain papiers du colonel. Mais un certain antisémitisme n'est pas mort. L'aide de camp d'un officier russe ne se gêne pas au marché pour insulter une vieille femme. Pour fuir ce climat trouble, tout le monde émigre au Canada, non sans une crise de conscience aiguë et le regret de laisser le grand ami Youri en Europe.
   
   La famille soudée, mais comment faire autrement en ces temps troublés, les souvenirs anciens remontent à la surface. Le grand père fortuné et propriétaire terrien, ce qui ne vaudra pas que des sourires à ses descendants. Ou cet oncle bourlingueur, qui peu avant la guerre revient des États-Unis avec des passeports pour tous, mais que personne n'écouta, le laissant repartir seul. Le présent, c'est Youri, jeune soldat russe, qui semble lui aussi avoir retrouvé un havre de paix après des années de durs combats.
   
   Entre une écriture très (trop) naïve et une fin de guerre expurgée de toutes horreurs, j'ai l'impression d'avoir marché avec la narratrice, mais loin d'elle; je ne me suis pas réellement investi dans cette lecture. Pourtant il y a de bons moments par exemple avec les souvenirs de la tante dans le Varsovie d'avant guerre. Une déception difficile a analyser, est-ce que cela provient que l'auteur parle de Freud?
   
   
   Extraits:
   
   - Existait-il vraiment quelque chose derrière les parois de ce fenil?
   
   - Elles était maintenant sans foyer, condamnées à passer le reste de leurs vies en exil.
   Ce qui n'était qu'une coïncidence devient pour moi, une relation de cause à effet.
   
   - Dans chacun de ces mondes, en tout cas, je me suis toujours fait l'effet, d'être une intruse, un imposteur condamné à l'exil perpétuel.
   
   - Nous étions les seuls Juifs propriétaires terriens de cette région et elle craignait que ses enfants ne s'assimilent.
   
   - Elle a toujours été attirée par les idées socialistes et révolutionnaires de son temps. C'est pourquoi, elle porte un regard plus critique sur son enfance bourgeoise.
   
   - Je lui fis confiance et ma peur disparut.
   
   - "Une traductrice de l'armée russe ne peut pas vivre comme une paysanne"
   
   - Nous étions les premiers habitants de la ville à avoir l'électricité.
   
   - Quelque part, au milieu de ce paysage j'allais commencer une nouvelle vie...

   
   
   Titre original: Dobryd

critique par Eireann Yvon




* * *