Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le retour au pays natal de Thomas Hardy

Thomas Hardy
  Jude l’obscur
  Les petites ironies de la vie
  Tess d'Urberville
  Le retour au pays natal
  Les Forestiers
  Le Maire de Casterbridge
  Loin de la foule déchainée
  Cent poèmes
  Métamorphoses
  Une Femme d'Imagination et autres contes

Thomas Hardy est un écrivain anglais né en 1840 et décédé en 1928.

Christopher Nicholson a fait de Thomas Hardy le personnage principal de son roman "Hiver".

Le retour au pays natal - Thomas Hardy

Beaux paysages, beau roman
Note :

   ”Le retour au pays natal” de Thomas Hardy est une œuvre passionnante dont l’atmosphère et les personnages sont étonnants. Alors qu’il s’ouvre pour le lecteur sur un paysage évoquant de grands espaces, alors que tous les personnages et surtout la jeune héroïne du roman rêvent de liberté, il est curieusement un roman de l’enfermement.
   
   Le récit est assez complexe, tout comme les personnages, et il ne faut pas en dévoiler toute l’intrigue qui présente de nombreux rebondissements*. En voici la trame :
   
   L’histoire se déroule dans une région reculée et sauvage, la lande d’Egdon, dans le Wessex, où Thomasine, nièce de Mrs Yeobright, va se marier malgré les réticences de sa tante avec Damon Wildeve. Celui-ci ne manque pas de charme mais c’est un jeune homme peu sérieux et il hésite à épouser Thomasine car la très belle Eustacia le tient sous le charme. Quant à Eustacia, jeune citadine venue habiter chez son grand père dans ce lieu perdu, à la mort de ses parents, elle rêve de passion, d’aventures et désire plus que tout échapper à cette lande austère. Aussi lorsque le fils de Mrs Yeobright, le beau et brillant Clim, revient de Paris où il est diamantaire, elle est toute prête à tomber amoureuse de lui. Et Clim d’elle! Wildeve délaissé retourne à Thomasine et Eustacia et Clim se marient bravant l’interdit de sa mère. Mais Clim n’a pas du tout l’intention de retourner à Paris et aime son pays natal où il veut s’installer définitivement. Eustacia va vite être déçue par son mariage. Tous les éléments sont rassemblés pour former une tragédie que je vous laisse découvrir.
   
   
   Un pays exceptionnel pour décor: un enfermement dans le lieu
   
   Un lieu vaste et hanté

   J’ai adoré ce roman tout d’abord par l’atmosphère étrange et mystérieuse que Thomas Hardy parvient à créer en décrivant le cadre de l’action. La description de cette lande magnifique et sauvage met le lecteur en symbiose avec ce lieu de tous les possibles, lieu vaste et hanté par les voix du vent dans les bruyères, par les esprits d’une ancienne civilisation disparue, les Celtes, dont le tumulus s’élève au-dessus du village en témoin silencieux. Le 5 Novembre, quand le pays plonge dans la nuit hivernale, les habitants allument des feux qui se répondent d’une hauteur à l’autre en créant une fantasmagorie d’ombres et de lumières.
   
   Un chœur de tragédie antique
   Dans cet endroit qui paraît hors du temps, Hardy dresse des portraits de villageois pleins de vie et de malice qui témoignent de sa part d’une grande connaissance de la vie paysanne, des croyances et des superstitions, et des activités agricoles de la région, entre autres, la coupe des joncs. Ces personnages secondaires, pleins de saveur forment comme un chœur antique qui commente la vie des principaux protagonistes de l’action et constitue un des plaisirs de la lecture.
   
   Un lieu d’enfermement
   Mais si la lande est un lieu de toutes beautés, vaste, libre et ouvert, où les gens doivent parcourir des miles pour pouvoir se rencontrer, il est aussi et paradoxalement un lieu d’enfermement pour ceux qui, comme Eustacia, ne l’aiment pas. Car il est impossible à la jeune fille de s’en échapper sans l’appui d’un mari.
   
   
   La condition féminine: un enfermement par les lois sociales et religieuses

   
   C’est un des thèmes du roman que je trouve aussi très intéressant, celui de la condition féminine dans l’Angleterre victorienne, un sujet que Hardy a souvent traité, ne serait-ce que dans "Tess d’Uberville" considéré comme son chef d'œuvre.
   
   Thomasine
   Thomasine est le personnage de la jeune femme douce et mesurée. Elle intéresse moins Hardy qui la fait un peu disparaître au profit d’Eustacia. Mais c’est aussi une victime de la société. Parce que son mariage est provisoirement reporté et qu’elle s’est trouvée seule avec son futur mari, elle doit absolument l’épouser pour “réparer” … une faute qu’elle n’a pas commise. Elle se marie donc avec Damon Wildeve alors qu’elle commence à douter de lui et à comprendre sa véritable personnalité. Ensuite, elle est entièrement soumise à lui, même s’il ne lui donne pas d’argent pour vivre et courtise Eustacia.
   
   Eustacia
   La belle Eustacia peut paraître antipathique avec son orgueil démesuré, la conscience affichée de sa supériorité sociale et intellectuelle et de sa beauté physique. Mais c’est une fille qui a du caractère, intelligente, audacieuse, fantasque, qui rejette les conventions hypocrites d’une société puritaine. C’est pourquoi elle est considérée comme une sorcière par les paysans et mal vue de la “bonne” société. Romantique, elle souhaite vivre une grande passion mais, par contraste, sa chasse au mari paraît trop réfléchie et intéressée. Cependant, elle a des excuses! Il faut considérer que la femme est à cette époque une éternelle mineure, qu’elle ne peut attendre la réalisation de ses aspirations que de son mari. Si celui-ci les lui refuse, elle doit se soumettre. La femme est donc prisonnière des lois de l’Angleterre victorienne, enfermée dans les conventions religieuses et sociales.
   
   
   Des personnages égocentriques: un enfermement en soi-même

   
   D’ailleurs c’est ce que fait son mari, Clim Yeobrigth. Désireux de réaliser son rêve d’une vie autre, dans son pays natal, il se préoccupe peu de savoir si sa femme est malheureuse. Égoïste, son amour n’est pas assez fort pour l’amener à modifier son attitude et tenir compte des désirs de sa femme. Eustacia, de même, n’essaie pas de s’intéresser à son projet et lorsque son mari est malade a bien peu de commisération.
   
   Ainsi presque tous les personnages principaux du roman sont égocentriques et, pour cela peu, d’entre eux sont entièrement sympathiques. Mais à l’inverse, aucun n’est totalement antipathique!
   
   Damon Wildeve est prêt à sacrifier Thomasine et son enfant à une femme dont on se demande, au départ, s’il l’aime vraiment ou si c’est un caprice passager. Mais il a dans une certaine mesure un code d’honneur bien à lui et ne manque pas de courage pour sauver celle qu’il aime.
   
   Mrs Yeobright se fâche avec son fils parce qu’il ne veut pas continuer la brillante carrière qu’elle attendait de sa part et parce qu’il épouse Eustacia. Certes, elle a raison quant à l’avenir de ce mariage mais elle ne fonde son aversion pour Eustacia que sur les “on dit” et les conventions. Il est vrai qu’elle sera la première à chercher à se réconcilier car l’amour maternel est le plus fort.
   
   Enfermés dans leur logique, les personnages poursuivent leur propres intérêts et par conséquent sont souvent seuls. Ils sont pourtant capables d’amour et de pardon mais porte en eux une dimension tragique qui voue à l’échec leurs élans: ainsi Clim pardonne deux fois, à sa mère et à sa femme, mais le pardon arrive toujours trop tard.
   
   
   L’homme au rouge, un personnage hors du commun

   
   Un personnage échappe à cette règle : ”l’homme au rouge”, Diggory Venn, ainsi appelé parce qu’il vend de la craie rouge pour marquer les moutons, un métier en voie de disparition avec l’apparition du chemin de fer, note Thomas Hardy. Il est rouge de la tête aux pieds, une teinture tenace que l’on ne peut faire disparaître avant plusieurs mois.
   Venn aime Thomasine et aurait bien aimé l’épouser. Mais repoussé par la jeune fille, il est prêt à tout faire pour que celle-ci trouve le bonheur avec celui qu’elle aime.
   C’est un personnage réel mais qui paraît surnaturel. Il semble surgir de n’importe où, à n’importe quel moment, tel un justicier qui veille sur Thomasine et est toujours prêt à intervenir. Un justicier ou un ange gardien? Un peu diable pourtant à cause de sa couleur: dans les campagnes, on fait peur aux enfants avec l’homme au rouge qui viendra les emporter… C’est un personnage qui ne paraît pas tout à fait humain et T. Hardy avait prévu de le faire disparaître à la fin sans que l’on sache ce qu’il était devenu. Ce qui aurait été logique mais les impératifs de l’édition en ont voulu autrement et c’est dommage car il apportait un touche fantastique au roman.
   
   Voilà donc tous les éléments de ce très beau roman qui procure à sa lecture un long moment de bonheur.
   
   
   
   * il vaut mieux éviter la lecture de la quatrième de couverture des éditions Le Rocher qui dévoile le dénouement.

critique par Claudialucia




* * *