Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Résumé d'Ana de Modesto Carone

Modesto Carone
  Résumé d'Ana

Résumé d'Ana - Modesto Carone

Malchance!
Note :

   Écrivain plutôt prolifique. Ayant enseigné à Vienne, il est surtout connu comme traducteur de Kafka dont il est un des spécialistes.
   
   Une saga familiale qui se confond avec l'histoire de la région de Sao-Paulo. Ce livre se présente en deux parties: la première "Résumé d'Ana", la seconde "Ciro". Personne dans la famille ne parle volontiers de la grand-mère maternelle, Ana Badochi, née Godoy de Almeida. Il faudra toute la persévérance d'un enfant pour, bribes par bribes, reconstituer son destin. Orpheline, Ana est passée de famille en famille. Parfois considérée comme la bonne, parfois d'une manière plus amicale, elle partira à Sao-Paolo. Puis reviendra dans son village pour se marier avec un boulanger avec qui elle gravira les échelons de la notoriété, agrandissant leur affaire, faisant des enfants dont un fils Circo, mais sans sauver leur couple. L'alcool et la tuberculose auront raison du peu de vie qui lui restait, elle avait 45 ans. Dans "Ciro" l'auteur reprend la même histoire dans une narration un peu différente de la naissance de l'enfant jusqu'à la mort de la mère, puis son départ sur les routes avec son père. Ensuite nous suivrons ses errances professionnelles et familiales, avec son cortège de malheurs et une mort sans gloire, suivi d'un enterrement de troisième classe.
   
   Un échantillonnage de personnages, aux sorts plus tragiques les uns que les autres, je cherche quelqu'un qui ne soit pas victime de tous les malheurs du monde. Les filles Lazinha et Zilda peut-être, parce que l'auteur en parle peu!
   Le fils Ciro, genre pauvre garçon malade et soigné par sa mère, résultat, il ne peut plus tourner le cou d'où son surnom "Couraide". Il apprend à lire sur les étiquettes de diverses potions magiques que vend son père. Il tombe amoureux d'une superbe blonde de 16 ans, qui se prostitue depuis plusieurs années. Il en épouse une autre qui souffre de tuberculose! Il la trompe pour une belle rousse qui finira en prison pour avoir assassiné son père à coups de couteau!
   
   C'est bien écrit et cela évite le mélodrame lacrymal, mais de justesse! Sinon, ce n'est pas la Bibliothèque Rose, c'est plutôt "Sans famille", façon Samba, "Les misérables" version cariocas! Tous les malheurs du monde sur la même famille et sur un siècle. Par moment, on a envie de dire cela devient grotesque et cela le devient. Trop c'est trop, dommage. J'avais une forte envie de lire ce livre, ne connaissant pas grand-chose du Brésil ni de sa littérature ni de son histoire.
   Les soubresauts politiques de la seconde moitié du 20ème siècle ont rendu misérables des gens qui vivaient petitement comme Ciro et sa famille, c'est ce côté historique, je pense qui sauve un peu ce livre.
   
   
   Extraits :
   
   - La vie d'Ana ne fut en rien amène, ainsi soumise au zèle et au bon vouloir de sa maîtresse et du mari.
   - D'ailleurs quel enfant peut juger avec discernement la vie affective de ses parents?
   - A ce qu'il semble, Joao France ne resta pas insensible à l'intérêt d'Ana mais, pour une raison impénétrable, il décida de l'en punir.
   - Lazinha parvint à le retenir sur le pas de la porte et il ne dut qu'à cette circonstance d'assister au décès de son épouse.
   - Pour Ciro, pleurer devint une seconde nature.
   - Quand il se fut ainsi alphabétisé avec son père, les notices et les almanachs devinrent ses lectures aux heures de détente.
   - La relation ne fut guère sereine : il s'irritait de ne pas voir sa bien-aimée tous les jours.
   - La vie du couple s'écoulait tranquillement jusqu'au jour où Anita eut une altercation avec le patron.
   - Ils vécurent dès lors des expériences pénibles qui, d'après Anita, les firent vieillir tous deux avant l'heure.
   

   
   Titre original: Résumo de Ana. (Brésil) Traduit du Portugais.
   
   Un dernier petit mot, j'aime beaucoup la couverture qui a été la première chose qui a guidé mon choix.

critique par Eireann Yvon




* * *